Identification

D'images et de bulles (12) - Le verre à moitié vide, Aurélie William Levaux

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas le 18.11.14 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

D'images et de bulles (12) - Le verre à moitié vide, Aurélie William Levaux

 

« Non, ce n’est pas la vraie vie, ce n’est pas la mienne, ça n’y ressemble pas.

La vraie vie, c’est autre chose.

Les femmes, dans la vraie vie, ne sont pas toutes casse-couilles et les hommes ne sont pas tous moustachus ».

Voici l’ouverture d’« un récit qui n’en est pas un ». Une vie qui n’est pas la vraie vie et surtout pas celle de son auteure, Aurélie William Levaux ou AWL. Le quotidien d’une femme, des pensées, des phrases, les répliques du compagnon « en voix off », des enfants, une maison et une nature fantastique et luxuriante. Ce qui fait la vie, pourtant, la vraie, les émotions, les mots, le corps, la sexualité, encore la sexualité.

« Dans la purée

Sisyphe et moi

LE COUPLE

L’incontournable destinée »

Aurélie William Levaux tisse sa toile en créatrice arachnéenne d’un autre temps tout en habitant pleinement ce temps qui est le sien, son époque et ses paradoxes. Artiste libre au cœur des contraintes qu’elle s’est choisies ou qui se sont imposées – par le biais de quelles histoires, de quels liens ? ce ne sera pas dit dans ce « récit qui n’en est pas un » –, elle développe son univers avec détermination et décalage, dans la tradition et l’anticonformisme, détournant les images sacrées ou les références du monde contemporain, de la pub à la politique, en passant par les livres et les légendes. C’est drôle, percutant.

Une question de regard, de « perception » : le verre à moitié vide ou à moitié plein ? une cène ou une orgie ?

« Maman est-ce que je suis bête ?

Martine, si tu étais moins creuse, tu ne serais pas si heureuse »

« DIM

Ma culotte

Mon bouclier »

« LE SALUT D’ADIEU À LA DERNIÈRE LUTTE FINALE »

On est saisi par la technique artistique. Car ces œuvres singulières, où des héroïnes au visage de Frida Kahlo, des hommes moustachus et des petites filles aux joues et aux cuisses joufflues, jouent sur un fond de tissu blanc en volutes de couleurs tranchées et tricolores, accompagnés d’une flore et d’un bestiaire fantasmatiques, ne laissent pas démêler facilement les fils et les traits dessinés ou peints. Chaque tableau offre une profusion de détails où lignes, formes, couleurs et mots se composent une même langue, acérée et jubilatoire.

Saluons, à nouveau, l’élégance des éditions Atrabile qui réalisent ici un bel ouvrage, à cheval sur les genres et au galop hors des sentiers battus, en compagnie d’une artiste qui n’a pas son aiguille ni son pinceau dans sa poche.

 

Myriam Bendhif-Syllas

 

Aurélie William Levaux est artiste. Elle mêle dans ses créations dessin et broderie et s’est signalée dès son premier ouvrage Menses ante rosam (La Cinquième couche, 2008). Dernières parutions :Johnnychrist avec Moolinex (Atrabile, 2013), Sous ta barbe mon âme est morte (United Dead Artists, 2011).

 

  • Vu: 1463

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.