Identification

Matières Fermées, William Cliff

Ecrit par Philippe Leuckx 15.08.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, La Table Ronde

Matières Fermées, mars 2018, 256 pages, 16 €

Ecrivain(s): William Cliff Edition: La Table Ronde

Matières Fermées, William Cliff

 

Deux cent dix-sept sonnets, disposés en huit « liasses » de textes, relatent l’ordinaire de la vie passée et présente de l’auteur belge, naguère publié chez Gallimard, dont l’incipit commence mal : « Me voilà déjeté… honni » ; qui se clôt sur le terme « oblivion » (ignoré par le petit Robert) ; entre les deux, pour combler la dose de haine ressentie et l’oubli inévitable qu’un sommeil peut accomplir, le temps d’une nuit de répit.

Dans une langue, qui prend son temps, pâte épaisse, toute de participes présents et de conjonctives, densément syntaxique, le poète de Gembloux (qu’il honore de nombre de mentions) retrace l’enfance, l’adolescence, les années de formation et de déformation (Petit-Séminaire…), les « sujets » au travail de ses parents, son « pauvre corps abattu, abîmé », ses amours, ses rencontres de hasard, de fortune, la voyoucratie qu’il exècre, ces impolitesses notoires dont sont victimes les voyageurs de train : « un malotru orné de deux donzelles/ monta et fit sonner des musiques “nouvelles”/ dont il voulait nous imposer le plein régime » (p.141).

Le poète, pauvre Villon écrasé « sous le poids de tous mes chagrins », comme Ernaux, fait entrer en littérature les comparses de sa vie, les « sujets », les inconnus, et on lui saura gré d’écrire avec franchise ces vies aussi ordinaires que la sienne :

« Yvonne était blafarde, très pâle de peau

avec des cheveux ternes tombant sur l’épaule,

son regard délavé n’avait rien de très beau,

il paraissait hagard dans ce visage pauvre » (p.181).

« Ah ! laissez-les tranquilles ! disait notre mère,

Mais nous étions happés comme par des aimants

Vers ces étranges gens venus dans notre sphère

Savonner le plancher, nos plats, nos vêtements » (p.188).

Les parents, Mamoiselle Jeanmart, Annette Lambret, tant d’autres, « cet homme-là… qui fut notre terrible géniteur » en prennent pour leur plaisir ou pour leur grade.

Le poète, romaniste, errant magnifique de tant de terres convoquées dans d’autres recueils, est revenu, comme le brigand sur les lieux d’un crime, sauf que ce fut lui, poète, dénié, honni comme il le dit, qui fut, à Gembloux, victime. Et il y revint dans son grand âge. L’appel des souvenirs, des frères, et cette « pauvre Maman ! oh ! si patiente et courageuse ! » qui « pria pour nous malgré notre incroyance », en page 239, illumine de son souvenir ce trajet si souvent morose.

 

Philippe Leuckx

 


  • Vu : 2227

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

William Cliff

 

William Cliff, né en 1940, un des poètes contemporains les plus renommés de Belgique avec les Prix triennaux de la Fédération Wallonie-Bruxelles Lambersy, Crickillon, Vandenschrick, ou Feyder, Bonhomme, Noullez, Besschops. Découvert par Queneau (Homo sum, 1976), détenteur d’un nombre considérable de prix (Académie Française, Maurice-Carême, Triennal), et auteur, entre autres, de : AmericaFête nationaleEn OrientAutobiographie. Traducteur du catalan (son maître à penser Ferrater).

 

 

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...