Identification

D'autres prendront nos places, Pierre Noirclerc

28.05.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Flammarion

D’autres prendront nos places, 2011, 240 pages, 17 €

Ecrivain(s): Pierre Noirclerc Edition: Flammarion

D'autres prendront nos places, Pierre Noirclerc

 

C’est avec le manuscrit de ce roman que Pierre Noirclerc, novice en matière d’écriture, a remporté le concours proposé par la plateforme « WeLoveWords ». L’éditeur partenaire du prix attendait « une œuvre qui dynamite les codes de la comédie romantique » ; pour sûr, le contrat a été parfaitement rempli.

Davantage qu’une comédie romantique, l’on est ici en présence de l’itinéraire raté d’un antihéros issu de la génération Y : ses relations sentimentales, familiales, professionnelles semblent éternellement vouées à l’échec – seul l’alcool lui ouvre les bras.

Le roman est découpé en saynètes tristement drôles et ultra lucides, qui dénotent de la part de leur auteur une remarquable capacité à prendre du recul sur des évènements pour lesquels le temps, selon toute vraisemblance, n’a pas déjà pu faire son œuvre, ainsi qu’une aptitude à déceler ce qui fait du quotidien une somme d’aventures – moyen d’indiquer que tout est matière à littérature, pourvu que la forme soit à la hauteur.

« Le travail faisait son œuvre : il agissait comme une douce anesthésie, s’insinuait dans l’âme pour en polir les contours et en éradiquer les aspérités. Les envies et les passions flétrissaient pour laisser place à une terre aride et infertile, irrécupérable. Elle savait qu’après quelques mois elle ne serait plus la même. Toute son existence serait organisée autour du travail ; sa personnalité en serait même affectée : elle en adopterait les attitudes, le langage ; même son apparence physique évoluerait : elle prendrait du poids – c’était nécessaire puisqu’il fallait bien déjeuner tous les midis au restaurant avec les collègues ; et les vêtements qu’elle achèterait seraient ceux qui permettraient de l’identifier comme une jeune avocate prometteuse. Finalement, se disait-elle, le conformisme agissait sur son libre arbitre de la même manière qu’un couteau qu’on lui aurait placé sous la gorge » (page 186).

Si Pierre Noirclerc se montre parfois vulgaire, jonglant avec adresse entre langue écrite et langage parlé, entre descriptions acerbes, pensées corrosives et dialogues efficaces, il excelle dans l’art de n’employer que les mots indispensables – et toujours justes, cela s’entend – pour offrir un condensé de riens dont la vie finit toujours par émerger.

C’est le reflet d’une époque, avec ses styles, ses solitudes additionnées, ses existences subies plus que choisies, ses contradictions, ses aberrations ; c’est un portrait de la société vue par l’un de ceux qui n’en attend (presque) plus rien ; c’est un roman qui se dévore.

Sur le fond comme sur la forme, D’autres prendront nos places est un roman définitivement générationnel.

 

Sophie Adriansen

 

Une recension de Valérie Debieux sur le même livre

  • Vu : 2265

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Pierre Noirclerc

Biographie brève de Pierre Noirclerc : «  Il était une fois un jeune homme timide et désenchanté qui, s’il aimait la littérature, n’avait jamais écrit de roman. Par hasard, il tomba, au détour d’un chemin numérique, sur le concours de comédie romantique organisé par « WeLoveWords » avec Flammarion. Il participa, sans trop y croire. Mais, comme dans les contes ou les comédies romantiques modernes, c’est lui que le jury choisit parmi 300 autres prétendants très sérieux. « D’autres prendront nos places » est son premier roman.