Identification

Clonck et ses dysfonctionnements, Pierre Barrault (Par Ahmed Slama)

Ecrit par Ahmed Slama 12.11.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Contes, Poésie, Editions Louise Bottu

Clonck et ses dysfonctionnements, mars 2018, 174 pages, 14 €

Ecrivain(s): Pierre Barrault Edition: Editions Louise Bottu

Clonck et ses dysfonctionnements, Pierre Barrault (Par Ahmed Slama)


Qu’est-ce que Clonck ? Une contrée, bien étrange avec ça, que l’on parcourt et l’on découvre, parcelle par parcelle avec ces fragments qui se succèdent, les numéros dont ils sont affublés et qui rythment notre découverte de la ville. Numéros qui fonctionnent tel un chronomètre qui parfois s’emballe, les fragments s’étalent alors sur une ou deux pages et nous content la ville de Clonck, son atmosphère toute singulière, et que nous allons tenter, ici, non pas de percer, mais simplement de mettre à nu la brume qui l’entoure…


Du mouvant et du changeant :

Et notre guide ça sera Pierre Barrault, déjà auteur de l’excellent Tardigrade, et qui revient, ici, aux éditions Louise Bottu, avec ce Clonck et ses dysfonctionnements où se déploie sa langue sobrement subtile, une épure, estampe japonaise, traçant à chaque fragment un tableau de la vie Clonckine, Clonckoise ou Clonckéenne, parce qu’à Clonck rien ne dure, rien ne persiste dans son état, tout, tous et toutes sont en perpétuelle mutation ; les formes, l’espace, le temps, les êtres, la narration même qui joue, se joue des personnages ; mais surtout de nous. Cette narration qui nous propose, sans cesse, de ces bifurcations, comme ce fragment, le 36, où tout commence par Koto qui « se rend régulièrement chez le fleuriste, pour y faire empailler les petits animaux » et se déploie dès lors toute une ribambelle d’hypothèses, série de ou bien qui émaillent la page. Ou encore, Aughrim, autre personnage et qui figure avec son compère Podostrog, un de ces duos iconiques, ce Aughrim qui conclut une description tautologiquement statique par un simple

– ça n’avance pas.

Ainsi, rien n’est sûr, à Clonck, tout est voué au potentiel, au variable. Pas de mouvement, mais du mouvant. Ainsi l’ingéniosité langagière qui enveloppe cette œuvre sera notre le seul chemin sûr de notre lecture.


« … différences entre réel et réalité »

On parlait d’ingéniosité ? L’ouvrage n’en manque pas, avec ces êtres chimériques qui se déploient sous les yeux de personnages aux noms aussi poétiques que Aughrim ou Podostrog. Comme ce fourmicargot, alliance d’une table en formica et d’un escargot. Et c’est là que toute la magie des pages de Clonck et ses dysfonctionnements opère, ces détails exactement observés, minutieusement décrits, renforçant le sentiment d’étrange qui nous saisit à chaque ligne. L’ouvrage confinant à l’absurde par ce récit qui nous raconte, de manière si sobre et si logique, des événements et des péripéties surréalistes.

Ou encore cette « voiture qui démarre et brusquement disparaît quelques mètres plus loin, laissant soudain et au milieu de la rue son conducteur, et le conducteur se change alors en piéton, puis poursuit son chemin comme si de rien n’était ».

Et c’est bien la singularité de cette manière qui fait de ce Clonck et ses dysfonctionnements un pur chef-d’œuvre d’ingéniosité langagière.


Ahmed Slama

 


  • Vu : 463

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Pierre Barrault

 

Après des études cinématographiques à Nantes, Pierre Barrault s’installe à Paris où il exerce le métier de libraire. 

"Tardigrade" (2016) a été son premier livre.

page Facebook : https://www.facebook.com/pierre.barrault.9

 

A propos du rédacteur

Ahmed Slama

 

Ahmed Slama,

Agenceur de mots littéraire : finaliste du Prix du Jeune Ecrivain Français 2015 et 2016, lauréat du prix de la revue Rue Saint-Ambroise, retrouvez son feuilleton Topologie des Clopes. Agenceur de mots journalistique au BondyBlog. Il se propose, chaque semaine, de cartographier le réseau littéraire numérique à travers sa chronique, LittéWeb, à retrouver dans La Cause Littéraire.