Identification

D’Images et de bulles (10) - Mon cousin dans la mort, François Duprat

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas le 26.09.14 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

D’Images et de bulles (10) - Mon cousin dans la mort, François Duprat

 

Mon cousin dans la mort, François Duprat, La Boîte à bulles, mai 2014, 64 pages, 13,50 €

 

François Duprat nous propose une histoire de gamins dans un village des années 60, rejouant avec innocence et cruauté celles des adultes perdus dans leurs deuils, leurs errances et leurs frustrations.

Lors de l’enterrement de son grand-père, Lucien découvre que Lili, une gamine du village, parle à une Madame Henriette, locataire pour l’éternité d’une tombe voisine. C’est le seul refuge pour Lili qui tente de survivre entre les crises de violence de son père alcoolique et les brimades subies à l’école. La prenant pour une folle au premier abord, Lucien va rapidement se laisser convaincre que la petite communique avec les défunts par l’intermédiaire de Madame Henriette qui est en quelque sorte « la concierge du cimetière ».

À l’arrivée de Maurice, un enfant d’Algérie, renvoyé en France par ses parents, l’unanimité se fait contre le nouveau venu. Mais ce dernier retourne la situation à son profit, devenant un vrai chef de bande, en martyrisant Lili et en reprenant à son compte des affirmations qui n’ont rien d’enfantines : « Vaut mieux sacrifier des innocents que ses propres soldats, crétin !!! » ; « On voit bien que vous, les continentaux, vous n’y connaissez rien à la guerre !! ».

La guerre, mais aussi les secrets familiaux, viennent empoisonner les jeux enfantins, engluer les préoccupations légères et peser de tout leur poids sur ces frêles épaules. Les morts sont présents dans les pensées et viennent s’inviter au bal des vivants. Ils fondent de nouveaux couples dans l’au-delà, créant de nouvelles parentés indésirables, comme celle de Maurice et Lucien, « cousins dans la mort ».

Le scénario se révèle puissant et dense, à même de toucher des lecteurs assez jeunes qui auront sans nul doute de saines questions à poser à leurs aînés, et tous les autres qui découvriront cette sale guerre dans des implications peu évoquées. Les dessins délicats et colorés soutiennent le propos avec réussite et la variété du cadrage permet de créer une tension efficace.

Mon cousin dans la mort est un ouvrage de grande qualité, jouant avec finesse sur les ambivalences de l’enfance et les ravages d’une guerre qui n’en finit pas de hanter les consciences.

BD à partir de 8 ans

 

Myriam Bendhif-Syllas

 

François Duprat est né en 1976. Après des études à l’Académie des Beaux-Arts de Tournai, il cofonde le fanzine Porophore, avec sa complice Vanyda. Son premier titre sort chez Ankama en 2012, Dofus Monster Wa Wabbit, après plusieurs titres chez Carabas dont la série L’année du Dragon.

 

  • Vu: 1750

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.