Identification

Création poétique

Ce jour fut-il ...

Ecrit par Patryck Froissart , le Mardi, 06 Mars 2012. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED


Ipagination est un site original, qui propose des écrits d’auteurs divers – souvent inconnus - s’essayant à la poésie, à la micro-nouvelle, au récit. La Cause Littéraire se propose, de temps en temps, de publier un texte issu de ce site « d’auteurs pour les auteurs » comme ils se décrivent eux-mêmes. Ce sera une des formes de notre contribution à l’éclosion de talents nouveaux. Ce sera aussi le coup de pouce de notre magazine à ce site plein de dynamisme.

Nous publions aujourd’hui le premier texte choisi dans Ipagination


La Rédaction


Sous la coupole spleenétique du ciel (29)

, le Mercredi, 29 Février 2012. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

Il dessinait des fenêtres comme s’il dessinait des oiseaux.

Roberto Juarroz

 

Les ouvertures, il savait combien elles peuvent avoir de sens ; souvent, c’est l’extérieur qui l’emporte ; parfois, s’expatrie le dedans ; et ce sont les courants d’air qui permettent la bonne circulation des ondes.

Alors, ouvrez donc ! disait-il, écartez-moi ces tentures et ces rideaux qui pèsent !

De la lucarne au soupirail, du pas de porte au seuil, il n’avait de cesse de maintenir le passage, la traversée des flux et reflux. Et la lumière fleurissait l’ombre, autant que l’obscur révélait la clarté.

Là, sur un bout de trottoir, il faisait la brocante ; s’y étalaient des vieilleries et autres ferrailles, du temps où tout s’obstruait : des verrous des clefs, des loquets des serrures ; tout un fatras d’antiquités inutiles, tout juste bonnes à faire rire les enfants.

Peut-être rêvait-il derrière son comptoir – lui qui vendait des grelots, des clarines, et autres sonnettes,

pour alerter

le vent.

Sous la coupole spleenétique du ciel (28)

, le Mercredi, 22 Février 2012. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

« Pré couvert de brume

les racines sont au ciel

stratus broutent l’herbe »

« Court dans le ruisseau

l’air véloce de la flûte

un roseau fléchit »

« Le mont est un creux

où le mamelon repose

au sein de la voûte »

Après avoir tracé

ces trois haïkus,

il s’effaça dans le soleil.

*****

Sous la coupole spleenétique du ciel (27)

, le Mercredi, 15 Février 2012. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED


Rien d’immobile n’échappe aux dents affamées des âges.

La durée n’est point le sort du solide.

L’immuable n’habite pas vos murs,

mais en vous, hommes lents, hommes continuels.

Victor Segalen


Les façades nous empruntent et nous empreintent aussi. Ce sont elles qui absorbent le regard, le renvoient dans l’architecture des ondes. Nous glissons sur ce qui griffe, nous agrippons à toute surface lustrée. Nos morts nous parlent et nos vivants nous taisent.

Sous la coupole spleenétique du ciel (26)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 08 Février 2012. , dans Création poétique, Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED


Cette vieille femme oblique, dont les traits sont taraudés, ce n’est pas une sorcière, non ! Les sorcières n’existent que dans les yeux d’enfants.

Elle se courbe sur la terre, comme un arc bandé sur l’horizon. Et son envie de vivre est une jarre pleine d’écume, effervescence, paisible.

Dans ses yeux la terre est un astre, une motte microscopique ; un globe, une coque de noix.

Tout ce que tu regardes est passé, dit-elle, l’avenir est un goujon, qui frétille.

La vieille femme, comme cette terre qui nous tangue, perçoit de l’univers

l’invisible masse

du total et du rien.


*****