Identification

Poésie

Annoncer la couleur, Ernest Pignon-Ernest, André Velter (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Mercredi, 10 Juillet 2019. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Actes Sud, Arts

Annoncer la couleur, mars 2019, 96 pages, 29 € . Ecrivain(s): André Velter et Ernest Pignon-Ernest Edition: Actes Sud

 

« Tenir Parole à bras le corps dans La Lumière et dans La Force ».

« Toujours & Toujours Attiser le Feu qui nous jette en Avant ».

« C’est le même Corps dans le Décor qui joue sa peau sans y penser ».

Ernest Pignon-Ernest et André Velter sont deux archers. Leurs flèches : pour l’un le fusain, la plume et le pinceau, pour l’autre la phrase et les mots acérés, ils se croisent, se lient et fécondent la poésie et le dessin. L’image chante dans son mouvement et la phrase l’illumine. C’est une main ouverte comme une offrande – on pense évidemment à celle du torero José Tomás (1) –, un pied ailé, un œil fermé de femme ombré de noir, un corps nu aux bras ouverts, comme une divine présence, un voilier dans le lointain, suspendu sur l’océan, comme les mouettes qui l’accompagnent : « Pour annoncer la couleur rien ne vaut le noir et blanc ».

Partition, Louise Ramier (par Ahmed Slama)

Ecrit par Ahmed Slama , le Lundi, 08 Juillet 2019. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Editions Louise Bottu

Partition, Louise Ramier, mars 2019, 130 pages, 14 € Edition: Editions Louise Bottu

 

Partition de Louise Ramier fait partie de ces textes que nous ne traversons pas mais qui nous traversent eux, opérant en nous, lecteurs, de ces sensations singulières, perdition des plus salutaires. Et tranche, ce Partition, avec ces temps littéraires où tout nous est, à nous lecteurs, mâché, prémâché, tout étant fait pour l’on soit, tous et toutes, confortablement installés dans nos pantoufles narratives.

Alors pas d’histoire ici, l’histoire telle que l’on se la figure. On le sait, Louise Ramier l’affirme, « le roman n’est qu’une blague délayée ». Loin de s’attacher à une narration quelconque, à une histoire prétexte, Partition déroule simplement « des mots de tous les jours éparpillés », disséqués, des mots encrassés – pour reprendre Mallarmé – « rien n’était clair, les mots eux-mêmes ». Mais il y a surtout cette composition des étonnantes, dans Partition, faites de ces portée 1 et portée 2 et qu’entrecoupent une succession d’intermezzos. Et c’est dans et par cette composition toute musicale que s’instaure ce que j’appellerai la ritournelle de la cuvette.

Le Livre de mémoire, suivi de La lettre première, Thibault Biscarrat (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 28 Juin 2019. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Les Vanneaux

Le Livre de mémoire, suivi de La lettre première, juin 2019, 90 pages, 17 € . Ecrivain(s): Thibault Biscarrat  Edition: Les Vanneaux

 

« Sur ton bras une marque, un signe : voici le Verbe et les soixante-dix noms sacrés.

Voici le Livre de mémoire.

J’envelopperai la Terre de lumière et les rayons embraseront les rivages.

Nous susciterons le pourpre et le point étincelant. Nous susciterons l’encore et le poème.

Mystérieux infini d’où le Tout se déploie. Trois sortant d’Un, Un étant dans le Trois ».

 

Le Livre de mémoire s’ouvre sur une citation du Zohar : Ecoutez cieux, ce que je vais dire… Le Zohar ou le Livre de la splendeur, essentiel dans la mystique juive, ouvrage qui étudie, et interroge l’humain et le divin.

Le bourdonnement de la lumière entre les chardons, Claude Donnay (par Patrick Devaux)

Ecrit par Patrick Devaux , le Jeudi, 27 Juin 2019. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Le Coudrier

Le bourdonnement de la lumière entre les chardons, juin 2019, 90 pages, 18 € . Ecrivain(s): Claude Donnay Edition: Le Coudrier

 

Sommes-nous, avec Claude, dans « le bourdonnement de la lumière entre les chardons », dans un processus d’éternel retour ou d’éternelle continuité ? Ce recueil, en tout cas, nous rappelle brillamment ce très court laps de temps qui fait notre éblouissement puisqu’« il n’est question/ Que de passer/ Du doigt au sable/ Du sable à la vague ».

Devant le doute, certes « le ciel rougit de notre immobilité »… mais il flamboie car « au-delà du choix/ Le chemin pose/ Son évidence ».

Tributaire du corps, l’âme serait-elle en sursis quand « le monde survit/ Le temps/ D’un battement de cils » ?

C’est que le bourdonnement se fait intense au moment où on s’y attend le moins, sorte de résistance globale à vouloir prendre un certain élan quand « la vie coule à pic ».

Les ronces, Cécile Coulon (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Mercredi, 26 Juin 2019. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Le Castor Astral

Les ronces, mars 2018, 166 pages, 15 € . Ecrivain(s): Cécile Coulon Edition: Le Castor Astral

 

« Ce moment est une porte

que je n’ai pas osé franchir, par peur de l’entendre,

dans mon dos

se refermer » (p.99)

 

Ce premier recueil de poésie de la romancière Cécile Coulon (28 ans) a partout le ton, la fraternelle franchise, le rythme, l’énigmatique évidence de ce passage. On l’a admiré (dernier Prix Apollinaire), on s’en est moqué (Juan Asensio, essayiste et chroniqueur vif et cultivé, mais plutôt acerbe, parle par exemple d’une « volaille que des aveugles volontaires confondent avec un condor des Andes »). Je veux bien alors n’y rien voir, puisque moi, simplement, j’admire. Je suis par exemple sensible à une parole comme :