Identification

Ecriture

T’écrire est ce soir

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 29 Août 2014. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

 

 

 

 

J’ai joué pour toi. Tu m’as répété que

j’avais jeté avec une précision infinie

 

un sac de sable ouvert sur le soleil

et que ce qui avait voltigé dans

 

l’air avait fait quitter le petit garçon

que tu as été du terrain indéfinissable

L’Assise

Ecrit par Clément G. Second , le Mercredi, 27 Août 2014. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

 

Sa réputation de femme positive et même entreprenante n’était plus à faire. On vantait son opiniâtreté quotidienne jusqu’à se reposer sur elle par ce lâche alibi auquel se ramènent souvent les louanges, et personne ne s’étonnait d’inférer ou d’apprendre que de nouveau elle se levait bien avant le réveil des autres et se retirait très tard après l’extinction des voix et des menus bruits de l’avant-nuit.

Pourtant, si considérée et même implicitement remerciée qu’elle se sût, sa conscience intime lui rappelait, avec un effet de satisfaction presque amer, que cette reconnaissance resterait à la surface de celle qu’elle n’avait jamais cessé d’être.

Simplement

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 27 Juin 2014. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

 

 

 

 

Surtout aussi

J’aimais t’embrasser avec

 

Simplement ma main sur les

Choses

 

Même loin de toi

Car chaque chose me renvoyait

Je marche

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Lundi, 16 Juin 2014. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

 

(récit-poème marché/compté à voix haute)

 

Je marche dans la transparence

dans le vide de rien & de l’évanescence /

Dans le pas trotté des chevaux

où se débrident /

encore aphones /

les rênes de l’aube

Ecrire, c’est tuant !

Ecrit par Marc Ossorguine , le Jeudi, 05 Juin 2014. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Ecrire. Comme des milliers d’autres, ils en rêvent. Ecrire et pouvoir ne faire que ça. Pouvoir répondre à la question du pourquoi on écrit par cette réponse lapidaire de Beckett, « bon qu’à ça ». Ecrire. Oui mais quoi ? Et à quoi bon ? Des milliers de livres publiés chaque année. Et pour un publié, combien de recalés, de refusés… Et dans ceux qui arrivent dans les librairies, combien oubliés, inaperçus qui partent au pilon avant peu ?

Certains tentent aujourd’hui leur chance sur internet. Leur chance ! Pour mettre leurs phrases et leurs lignes en ligne, c’est d’une facilité ! Et puis… Et puis rien.

Rien parce qu’au delà de la pulsion il y a la chute. Parce qu’au delà du mirage il y a le sable, jusqu’au bout des horizons les plus improbables.