Identification

C'est moi, François, Edith Bruck (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 13.01.23 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais, Editions du Sous-Sol

Edith BRUCK, C'est moi, François, 2022, 132 p., 13 euros. Traduit de l'italien par René de Ceccatty. Préface du Pape François.

Edition: Editions du Sous-Sol

C'est moi, François, Edith Bruck (par Philippe Leuckx)

 

Une rencontre insolite, merveilleuse de sens, entre le Pape François et la survivante de la Shoah.

François a désiré rencontrer chez elle celle qui depuis des décennies témoigne de la condition juive, dans les écoles, lors de conférences.

Edith, née en Hongrie, en 1931, a raconté dans "Le pain perdu" la tragédie que sa famille a connue.

Devenue Italienne et écrivaine, elle a épousé le poète Nelo Risi, frère de l'auteur du "Fanfaron".

D'emblée, une mystérieuse chimie unit ces deux êtres, poursuivis tous deux par le désir de paix.

Le Pape a apprécié "La lettre à Dieu" qui clôt "Le pain perdu". Et sa poésie. Le livre ainsi déroule quelques poèmes d'auteurs particulièrement appréciés par Edith : Attila Jozef, Miklós Radnóti, César Vallejo.

Les deux amis vont se rencontrer à plusieurs reprises et c'est l'occasion d'offrandes, de surprises, de partages. Et d'émotions, aussi.

Il fallait que je demande au pape François ce qu’il pensait des millénaires de persécutions subies par les Juifs, accusés de toutes les insanités, partout, de siècle en siècle, sans jamais perdre leur foi, pas même à Auschwitz.

(p.47)

 

Je lui tends le livre, Olga lui tend le pain, et comme dans un rituel spontané, le pape prend un morceau de la tresse et, dans l’émotion que j’éprouve à voir ce geste que mon père faisait le vendredi soir, je ne me suis pas rendu compte si le petit morceau que j’avais dans la main ; c’était moi qui l’avais pris ou lui qui me l’avait donné.

(p.107)

 

L’enchantement né de ce livre, provient certes de la bonté foncière des deux regards posés sur le monde, quel que soit l’enjeu, quelles que soient les misères traversées. Le livre d’Edith, dans une fluidité sans pareille, relaie bien le miracle de certaines rencontres. On y lit la justesse de celles et de ceux qui, en dépit de tout, luttent pour que s’installe la paix dans un monde torturé.

Ce petit livre enjoint le lecteur à faire l’impasse sur nos réactions primaires, comme sur notre tendance à ne voir le sujet que d’un seul objectif. En quoi, c’est un livre d’une saine philosophie de vivre, misant sur l’autre, misant sur la bonté.

La photo de couverture, rayonnante, éclabousse de joie et de blancheur les entrevues relatées.

 

Philippe Leuckx

 

Edith Bruck, est une écrivaine italienne, née en Hongrie. Elle est célèbre pour divers livres sur la condition juive : « Le pain perdu, « Pourquoi aurais-je survécu ? » etc. Elle vit à Rome.

  • Vu : 262

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...