Identification

Aurore disparaît, Amina Danton

Ecrit par Valérie Debieux 23.10.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Mercure de France, Roman

Aurore disparaît, avril 2014, 198 pages, 17 €

Ecrivain(s): Amina Danton Edition: Mercure de France

Aurore disparaît, Amina Danton

 

« Il dépend de celui qui passe Que je sois tombe ou trésor, Que je parle ou me taise. Cela ne tient qu’à toi, Ami, n’entre pas sans désir ».

Paul Valéry

 

Ces paroles de Paul Valéry, gravées au fronton du Palais de Chaillot et évoquées à la fin de l’ouvrage, reflètent toute l’atmosphère de cette histoire profondément humaine.

Aurore vit seule, au bord de la mer, éloignée de son mari, Roland. Elle se consacre à son art, la peinture :

« Aurore ne se laissait pas approcher. C’était devenu un réflexe. Elle maintenait une distance avec les autres. […] Elle formait avec la mer, avec Roland, avec son père, un royaume de silence imprenable, sans cesse recréé par le bruit des vagues ».

Aurore, surnommée « Sleeping Beauty » par son mari, se voit contrainte de sortir de son monde, dérangée par les visites répétées de l’une de ses voisines, Irène B., et ce, à compter de l’assassinat d’une autre de ses voisines, Mme Damian :

« Aurore, en arrivant au Moulinet, avait découvert que beaucoup de ces villas magnifiques abritaient des drames, des longues maladies, des deuils, des mariages ratés, jamais rompus, des catastrophes silencieuses, toxiques, et chroniques, cachées derrière les façades refaites, les toits rutilants, et les jardins dessinées à la tronçonneuse ».

Aurore se réveille et commence à s’interroger. Elle devient très attentive au moindre détail ; ainsi, une « hésitation au téléphone dans la voix de son mari » suscite en elle le doute…

« L’erreur était profonde. L’entaille était profonde. Le sang revenait de loin, chaque jour, il revenait d’un peu plus loin. Les formes noires avaient surgi sur ses tableaux, des formes parfaites, dures, qu’elle mettait des heures et des heures à polir. A cause d’une hésitation dans la voix de Roland, il y avait dans sa vie une erreur aussi dure et aussi parfaite que ces formes noires qui cherchaient à émerger. Le miracle ne viendrait pas de la lumière blanche, comme elle l’avait tant espéré. A force de s’enraciner dans ce désir de le voir revenir un jour, elle s’était endormie et sa vie se déroulait aujourd’hui dans le ralenti de ses rêves ».

Une ambiance chabrolienne tient le lecteur en haleine tout au long de cette histoire magnifiquement écrite et à mesure que se déroule le fil de l’action, apparaissent les toiles peintes par Aurore ; celles-ci, comme une « vérité qui approche », contribuent au dénouement de l’intrigue…

Amina Danton signe un roman d’atmosphère remarquablement bien travaillé et construit à la façon d’une toile de grand maître : tout y a été étudié, depuis l’esquisse jusqu’au dernier coup de pinceau. Plume exquise, vivante et poétique, l’auteure projette le lecteur avec brio et sobriété dans la solitude de son héroïne…

 

Valérie Debieux

 


  • Vu : 1261

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Amina Danton

 

Après La Tangente (Editions Gallimard, 2009), Aurore disparaît est le deuxième roman d’Amina Danton.

 

A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com