Identification

Les Chroniques

Alain Damasio : Quatre romans de SF (par Didier Smal)

Ecrit par Didier Smal , le Mercredi, 05 Mai 2021. , dans Les Chroniques, Les Livres, Science-fiction, La Une CED, En Vitrine, Cette semaine

 

La Zone du dehors, Gallimard/Folio, février 2021, 656 pages, 11,50 €

La Horde du Contrevent, Gallimard/Folio, février 2021, 736 pages, 11,50 €

Aucun souvenir assez solide, Gallimard/Folio, février 2021, 400 pages, 8,60 €

Scarlett et Novak, éditions Rageot, mars 2021, 64 pages, 4,99 €

 

À l’occasion de la réédition au format poche du troisième roman d’Alain Damasio, Les Furtifs, la collection Folio propose à nouveau ses deux romans précédents, La Zone du dehors (1999 ; nouvelle version en 2007, celle ici proposée) et La Horde du Contrevent (2004), ainsi que son unique recueil de nouvelles, Aucun souvenir assez solide (2012). Ces rééditions, sous une intéressante maquette typographique unique, qui rappelle certains graphismes des années soixante-dix tout en évoquant la fluidité du style de Damasio, sont une pure incitation à se replonger dans ces livres, envie déjà générée par la lecture des Furtifs, roman extraordinaire mais dont on se rend aisément compte qu’il est le fruit d’un long cheminement, tant philosophique et spirituel que littéraire au sens de la recherche d’un style pour dire.

La Styx Croisières Cie-III Mars 2021 (par Michel Host)

Ecrit par Michel Host , le Mercredi, 05 Mai 2021. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Ère Vincent Lambert, An III

Humain, citoyen le plus vulnérable, la République française, la médecine, la banque et la magistrature réunies, t’ayant baptisé Légume, te tueront.

 

Ère Samuel Paty. An II

Tu veux expliquer aux enfants la pensée et le dire libres. Alors « La religion » te saisira au cou et te décapitera sur un trottoir. Citoyen libre, sache à quoi t’attendre !

 

À la cime des arbres le vent ne cesse pas

Le feuillage marmonne

À croire qu’un ruisseau coule au-dessus de nous

Philippe Jaccottet, Ivre de livres (mars 2014)

Hormis la joie, Pierre Andreani (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 03 Mai 2021. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED, Poésie

Hormis la joie, Pierre Andreani, éd. Sous le Sceau du Tabellion, février 2021, 96 pages, 13 €

 

Fouillement

Mon travail critique a le mérite de me faire ressentir de la joie et bien souvent de la curiosité pour des textes nouveaux qui me parviennent. C’est le cas ici avec ce livre de Pierre Andreani, où la difficulté non pas de trouver une clé dans ce mystère, mais un surcroît d’intensité en découvrant la personne, le poète derrière ses lignes, est devenue au cours de ma lecture justement cette clef-là que je cherchais. Ainsi, je crois avoir compris où la signification rationnelle venait buter, grâce à une expérience de la langue profonde et énigmatique. Cette double compréhension – moi lisant un texte feuilleté par un divorce entre l’épithète et son explication – s’est révélée une gymnastique dans laquelle ce qui est intervallaire a plus de poids que la réalité des sens, que la teneur intellectuelle des définitions et des sèmes.

Confusion, La saga des Cazalet, tome III, Elizabeth Jane Howard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 30 Avril 2021. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED

Confusion, La saga des Cazalet, tome III, Elizabeth Jane Howard, La Table Ronde, Quai Voltaire, mars 2021, trad. anglais, Anouk Neuhoff, 512 pages, 23 €

Confusion est le troisième tome de La saga des Cazalet, après Étés anglais et À rude épreuve, d’Elizabeth Jane Howard (1923-2014). Polly et Clary Cazalet, les deux cousines, ont maintenant 17 ans. Polly (fille de Hugh Cazalet) affronte la mort de sa mère, Sybil Veronica. Durant cette période de guerre mondiale, de 1942 à 1945, les corps et les cœurs sont souffrants, la population endure des pénuries de médicaments, de nourriture, de chauffage, les bombardements, les seules consolations restantes se bornant à préserver l’unité familiale.

Elizabeth Jane Howard approche de très près ses créatures de papier, qu’elle dote d’organicité, en décrivant les sanies des bébés et des vieillards, les soins successifs sans fin, les maladies, l’acné juvénile, les larmes, la perte entière des dents, l’amputation des membres des rescapés. Les conversations sont longues, les échanges, surprenants, les dialogues entre les jeunes filles, circonstanciés, intelligents et d’une certaine maturité. Les femmes sont vouées à l’économie ménagère ; la société de consommation du tout jetable n’ayant pas encore envahi les mœurs. Néanmoins, elles travaillent, occupant principalement des métiers du tertiaire.

Le « côté Dostoïevski » de Robert Bresson (2) (par Augustin Talbourdel)

Ecrit par Augustin Talbourdel , le Mardi, 27 Avril 2021. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

II- Requiem pour un âne

On trouve la première passion d’un âne, passion au sens chrétien du terme, dans un rêve de Raskolnikov enfant. Plus exactement, il s’agit d’une « pitoyable haridelle rouanne de paysan ». La scène est connue : l’enfant marche près de son père au milieu d’une population ivre et grossière, lorsqu’il assiste au spectacle d’un cheval qu’on accable de coups et qu’on fouette à mort. Aux reproches des participants, le criminel répond en vociférant : « C’est mon bien ! ». La jument rend son dernier soupir, sous le regard désolé de l’enfant impuissant. Est-ce à cet épisode de Crime et châtiment, rendu célèbre par la folie de Nietzsche et par la représentation qu’en donne Béla Tarr en ouverture du Cheval de Turin ; est-ce à cet épisode que songe Bresson lorsqu’il conçoit Au hasard Balthazar ? Ou bien à l’âne que le prince Mychkine, dans L’Idiot, entend braire lorsqu’il arrive à Bâle, qui lui rend toute sa lucidité et lui procure une « très vive sympathie pour les ânes » dont les filles de la générale ne manquent pas de se moquer ? Et le prince de faire un éloge de l’âne : « il est utile et bon garçon ». Bresson parle des ânes de son enfance, « ceux qu’on voit sur les chapiteaux des églises et des cathédrales romanes » (1).