Identification

Les Chroniques

Les Moments forts (4) : Egon Schiele à Vienne, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 28 Février 2018. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED, Côté Arts

 

Passant, à l’Albertina, dans un cérémonieux regard, d’une œuvre à l’autre, nous prend un frisson. Nous sommes devenus mousse, forêt. Et une rigole d’eau – ce frisson – caresse (un peu plume) la mousse de notre corps intérieur (ouvert aux vents enchanteurs qui, légèrement, rudoient : vents de nos Mille Nuits, de nos Mille et Une Nuits). Marchant d’une œuvre à l’autre, nous permettons à notre œil d’être : ce qui écoute. Regardons, écoutons : exquise, déroutante, dérangeante fragilité de ce qui se dit sans affectation. Sans pose. Dans la nudité du premier jour et de la première nuit : dans la nudité nue, de l’enfance éblouie et de la mort (Duras est en étreinte, sans le savoir peut-être, avec Schiele). Sans pose aucune ? Sans même user du langage (d’un quelconque langage). Fragilité accomplie de ce qui se montre sans parer cette monstration, sans la recouvrir, geste social, au moyen d’un voile aux couleurs délavées mais se voulant intenses quoique moirées (les atours du convenu). Beauté certaine de ce qui se montre jusque dans la mort, laquelle perce dans la vie organique : les os, les tendons, le sexe comme une blessure.

Claude Seignolle ou l’homme légende, par Éric Poindron

Ecrit par Eric Poindron , le Mardi, 27 Février 2018. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Dimanche 25 juin 2017, l’immense Claude Seignolle, écrivain et conteur, sorcier et « meneur de loups », ami de Jean Ray ou de André Hardellet et de tant de grands maîtres du fantastique a eu cent ans. A défaut d’être académicien, le diable de bonhomme n’est pas loin d’être immortel.

Éric Poindron, son ami et éditeur de « Au Château de l’étrange », nous emmène en promenade mystérieuse avec un jeune homme aux longs cheveux gris, insaisissable et taquin.

Suivez les guides…

 

Les sentiers nocturnes et fous où se cache l’inexpliqué

À propos de Pressée de vivre d’Anise Koltz, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 27 Février 2018. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Pressée de vivre d’Anise Koltz, Arfuyen, janvier 2018, 170 pages, 10 €

 

Le dernier recueil d’Anise Koltz que publie Arfuyen est un ouvrage de grande importance. Tout d’abord parce qu’il est d’une écriture claire, presque aveuglante. Et en même temps, parce qu’il dénonce la condition de la vie déterminée par la mort. Ces deux notions, vie et mort, s’opposent naturellement comme l’ombre et la lumière, le mal et le bien, et mettent en évidence ce en quoi la clairière n’existe que grâce à la forêt. Ainsi dans cette sorte d’antagonisme, l’on débouche sur la lucidité, lucidité que donnent immanquablement la mort et sa triste lumière, lucidité sur la valeur des croyances, lucidité sur la qualité de notre ici-bas.

 

Des visions apparaissent

de quelles zones indécises

ressurgissent-elles ?

À propos de Je voulais vous dire d’Armand Gatti, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Vendredi, 16 Février 2018. , dans Les Chroniques, La Une CED

Je voulais vous dire d’Armand Gatti, illust. Emmanuelle Amann, éd. Aencrages&co, décembre 2017, 48 pages, 21 €

Une poésie comme acte

Comme je ne peux consacrer que quelques lignes au sujet du dernier livre d’Armand Gatti, j’irai à l’essentiel. Je dirai donc que nous sommes à la fois au sein d’une poésie physique, une poésie du corps, et de poèmes engagés. Et tout s’allie très bien grâce à une écriture très pure, sans scories, fraîche. On devine la relation physique avec une amante non nommée, mais qui entraîne en quelque sorte une relation politique, une nomination poétique, teintée d’érotisme où le corps est aussi un instrument politique.

 

Je ne vous ai appelé que pour le combat

et pour la peine. Mais cette fois

c’est la fête aussi sûre que l’orge imperlé

et le contact des doigts

Les Moments forts (5) Caravage à Milan, « l’éclat de l’apparence », par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 16 Février 2018. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Pour dire Caravage, pour dire cette formidable exposition, il nous faut faire un détour par Nietzsche et par les notes de Pontévia recueillies après sa mort. Au Moyen Âge, rappelle ce philosophe, « la lumière est le signe de l’Esprit. C’est la lumière des néo-platoniciens et de Denys l’Aréopagite. Au contraire la lumière, avec la Renaissance, représentera plutôt, avant d’être dissoute, diluée sur la surface, l’élément de résistance à l’intellectualisation du sensible. Nietzsche (dans Ainsi parlait Zarathoustra) a dit l’amitié de la lumière et des corps ténébreux et inversement l’inimitié de la lumière envers tout ce qui brille ». C’est pourquoi dans la peinture – et quel peintre nous le fait mieux sentir que Caravage ? – la lumière est « amoureuse de l’ombre, elle la baigne doucement, suavement, dans cette intimité discrète qu’on appelle clair-obscur. Nietzsche dit même que l’ombre est allaitée par la lumière ». Prenez le temps de vous arrêter, malgré l’affluence des visiteurs, devant chaque peinture. Vous inondera (vous êtes devenu champ) cette certitude : l’ombre est allaitée par la lumière.