Identification

Chacun porte une chambre en soi, Franz Kafka

Ecrit par Didier Bazy 22.02.12 dans La Une Livres, Recensions, Les Livres, Pays de l'Est, Récits, publie.net

Chacun porte une chambre en soi. La chambre d'écriture de Franz Kafka, 56 récits brefs. Nouvelle traduction par Laurent Margantin. Préface de François Bon. 2,99 €

Ecrivain(s): Franz Kafka Edition: publie.net

Chacun porte une chambre en soi, Franz Kafka

 

publie.net publie des récits, récifs, de Kafka. Et ces récifs sont aussi bien amers,repères pour marins avertis, autant de nouveaux pôles d'orientation dans l'oeuvre mineure et monumentale de Kafka. La coopérative d'édition braque son microscope à effet tunnel, via la traduction magistrale et fidèle, sur des atomes ( à quand les éons?) déclinés et pondus par un des pionniers de l'écriture contemporaine (aux côtés de Joyce et de Musil, de Roussel et de Fante ). Inutile de parler de K. Il s'en tape. Et pas tant que ça.

 

Focale minime sur le process.

Bouger quelques atomes de K aujourd'hui provoque un petit champ (écolo) électrique. Les lectrices et les lecteurs authentiques risquent de se voir emportés par son arc. Ainsi projetés, nous devenons les égarés retrouvés, nous et pas nous, purs devenirs, sources d'énergie en tous les K.

L'impression à la lecture rhizomatique de cet ouvrage crucial est proche de l'éveil de Charles Bukowski à la découverte de John Fante : " Pourquoi est-ce que personne ne disait rien ? (contexte : affamé et ivrogne CB cherche, compulsif, dans les bibliothèques un livre qui parle, qui vive, merde) Pourquoi est-ce que personne ne criait ?..." Et voilà : Ask to the dust. Demande à la poussière...

Lucrèce voyait déjà l'image de l'atome dans les grains de poussière, invisibles et réels.

On rappellera Clément Rosset qui s'est engouffré dans ce réel "quelconque et déterminé" (http://www.lacauselitteraire.fr/tropiques-clement-rosset.html).

Quelques extraits atomistiques pour convaincre (des plus courts, denses, mais macro-nains) :

Chacun porte une chambre en soi. Ce quon peut vérifier en prêtant simplement loreille. Lorsque quelquun marche vite et quon écoute ce peut être pendant la nuit quand tout est silencieux , on entend par exemple le cliquetis dun miroir mural mal fixé, ou le parapluie.

Car nous sommes comme les troncs darbre dans la neige. Apparemment ils sont posés là, bien lisses, et lon devrait pouvoir les écarter en donnant juste une chiquenaude. Non, on ne peut pas, car ils sont fermement attachés au sol. Mais regarde, même ça est apparence.

Nous apprendrons aussi que : K était un grand prestidigitateur. Et là, ce sera un choc pour les kafkaïens qui ne jurent que par le manipulateur.

K était un grand prestidigitateur. Son programme était un peu monotone, mais toujours attrayant en raison de lassurance avec laquelle il réalisait sa performance. Bien que cela remonte déjà à vingt ans,époque où j’étais un tout petit garçon, je me souviens encore parfaitement de la représentation lors de laquelle je le vis pour la première fois. Il était venu dans notre petite ville sans s’être annoncéauparavant et faisait sa représentation le soir même de son arrivée. Dans notre hôtel, un peu de place avait été dégagée...

Ça suffit ? C'est Bon ? Allez, pour 2,99 €, écriture et vraie littérature au rancard et pas au rancart. Hadopi ou pas, la création devrait se propager, populaire enfin, avec ou sans les marchands, sans doute les deux, à une vitesse toute spinozienne.

« Est-on sur le bon chemin ? », demandais-je à notre guide, un Juif grec. À la lumière de la torche, il tourna vers moi son pâle et doux visage empreint de tristesse. Que nous soyons sur le bon chemin ne semblait pas du tout lintéresser. Quest-ce qui nous avait menés à ce guide qui, au lieu de nous diriger ici dans les catacombes de Rome, navait fait jusqualors que nous accompagner en silence là où nous allions ? Je cessai davancer et attendis jusqu’à ce que notre groupe soit au complet. Je demandai si quelquun manquait ; tout le monde était là. Je devais me contenter de cette réponse, car je ne connaissais moi-même personne du groupe, nous étions tous descendus derrière le guide sans nous connaître, dans la foule, et cest seulement maintenant que je cherchais à faire en quelque sorte leur connaissance.

Mon grand-père avait coutume de dire : « La vie est étonnamment courte. Maintenant tout se rassemble en moi dans le souvenir, si bien que, par exemple, je comprends à peine quun jeune homme puisse se décider daller à cheval jusquau prochain village sans craindre que si lon écarte la possibilité dun accident le temps dune vie ordinaire à lheureux déroulement ne soit que très insuffisant pour une telle course. »

Merci, merci Max Brod d'avoir trahi la bonne cause. Tout le monde peut y gagner. Les spécialistes de Kafka comme les néophytes. Ce livre, Chacun porte une chambre en soi, est a minima un prétexte pour se replonger dans l'oeuvre infinie et ouverte de Kafka a mixima pour découvrir et s'initier aux arcanes vivantes de la littérature d'aujourd'hui et de demain. " Ce qu'on peut vérifier en prêtant l'oreille...


Didier Bazy


  • Vu : 23046

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Franz Kafka

Figure majeure de la littérature du XXe siècle, Franz Kafka est un des auteurs les plus étudiés au monde. Ebranlé par la Première Guerre mondiale, le jeune Kafka poursuit des études de droit avant d'être embauché par une compagnie d'assurance. Cette expérience de la bureaucratie inspire en partie son oeuvre, notamment ses deux romans majeurs : 'Le Procès' et 'Le Château'. Il y développe avec angoisse et ironie un univers labyrinthique et absurde, un monde que le langage courant qualifiera par la suite de 'kafkaien'. Ses influences reposent sur une triple appartenance culturelle : tchèque, allemande et juive, religion pour laquelle il se passionne à la fin de sa vie. Fondée sur les thèmes de la culpabilité, de la perte d'identité et de la transformation du corps ('La Métamorphose'), l'oeuvre de Franz Kafka ne cesse de fasciner les psychanalystes. Profondément marqué par une relation conflictuelle avec son père, relatée dans 'Lettres au père' en 1919, Kafka mène une existence tourmentée dans laquelle se succèdent les échecs. Amené à trois reprises à rompre ses fiançailles, il tient une correspondance très riche avec son plus grand amourMilena Jesenka, qui témoigne d'une passion intense mais destructrice. Se sachant condamné par la tuberculose dès 1917, Franz Kafka écrit par nécessité avec un sentiment d'urgence, laissant derrière lui une oeuvre inachevée mais monumentale.

 

(Source : evenement.fr)


A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Co-fondateur de La Soeur de l’Ange (Ed. Hermann)

Co-fondateur de la Cause Littéraire

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français

– Préfacier chez Pocket (Molière, Corneille)

– Deleuze et de Cuse (Collectif) Aux sources de la pensée de Deleuze. Vrin, 2005) dir : Stéfan Leclercq

– Après nous vivez (G S Editions, 2007)

– Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010) préface de Michel Host

– Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012) préface de Michel Granger

L’ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013) sélectionné 2014 prix roman historique jeunesse

– Cendres    (Publie.net, 2015)

– Traitements de textes ( Ed. de Londres 2015 )
– Explorateurs, qui êtes vous ? (Ed. Bulles de savon 2016)

Sélection 2018 prix Michel Tournier Jeunesse

– Savants, qui êtes-vous ? ( Ed. Bulles de savon, diff-distr Flammarion )2017

à paraître 2018

– Péguy internel