Identification

Récits

La colline du mauvais-conseil, Amos Oz (par Anne Morin)

Ecrit par Anne Morin , le Mardi, 23 Février 2021. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard, Israël

La colline du mauvais-conseil, Amos Oz, Gallimard, Coll. L’Imaginaire, novembre 2020, trad. hébreu, Jacques Pinto, 248 pages, 10,50 € . Ecrivain(s): Amos Oz Edition: Gallimard

 

« Et Edouard répliquait avec sévérité : Mes amis je vous en prie, revenons à l’ordre du jour » (p.244). Il n’est pas indifférent que cette injonction soit faite par le superviseur anglais d’une opération visant à l’épuration de l’eau, aux deux « ingénieurs », juif et arabe, au temps de l’occupation britannique.

Trois histoires liées, nouées par les enfants, enfants de l’immigration juive, dont l’un, Uriel qui en est le pivot, prend les traits et en partie l’existence d’Amos Oz.

Dans le premier récit, la mère d’Uriel s’enfuit avec un lord anglais, l’enfant sera envoyé au kibboutz, dans le second les parents semblent fomenter un complot pour chasser l’occupant, dans le troisième où la parole est donnée à un médecin atteint d’une maladie incurable, Uriel confié aux bons soins d’une tante attend le retour de ses parents… aucun de ces récits ne reflète ou ne recouvre la réalité complète de la vie de l’enfant Amos Oz, mais tous en possèdent une part, un contour :

Ma vie toute crue, Mauricio Garcia Pereira (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 22 Février 2021. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Plon

Ma vie toute crue, Mauricio Garcia Pereira, Plon, Coll. L’abeille, janvier 2021, 176 pages, 8 € Edition: Plon

 

« Meat is murder »

En 1985, dans Meat is murder, sa chanson pamphlétaire contre la consommation de viande (devenue hymne de la cause végétarienne), le leader des Smiths, Morrissey, s’adressait à ses auditeurs et leur demandait : « Do you know how animals die ? ». La réponse venait rapidement, comme un cri refoulé, cinglant : « It’s not comforting, cheery or kind / It’s sizzling blood and the unholy stench / Of murder » (1). Quelques trente ans plus tard, en France, Mauricio Garcia Pereira, ouvrier à l’abattoir de Limoges, un des plus grands de France, lançait l’alerte dans un livre que rééditent aujourd’hui les éditions Plon dans sa Collection de Poche. En se gardant de toute radicalité, il décrit un univers insupportable où victimes et bourreaux sont maltraités, soumis à la violence de l’industrialisation de la mort animale.

Encabanée, Gabrielle Filteau-Chiba (par Parme Ceriset)

Ecrit par Parme Ceriset , le Jeudi, 11 Février 2021. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Le Mot et le Reste

Encabanée, Gabrielle Filteau-Chiba, janvier 2021, 120 pages, 13 € Edition: Le Mot et le Reste

 

Qui n’a jamais songé à s’éloigner pour quelque temps du monde, de la société de consommation souvent individualiste et matérialiste, afin de se retrouver en tête-à-tête avec l’immensité et avec soi-même ?

Comme le dit Sylvain Tesson dans son livre, Dans les forêts de Sibérie, « L’ermite nie la vocation de la civilisation, en constitue la critique vivante ».

Il y a parfois une tentative de se reconnecter à l’essentiel, de se retirer de l’enfer urbain où l’on ne prend jamais le temps de s’arrêter et de savourer l’instant présent.

En découvrant page après page ce récit particulièrement vivant que la narratrice d’Encabanée déroule à la manière d’un journal de bord quasi-quotidien, on ne peut s’empêcher de penser à cet extrait de Walden :

« Je m’en allais dans les bois parce que je voulais vivre sans hâte, vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie, mettre en déroute tout ce qui n’était pas la vie, pour ne pas découvrir, à l’heure de ma mort, que je n’avais pas vécu ».

Nous sommes les voix des morts, Les derniers déportés témoignent, Jean-Marie Montali (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier , le Mercredi, 06 Janvier 2021. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Le Cherche-Midi, Histoire

Nous sommes les voix des morts, Les derniers déportés témoignent, Jean-Marie Montali, octobre 2020, 240 pages, 17,80 € Edition: Le Cherche-Midi

 

Bientôt, les survivants de la Shoah auront tous disparu. D’un côté, nous sommes en présence d’une évidence biologique – les camps de la mort ont cessé leur activité il y a trois quarts de siècle et ceux qui en ont réchappé sont, pour les plus jeunes, octogénaires. De l’autre, il semble intolérable que plus personne ne puisse témoigner du pire massacre de tous les temps. Un décompte macabre pourrait bientôt commencer, analogue à celui par lequel, dans les années 1990, on s’était mis à dénombrer les derniers combattants de 1914-1918 ou, à présent, les Compagnons de la Libération, et les historiens se sont lancés dans le recueil des ultimes témoignages qui seront délivrés de vive voix.

Il existe dans le nord d’Israël, à Haïfa, une fondation créée en 2001, Yad Ezer Lechaver, qui permet à des survivants de la Shoah établis dans l’État hébreu, de ne pas finir leurs jours dans la misère matérielle. Cette association possède des immeubles dans lesquels les rescapés sont logés.

L’Univers sous mes pieds, Blandine Pluchet (par Delphine Crahay)

Ecrit par Delphine Crahay , le Lundi, 07 Décembre 2020. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres

L’Univers sous mes pieds, Blandine Pluchet, éd. Salamandre, novembre 2020, 147 pages, 19 €


L’Univers sous mes pieds est un récit de marche qui mêle vulgarisation scientifique, méditations et réflexions, descriptions et évocations de la nature, notations autobiographiques. Blandine Pluchet, physicienne de formation, nous y invite à la suivre dans ses promenades, ses songes et ses états d’âme.

Je n’ai pas grand-chose à en dire. Son propos est clair et simple, comme doit l’être celui de tout auteur qui prétend transmettre idées et connaissances au plus grand nombre, mais son style, fluide et assez agréable, n’a rien de notable. Je n’ai pas senti non plus de ton ou de voix singulière, qui traduirait un regard particulier, un point de vue ou une nuance propre, qui aurait du caractère.