Identification

Vous êtes ici, Renaud Ego (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres le 04.10.21 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Poésie

Vous êtes ici, Renaud Ego, Le Castor Astral, juillet 2021, 175 pages, 14 €

Vous êtes ici, Renaud Ego (par Didier Ayres)

 

Poèmes spatiaux

Il m’a été difficile d’orienter une lecture de ce recueil de poèmes de Renaud Ego, pour en saisir une idée centrale susceptible de faire un accès aux textes. Difficile mais intéressant. Ce n’est cependant pas une poésie hermétique mais complexe, demandant une concentration importante pour suivre un chemin dans ce dédale intérieur – comme une rivière suivant son cours depuis sa source. La rédaction de ces poèmes a pris 6 années de la vie de l’auteur et on imagine facilement que les sujets de ces poésies ont suivi et accompagné l’existence du poète. C’est pour cela que l’on y voit : la femme en son érotisme, la folie et son énigme, le communisme et ses questions, des énumérations de chiffres, tout un univers qui n’est pas sans rappeler, sous certains angles, l’expérience littéraire de Pound.

Dans mes notes j’ai consigné des éléments et des formules : le poème et le mélange, le poème pour une fin du chaos, le poème devant le monde, le poème contenant, le poème face à lui-même, le poème et ses réalités, autant de titres possibles d’une musique profonde et psychique. Tout cela sous le principe d’une unité intrinsèque autour de la question de l’espace. Donc, ce « vous êtes ici » rassemble la tentative et lui donne sens. De plus, moi qui fus lecteur du Geste du regard du même auteur il y a quelques années, je pourrais avancer l’idée que c’est dans le poème que réside le poète – comme l’homme résidait dans la peinture rupestre par son geste de peintre. Ici, c’est le poète qui fait le poème, lequel le signifie.

 

écoute ce qu’ils ont déposé dans la langue

de même lumière et de même péril,

et imagine plus loin cette patience et ce qu’il a fallu d’urgence

et d’amour aux carbones, aux protéines, aux acides animés

pour s’accomplir en ces formes virtuoses

jamais semblables dans le sablier du divers.

 

Cette certitude m’a montré un sentier, une forme labyrinthique, la circonférence d’une ellipse (figure géométrique à deux axes), encore ou l’homothétie d’un principe poétique allant vers l’expression écrite. Donc un principe, le déroulé principiel et rigoureux à travers les quinze sections du livre.

 

Soudain dans un mouvement de gyre

la terre bascule tourne sur elle-même

puis de nouveau se stabilise

sur les contours de la France,

à toute vitesse je chute

vers les méandres de la Seine

avec ici ou là quelques forêts éparses

et la tâche crayeuse des millions de vie agglomérées

 

Toujours est-il, que dans l’ensemble, le poème reste visuel et concertant. Et cela pourrait apparaître comme un autre fil conducteur – l’espace, le poète en son hic et nunc, et enfin les images et les tonalités. J’ai la certitude que l’on se trouve devant un orchestre, composé de zones musicales, de fragments de sections, dirigé par la baguette d’un chef ordonnant une musique instrumentale – qui donc n’aurait de sens que dans l’écoute attentive de l’ensemble du morceau (Marteau sans maître davantage que Symphonie alpestre). Un peintre aussi jouant sur le rapport fond/forme et sachant habilement ménager ses valeurs. Donc, un parcours de lecteur intrigué et exigeant, autant ému par les signifiants que par le signifié.

 

Le plus beau poème de tout

c’est quand il se rue de partout et danse

sous la lumière où nous passons

pour que la lumière soit

ici, ici

 

Didier Ayres


  • Vu: 404

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.