Identification

Création poétique

Sous la coupole spleenétique du ciel (6)

, le Mardi, 13 Septembre 2011. , dans Création poétique, Ecriture, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED


Aux portes il n’osait pas frapper, de peur qu’on lui ouvre.

Il ne sortait que les jours de fermeture, lorsque les rideaux des magasins étaient baissés.

Si le hasard lui faisait rencontrer quelqu’un d’ouvert, alors il fuyait, tête basse.

Il se calfeutrait sous les jupons de la solitude, la seule à ne pas juger, pensait-il.

Mais le guettait l’impitoyable témoin de son être : ce miroir, qui l’attendait au détour d’un tournant.


*****

Sous la coupole spleenétique du ciel (4)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 27 Juillet 2011. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

Work in progress

Il regardait un mur – sans tags, sans lierre, sans ombre –, un mur nu dans sa pierre ; il regardait l’espace, l’entaille, la fente ; cette blessure du mur qui suintait d’une lumière sans ombre, d’une trace sans tags ; et cette profonde fissure le regardait aussi.

Que les trains sont longs dans leur distance !

Que les seuils sont amples à franchir !

Que la voix s’accorde tant de temps pour grimper !

Que le soleil est loin des autres soleils !

Qu’il y a d’averses à nous entretenir !

Un courant d’air passa, sans lui répondre.

Lui

sans cesse,

il regardait le mur.

Sa connaissance de ma douleur

Ecrit par Elisabeth Guerrier , le Vendredi, 15 Juillet 2011. , dans Création poétique, Ecriture, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

A Carlo Emilio GADDA

 

 

 

In "CHUTER"

 

 

 

 

 

Sous la coupole spleenétique du ciel (2)

Ecrit par Daniel Leduc , le Jeudi, 14 Juillet 2011. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

Work in progress

Dans l’œil de la vieille, c’est une pluie d’images, des éclats de soleil, myriade où les instants se succèdent, en se superposant, c’est un nid où reposent des tremblements de terre, des éclairs déplumés.

Elle se balance la vieille, sur une chaise trop vieille, elle se balance, d’un poids de vent qui la soulève ; ses cheveux brisent des lignes, comme on éclate une étincelle, brisent des lignes –  herméneutique d’espace.

Est-il temps, s’inquiète-t-elle, est-il temps de se poser, là ? de reposer sa chaise ?

Il n’y a plus de feulements dans la gorge du feu ; plus d’éclatements, non plus, sous les braises du rire.

Chaque chose s’étend dans le sommeil ; mais la vieille, elle,

ne s’éteint pas.


*****

Le génocide au Rwanda

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Dimanche, 29 Mai 2011. , dans Création poétique, Ecriture, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je pense tout le temps à ce garçon