Identification

Chroniques régulières

Voies de traverse (9) Prof chez les taulards, Aude Siméon

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 03 Décembre 2012. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Prof chez les taulards, Aude Siméon, éditions Glyphe, 2012, 205 pages, 15 €

 

Prof chez les taulards est un témoignage, hors des sentiers battus, hors de la retape des têtes de gondole. Ce livre raconte l’expérience d’une enseignante en milieu carcéral. Elle accompagne des étudiants en détention souhaitant passer le brevet ou valider le Diplôme d’accès aux études universitaires. L’auteur ne fait pas de nombrilisme, elle ne cherche pas les honneurs. En revanche, elle parle avec sincérité de ce métier complexe, rendu pus complexe encore par les étudiants auxquels elle s’adresse. Une dizaine de volontaires se prêtent au jeu. Tous sont condamnés à de longues peines. Certains viennent s’occuper, d’autres visent un diplôme jamais réussi dans la vie d’avant. Les motivations sont diverses, les attitudes face à l’étude et à la littérature également. Il y a des arnaques, des manipulations, des jeux de séduction, de grands moments de partage et d’échanges, des déceptions inévitables. Comme dans toute salle de classe, finalement.

Carnets d'un fou - XVIII

, le Samedi, 01 Décembre 2012. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

 

Le 23 novembre 2012

 

Rétrospectivité / Prospectivité / Objectivité / Subjectivité / Invectivité / Perspectivité / Salubrité

 

« Malheureux alchimiste, en vain tu veux muer tous les feux en soleils. Viens boire la vraie liqueur philosophale, qui emporte la bouche avec un charmant goût de mort ».

Louis Aragon, Voyageurs

Nomade d'avoir parcouru le monde : "Chaman" de Galsan Tschinag

Ecrit par Claire Teysserre-Orion , le Vendredi, 23 Novembre 2012. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

 

« Aussi je l’avoue : je ne sais toujours pas qui je suis ».

 

Le dernier roman de Galsan Tschinag n’est peut-être qu’un rêve. Un « rêve opiniâtre », dit-il. Celui d’un chef du peuple Touva en Mongolie qui après avoir parcouru le monde décide de revenir sur les terres de son enfance. Et quand c’est à moi de parcourir les pistes qui traversent les immensités mongoles, je crois aussi rêver.

« Regarde le ciel. La steppe. Le fleuve. Et le rocher abrupt, là. Les montagnes, de l’autre côté, et celles qui sont plus loin à droite et à gauche ».

La mère Michel a lu (13) - Rire et colère d'un incroyant

Ecrit par Michel Host , le Mercredi, 21 Novembre 2012. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

« La Mère Michel n’a jamais perdu son chat. Elle le tient attaché, ne le lâche pas de l’œil. Le félin est un livre, il n’a pas d’âge. D’hier, d’aujourd’hui, de toujours, il miaule derrière la porte ».

 

RIRE ET COLÈRE D’UN INCROYANT

De René POMMIER

Essai, 96 pp., 13 €, Éditions KIMÉ, 2012

 

Des fabuleux monothéismes en usage

La théologie : « Comme on sait, elle traite avec une minutieuse exactitude de l’inconnaissable ».

Anatole France

La chronique du sel et du soufre (Novembre 2012)

Ecrit par Jean-Luc Maxence , le Mardi, 20 Novembre 2012. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Des communions émotionnelles

 

Le dernier essai de Michel Maffesoli Homo eroticus (1), justement sous-titré en toute pertinence Des communions émotionnelles, défend avec brio l’idée que la « mue des temps » nous a fait redécouvrir récemment ce qu’il appelle justement « les communions émotionnelles ». L’objet de sa réflexion d’Éros philosophe est bien là. N’oubliant pas que « l’érotisme social repose sur l’intensité » (sic), notre sociologue observe, par delà les holismes antiques ou du New Age, que c’est toujours sur la ré-émergence des mythes que se fonde « le soubassement de la socialité postmoderne ». Mais au delà de l’idéal communautaire, il en arrive peu à peu à définir le rôle capital de l’émotionnel, de l’affectuel, de la passion toujours à l’ordre du jour pour montrer (« monstrer ») la vitalité et les conséquences d’une société en « véritable grouillement culturel, comme cela se produit lors des changements d’époque ».