Identification

La Une CED

52.dimanche (XVIII)

Ecrit par Didier Ayres , le Samedi, 25 Mai 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

 

le dimanche du 29 avril 2012

 

éthique

éthos (dans le sens anthropologique) : caractère commun à un groupe d’individus d’une même société

vous pardonnerez cette citation un peu technique, de ce qui va occuper en partie la lettre d’aujourd’hui, mais cette définition m’est venue ce matin comme pour amorcer ma communication d’aujourd’hui

éthique au principe d’écrire

par exemple dans le livre de 1941 de Jean-Paul Sartre, lequel écrivait son traité de phénoménologie quand la France vivait des heures sombres de son histoire, tout autant que la déambulation américaine de Kerouac, qui s’est arrêtée à mon avis sous l’effet de la reconnaissance publique, et l’assèchement de l’écrivain

"Je suis un homme écrit" - La beauté de vivre de Jean-Paul Dadelsen

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 21 Mai 2013. , dans La Une CED, Les Dossiers, Etudes

 

Petite discussion sur La Beauté de vivre de Jean-Paul de Dadelsen

 

Pour tout dire, cette petite étude est écrite sous la dictée morale d’une intention et d’un goût personnels, que ce livre de Jean-Paul Dadelsen est venu raviver et éclairer avec franchise. Car, grâce à la lecture du livre hybride de cet auteur alsacien que certains connaissent, j’ai retrouvé en moi de difficiles interrogations qui méritent peut-être d’être écrites aujourd’hui. Le poète voit le jour en 1913, et ce livre sort en librairie pour la célébration du centenaire de la naissance de l’auteur. Ce n’est pas à proprement parler un recueil de poèmes, ni un livre de correspondances, ni encore un livre de souvenirs, et l’éditeur a choisi un angle d’attaque très original au regard de ce projet de célébration de l’anniversaire du poète, et a réuni des lettres, poèmes et témoignages qui retracent les tout premiers pas littéraires du poète, en regardant ce que celui-ci produisait autour de sa relation affectueuse et tendre avec son oncle Eric. Un poète était en train de naître, et on le voit s’épanouir en ses années de jeunesse, au milieu de cette relation étroite qui de 1929 à 1936 liera les deux hommes, entre Strasbourg et Paris notamment.

Art de consommer - 38

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Lundi, 20 Mai 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

 

 

Jeannot fractionne un lexomil en quatre, avale trois morceaux.

Ne vous privez jamais de l’essentiel, quelle que soit la situation subie par votre entourage. Vous passez avant.

Si vous deviez vous sacrifier, vous finiriez par faire subir à votre entourage vos frustrations, et alors les dommages seraient supérieurs à ceux causés par un recentrement bien compréhensif sur vous.
Non. Plutôt ça :

Il ne faut jamais être frustré, sinon on fait payer aux autres cette frustration, laquelle vengeance entraîne des exclusions qui sont elles-mêmes génératrices de frustration.

Voilà. Privilégier ce qui est court.

52.dimanche (XVII)

Ecrit par Didier Ayres , le Samedi, 18 Mai 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

 

le dimanche 22 avril 2012

 

politique/poétique

la position esthétique, qui est aussi un moment éthique, n’est pas indifférente à la cité et à la vie de la cité

disons que la couleur d’une lampe par exemple, pour un poète, est rouge comme le sang, ou jaune soleil, ou vert-de-gris, et cette couleur n’est pas sans conséquence sur l’univers immédiat et les interattractions probables avec le milieu où le poète se trouve

sachant que glisser sur cette couleur, parfois bleue comme celle des républicains en notre révolution de 89, rouge cerise ou blanche comme l’hermine, c’est déjà une poétique, un afflux de significations, que la simple lampe ornée d’un drapeau est tout de suite plus épaisse, et en ce sens politique, dirais-je

De la métaphysique pour reposer du politique

Ecrit par Kamel Daoud , le Vendredi, 17 Mai 2013. , dans La Une CED, Les Chroniques, Chroniques régulières

 

… Ce qui me bouleverse ce n’est pas ma mort : elle est mienne. Ce qui me chavire, me donne le vertige, me remplit d’extase et abîme ma pensée c’est ma naissance. Ma venue au monde. Comment cet immense vide qui me précède a fini par se concentrer dans l’infinie probabilité du hasard et l’extrême précision de la nécessité, pour m’engendrer moi, mes pensées, mon identité ? Qu’est-ce qui a obligé le vide à se remplir par ma présence. En quoi suis-je une nécessité et comment un être que rien n’attend finit par venir au monde comme une personne que rien ne remplace ?

Ce n’est pas ma tombe qui me fascine, mais le vide auquel je m’adosse. Le grand cosmos qui précède mon prénom est plus inquiétant et plus inexplicable que la pierre tombale qui va seulement essayer d’un peu me retenir.

Ce n’est pas la disparition qui est un drame, mais la naissance. Que je retourne au vide n’est que pente naturelle, mais que je remplace le vide par ma personne voilà le grand mystère, la formidable inquiétude qui devrait tous nous faire tourner la tête vers les commencements et occuper notre réflexion.