Identification

Nos lieux communs, Chloé Thomas

Ecrit par Stéphane Bret 08.09.16 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Les Livres, Roman, Gallimard

Nos lieux communs, août 2016, 173 pages, 16,50 €

Ecrivain(s): Chloé Thomas Edition: Gallimard

Nos lieux communs, Chloé Thomas

La croyance à la révolution est-elle risible et naturellement hors de propos ? Chloé Thomas, dans son premier roman, s’attache à radiographier l’histoire de Bernard et Marie, étudiants dans les années soixante-dix, partis rejoindre les ouvriers en usine. Leur fils, Pierre, élevé solitairement par Bernard que sa compagne a quitté, tente avec l’aide de Jeanne, son amie, de reconstituer l’itinéraire de ce couple, mal placé dans l’histoire, arrivant toujours après les grandes batailles déjà livrées par d’autres générations ou perdues d’avance. Il faut constater que l’auteur n’éprouve guère d’empathie à l’égard des engagements politiques et convictions de ses personnages. Ils sont dépeints comme des êtres inauthentiques, dont les choix tombent, forcément, à plat :

« Au moins, avec le temps, avaient-ils donc appris, les autres, à ne pas s’émouvoir de la beauté supposée du geste ouvrier, des grandes mains puissantes et couturées. Leur propos n’est plus esthétique. Peut-être est-ce cela, la recherche du beau et ce goût du lyrique, qui les avait perdus, eux. C’était pourtant de leur âge ».

On attend tout au long du récit un soupçon de sympathie, de tendresse, pour ce couple d’adolescents en retard d’une époque, en recherche d’une révolution introuvable. Il ne vient jamais, et c’est un véritable réquisitoire qui s’abat sur eux :

« On y allait surtout pour pousser les ouvriers à s’organiser, à mettre en place des actions, à réfléchir à leur condition, mais à propos de laquelle on avait déjà nos grilles de lecture à nous ».

Bien sûr, pour le cas où l’on ne l’aurait pas encore compris en avançant dans la lecture du roman, ils ont faux sur toute la ligne, ces petits jeunes coupables de croire à l’utopie, ils ont à peine droit aux circonstances atténuantes. L’utopie fait partie de ces « Lieux communs », elle est détestable à ce titre. Dommage que l’orientation du roman n’ait pas été plus équilibrée. Certaines analyses des mentalités de l’époque sont justes, en ce qu’elles décèlent les naïvetés des convictions de certains révolutionnaires de cette époque, mais elles ne convaincront pas le lecteur qui sera aussi assez vite lassé des emplois incessants des parenthèses et des répétitions de vocabulaire.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 3483

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Chloé Thomas

 

Chloé Thomas est née en 1985. Elle vit à Paris. Nos lieux communs est son premier roman.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS