Identification

Blanchiment d’Histoire, blanchiment du Passé, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui le 01.06.15 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Blanchiment d’Histoire, blanchiment du Passé, par Amin Zaoui

 

Nous sommes les enfants malheureux d’une longue dynastie d’échec. Nous sommes les enfants de la déception. Partout les murs d’interdiction, de lamentation ou de désolation sont dressés. Dans les têtes, dans les textes et dans la cité. Dans ce monde arabo-musulman né avec une pathologie historiquement génétique, le rendez-vous avec la modernité est raté. Cette défaite qui perdure s’explique, à mes yeux, par la faillite de l’intelligentsia. Religieuse, politique, technique, littéraire et philosophique. La racine de cette faillite chronique généralisée a trouvé sa terre fertile dans la façon avec laquelle notre intelligentsia regarde, lit ou analyse son histoire. Retourner l’histoire ! Dans la façon avec laquelle cette intelligentsia noue son rapport avec le patrimoine local et universel. En somme, la façon avec laquelle elle compose avec le passé. Hier ! Nous sommes une société qui, depuis le cinquième siècle de l’hégire, le onzième selon le calendrier grégorien, fuyant son temps réel, son miroir, ne cherchant que refuge dans le passé. Elle avance vers le non-sens. Une société qui sacralise aveuglément le passé et ceux qui l’ont fabriqué. Dans un état pareil, le passé, notre passé, n’hésite pas à remplacer le futur, dans notre vécu comme dans notre imaginaire collectif. Confortablement, il occupe la place du présent. Sacraliser le passé est un signe de fanatisme. Nous vivons dans une société forgée dans une culture qui rejette le temporel.

Sacraliser le passé c’est cultiver le blanchiment d’histoire. Bannir la critique, c’est blanchir le patrimoine. La maladie dite « maladie de la sacralisation du passé » est, par excellence, une pathologie arabo-musulmane chronique. Nous sommes aussi la société de la diabolisation. Diaboliser la raison. La critique. L’analyse. La différence. On diabolise tout ce qui refuse d’accepter les règles imposées par la discipline du troupeau. La maladie de la diabolisation est la sœur jumelle de la sacralisation. Les deux revers de la médaille. Ces deux maladies chroniques, la sacralisation et la diabolisation, assassinent chez les générations successives toute lueur d’une probable naissance de la critique. Nous sommes une société intellectuelle née, faite dans la peur de la critique. On rejette les questions gênantes et on adhère à la réponse prêt-à-porter. Le passé pense à la place du présent. Sacraliser cela signifie : ne pas penser, ne pas critiquer. Valider ! L’histoire n’est que le produit infini des hommes et des femmes. L’histoire n’est pas le fruit des anges ou des diables. On a brûlé les livres d’Ibn Rochd. On a assassiné Abdallah Ibn El-Mouqaffae (traducteur de Kalila wa Dimna). On a jugé le film L’Oranais de Lyès Salem… Autour de nous, en nous, dans notre imaginaire on a construit un sacré qui bloque notre passage vers le présent qui à son tour doit s’ouvrir sur le futur. Les révolutions sont le travail des hommes. Tout travail humain est temporel et incomplet. Nous avons beaucoup et longtemps menti sur nous-mêmes et sur notre histoire. Nous avons menti à nos enfants. Et nous continuons notre mensonge. Quand l’histoire devient une zone parfaite intouchable, cela signifie qu’un acte de blanchiment de cette histoire est en cours. Les faux-monnayeurs ! La vérité dans sa proportionnalité historique est violée. Et depuis quinze siècles, tantôt nous le portons sur nos épaules, tantôt nous le traînons en nous… un cadavre en phase de décomposition avancée. Un cadavre qui ne dit pas son nom… Et il s’appelle le passé sacré.

 

Amin Zaoui

In "Souffles", Liberté (Alger)

 


  • Vu: 1949

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009