Identification

Création poétique

Robert Frost, un poème traduit de l'américain par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 05 Décembre 2022. , dans Création poétique, Les Chroniques, La Une CED, Poésie

 

Je pourrais tout céder au temps


Le Temps jamais ne juge qu’il est courageux

lorsqu’il affronte des montagnes de neige

pour les aplanir jusqu’à la vague.

Les voir si bas ne le rend pas non plus radieux

mais seulement grave, contemplatif et grave.

Réalité 1. Nature (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 21 Novembre 2022. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

Henri David Thoreau a raison

Nous sommes des insurrections.

 

Allons vers l’esprit veux-tu

Car les dieux ne sont à personne

De simples respirations.

 

Le ruisseau souffle voilà tout

Et le noisetier d’ébène est un jeu

C’est-à-dire un suspend critique.

Le calligraphe des Sables, Mustapha Saha

Ecrit par Mustapha Saha , le Mardi, 06 Septembre 2022. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

Le calligraphe des Sables, Mustapha Saha, Les Éditions Orion, 2021, 100 pages, 12 €

 

Le temps des barricades

 

Rappelle-toi Clara la cachette stressante

Où nos corps éprouvés par les coups de matraque

S’aimantèrent sans bruit jusqu’à l’aube naissante

Pendant que rugissaient les griffons de la traque

 

Mon mouchoir imprégné d’une odeur de manille

Comme unique parade aux gaz lacrymogènes

Ton haleine embaumée d’un nectar de vanille

Où mon souffle puisait ses bulles d’oxygène

Najib Bendaoud (1953-2022) Il est mort le poète (par Mustapha Saha)

Ecrit par Mustapha Saha , le Jeudi, 10 Mars 2022. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

Najib Bendaoud, professeur à l’école normale supérieure de Tétouan, et avant tout poète, est mort comme meurent les poètes, dans une fulgurance cardiaque. La mort, énigme des énigmes, sa compagne indomptable, sa muse, sa lyre, sa déesse, il la chante pour l’éternité.

Yeux d’amande

Par Najib Bendaoud

Amour terrestre

Combien tu es affreusement éphémère

Combien tu es un passant

Combien tu es ignoblement fragile

J’aime aimer l’éternel

La mort est ma vraie femme réelle

Trente-neuf tankas rouges (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 13 Septembre 2021. , dans Création poétique, Ecriture, La Une CED

 

(…) et rouge comme ce dont je ne parviens

pas à me souvenir

Je dirai que je suis tombé.

Roland Dubillard, Limoges/Poitiers

Réalisé grâce au soutien de la région Nouvelle-Aquitaine

 

1. Telle la nuit

Qui reste mon habitation

Au-dehors la lumière

 

Un demi-cercle

Pauvre comme le sommeil.