Identification

Dictionnaire amoureux du tennis, Laurent Binet, Antoine Benneteau (par Arnaud Genon)

Ecrit par Arnaud Genon 07.12.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais, Plon

Dictionnaire amoureux du tennis, Laurent Binet, Antoine Benneteau, septembre 2020, 566 pages, 25 €

Ecrivain(s): Laurent Binet Edition: Plon

Dictionnaire amoureux du tennis, Laurent Binet, Antoine Benneteau (par Arnaud Genon)

 

Manifeste savoureux pour la petite balle jaune

L’écrivain Laurent Binet, auteur notamment de HHhH (Grasset, 2010) et de Civilizations (Grasset, 2019, Grand Prix du roman de l’Académie française), s’est associé à l’ancien joueur professionnel de tennis, Antoine Benneteau (pas Julien, son frère), aujourd’hui journaliste, réalisateur et producteur, pour proposer un nouveau volume de la collection à succès des « Dictionnaires amoureux », publiés aux éditions Plon.

L’intérêt de ces ouvrages, on le sait, réside dans leur caractère subjectif, personnel, intime, dans la relation amoureuse, parfois même passionnelle que les auteurs entretiennent avec leur sujet. On évite ainsi l’aspect encyclopédique, trop sérieux et parfois – disons-le – ennuyeux, de ces gros livres rangés sur les plus hautes étagères de la bibliothèque. On aime davantage à les disposer sur la table de nuit ou sur celle du salon, à y lire une entrée, laissant les autres en suspens, comme autant de promesses à venir…

Le Dictionnaire amoureux du tennis ne déroge pas à la règle. On y chemine, comme aimait le faire Montaigne, « à sauts et à gambades », de préférence, en ne suivant pas l’ordre alphabétique mais plutôt celui de nos propres amours. Ainsi, on pourra l’ouvrir pour commencer à la lettre F, en se dirigeant plus précisément vers « Federer » à qui deux entrées (aurait-on pu faire moins ?) sont consacrées. Ce même Roger est d’ailleurs, selon l’aveu des auteurs, « le fantôme encore vivant qui hante ce dictionnaire et le monde. C’est le highlander : il ne peut en rester qu’un, et c’est lui ». Voilà son secret enfin percé au bout des lignes qui lui sont dédiées : « son corps lui obéit absolument ». Les fans de son meilleur ennemi ne seront pas déçus par le sort réservé à Nadal : « Rien que de le regarderjouer m’a toujours épuisé. Alors écrire sur lui… ». Pour Nadal, nous disent Antoine Benneteau et Laurent Binet, le plan est simple : « Vous casser la gueule, méthodiquement mais furieusement. Vous démonter. Vous démanteler. Vous étouffer ET vous exploser ». L’écriture est ici aussi efficace que le coup du lasso du taureau de Monacor. Quant à la rivalité entre l’Espagnol et le Suisse, ils disent mieux que quiconque ce qu’il faudra retenir : « Ils finiront ensemble, comme les amants de Pompéi pris dans la cendre ». Djokovic, lui, reste à sa place d’homme-machine et au drame qui est le sien, quoi qu’il advienne : il n’aura jamais « l’aura » des deux autres. « Il arrivera toujours après ».

Il ne faudrait pas réduire ce Dictionnaire amoureux du tennis à l’évocation de quelques noms célèbres. Si un sort est réservé à tous les sopranos et ténors de la balle jaune (de Bianca Andreescu aux sœurs Williams pour les femmes, et d’André Agassi à Mats Wilander pour les hommes), ainsi qu’à une grande partie des joueurs français (la notice sur Noah est plus longue que les deux de Federer réunies), certaines des entrées permettent l’évocation d’anecdotes tour à tour amusantes (imaginez les lignes réservées à McEnroe dans la section « Arbitre »), littéraires (les références aux Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes pour aborder l’« Attente » de la victoire d’un Français en grand chelem ou encore les lignes se penchant sur la « Créativité ») ou même quasi pop-philosophiques (entrées « Mort » ou « Double faute », par exemple).

Laurent Binet, qui avait consacré un polar parodique au structuralisme et à la « French Theory » (La Septième fonction du langage, Grasset 2015, prix Interallié), connaît bien l’art de la déconstruction qu’il applique ici parfaitement – de manière légère, humoristique mais toujours intelligente – à cet autre art, celui du tennis, pratiqué dans d’autres arènes… Il en résulte un ouvrage savoureux (Roland Barthes, à la fin de sa Leçon (Seuil, 1978), rappelait que savoir et saveur ont la même étymologie), un véritable « manifeste écrit par deux amoureux de ce sport » qu’il fait bon lire en ces temps où le Coronavirus (il en est question dans le Dictionnaire) nous prive des émotions que procure la pratique de ce sport. A défaut de pouvoir tenir sa raquette comme si sa vie en dépendait, le lecteur-tennisman (pratiquant ou pas) traversera amoureusement ce livre amoureux pour patienter avant la reprise (on l’espère rapide) des festivités tennistiques…

 

Arnaud Genon

 

Laurent Binet est notamment l’auteur de HHhH (Grasset, 2010, Prix Goncourt du premier roman), et de La septième fonction du langage (Grasset, 2015, Prix du roman Fnac, prix Interallié). Il a été professeur de lettres pendant dix ans en Seine-Saint-Denis.

Antoine Benneteau est réalisateur/producteur de documentaires et de podcasts et animateur sur Eurosport.

  • Vu : 713

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Laurent Binet

 

Laurent Binet, agrégé de lettres modernes, enseigne dans la région parisienne et est chargé de cours à l’Université Paris VIII et à l’Université Paris III. Il a participé notamment à la mise en place de la convention ZEP-Sciences Po. Avant d’enseigner en France, il a dispensé des cours de français à l’académie militaire de l’air Général Milan Rastislav Štefánik de Košice en Slovaquie. Musicien, il a été également chanteur-compositeur du groupe Stalingrad. Il écrit en 2000 un récit d’inspiration surréaliste, Forces et Faiblesses de nos muqueuses (éd. Le Manuscrit). En 2004, il publie La Vie professionnelle de Laurent B.(éd. Little Big Man) qui témoigne de son expérience d’enseignant dans le secondaire à Paris et en région parisienne. En 2010, il publie un roman historique HhhH aux éditions Grasset. Il a été lauréat du prix Goncourt 2010 du premier roman, du Prix 2011 des Lecteurs du Livre de poche, et du Prix du Roman FNAC 2015 (pour La Septième fonction du langage).

 

A propos du rédacteur

Arnaud Genon

Lire tous les articles d'Arnaud Genon

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : Littérature française et francophone

Genres : Littérature du "je" (autofiction, autobiographie, journaux intimes...), romans contemporains, critique littéraire, essais

Maisons d´édition : Gallimard, Stock, Flammarion, Grasset


Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il est l´auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), de L’Aventure singulière d’Hervé Guibert (Mon petit éditeur, 2012), Autofiction : pratiques et théories (Mon petit éditeur, 2013), Roman, journal, autofiction : Hervé Guibert en ses genres (Mon petit éditeur, 2013). Il vient de publier avec Jean-Pierre Boulé,  Hervé Guibert : L'écriture photographique ou le miroir de soi (Presses universitaires de Lyon, coll. Autofictions etc, 2015). Ses travaux portent sur l’écriture de soi dans la littérature contemporaine.

Il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org