Identification

Citoyen ou croyant ?, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui le 09.12.15 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Citoyen ou croyant ?, par Amin Zaoui

 

 

Souffles


Ce ciel bleu, au-dessus des têtes des pauvres citoyens du monde arabo-musulman, est bourré de télévisions satellitaires. Des femmes en décolleté, d’autres en hidjab, d’autres ne ressemblent ni aux premières ni aux deuxièmes. D’autres barbus en kamis. D’autres en costards ! Des télévisions qui n’arrêtent, 24h sur 24h, de cracher du poison religieux dans l’esprit des jeunes en perte de repères et de culture éclairée ! Toutes sortes de poisons religieux extrémistes. Hautement installées, ces stars télévisuelles de la propagande religieuse ne cessent d’allumer les feux des haines entre les cultures, entre les religions, entre les peuples.

Bien payés. Bien soignés, dans les hôpitaux des Koffars, l’Occident. Ces charlatans nourris au biberon du salafisme nous rappellent, par leurs discours haineux, les propagandes médiatiques fascistes de la Deuxième Guerre mondiale. Des centaines de chaînes moyen-orientales financées et hébergées par les pays du Golfe, du matin au soir, critiquent la laïcité. Critiquent la liberté individuelle et collective. Proposent le paradis sur un plateau en or aux kamikazes et aux djihadistes. Profitant de la laïcité et de droits de l’homme, des bluffeurs religieux installés en Occident n’hésitent pas à demander l’ouverture des mosquées ambiguës. Et, selon leur réseau de trafic intellectuel, placent leurs imams salafistes prédicateurs à la tête de ces mosquées. Partout dans les pays laïques occidentaux, dans les villes dirigées par des Koffars athées, par des femmes, par des homosexuels, on trouve des lieux pour pratiquer la religion musulmane, et tant mieux, pas toujours adaptés, mais ces prédicateurs salafistes ne toléreront jamais l’ouverture d’une église ou d’une synagogue, d’un petit espace, sur leurs territoires musulmans.

Ils réclament le droit à la liberté de mener la propagande, à leur guise, au profit d’un islam radical, mais si par hasard, ils découvrent une bible ou une Thora entre les mains d’un citoyen, ils crient à la condamnation à mort de ce dernier, cet apostat !

Ils se permettent de diffuser leurs prêches haineux, distribuent leurs idées agressives, dans les quatre coins du monde et refusent le droit à leurs citoyens de connaître l’autre. La religion de l’autre. Ils sont capables d’insulter, offenser, froisser, injurier sans gêne aucune les autres religions chrétienne ou juive, mais une fois leur religion est critiquée ils crient sur tous les toits : islamophobie !!

Ils sont heureux dès qu’une personne embrasse leur religion, mais si quelqu’un de leur camp pense aller vers une autre religion, cela s’appelle renégat Mourtadoun ! Et le citoyen apostat est condamné à mort !

Pour lutter contre cette culture de haine religieuse, afin de venir en aide aux citoyens croyants arabo-musulmans, il est demandé aux décideurs éclairés d’agir afin arrêter ces chaînes de guerre sale. La guerre de la haine religieuse est plus féroce qu’une guerre nucléaire !

Pour mettre fin à cette guerre et à ces guerriers fanatiques, il est demandé d’ouvrir la porte à el Ijtihad la diligence, fermée il y a de cela dix siècles. Commençant d’abord par le nettoyage général dans notre patrimoine religieux musulman. Tout ce que Daesh comme el Qaïda pratiquent en actes de sauvagerie inimaginables est inspiré et justifié par des textes religieux : Hadith ou verset. Il faut le dire : ces Daeshiens sont en train d’appliquer strictement les préceptes du Prophète relatés par quelques écrivains des Hadiths.

Il faut le dire, sans ambiguïté aucune, que l’islam par cet amas de Hadiths rajoutés, falsifiés, au fur et à mesure de l’accroissement de l’État islamique ne pourra jamais combiner avec les temps modernes. Beaucoup de Hadiths sont inacceptables, incohérents, sont en déconnexion avec l’air du temps. En particulier ceux qui traitent la question du rapport à l’autre, vivre ensemble. Ceux qui évoquent la situation de la femme. Ceux qui révèlent la liberté individuelle. Tous ceux qui relèvent de la liberté religieuse.

Nous sommes demandés pour sortir de l’ère des pleurants. Nous sommes demandés pour finir de jouer le rôle de la victime éternelle.

 

Amin Zaoui

In "Souffles". Liberté (Alger)


  • Vu: 2313

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009