Identification

Un oiseau de feu, Susan Sellers (par Stéphane Bret)

Ecrit par Stéphane Bret 25.06.21 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Mercure de France, Roman

Un oiseau de feu, Susan Sellers, Traduit de l’anglais par Constance Lacroix, mai 2021, 354 pages, 23,50 €

Edition: Mercure de France

Un oiseau de feu, Susan Sellers (par Stéphane Bret)

 

Nous avons tous entendu parler de la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, écrite dans les années trente par John Meynard Keynes, professeur renommé et économiste de son état, auteur de la doctrine économique associée à son nom : le keynésianisme. Susan Sellers, dans une biographie romancée, évoque ce personnage sous un tout autre angle : celui de sa vie privée, de ses repères moraux, de sa conduite, de ses relations mondaines, littéraires avec le groupe de Bloomsbury, auquel appartenaient entre autres Virginia Woolf, Stephen Woolf, son époux, Lytton Strachey, écrivain, Bell Clive, critique d’art, ou encore Vanessa Bell, sœur de Virginia, peintre et décoratrice.

C’est à un duo que nous convie Susan Sellers, un rendez-vous culturel entre Keynes, un universitaire reconnu, embourgeoisé, issu de Cambridge, un pur produit de l’élite britannique ; et Lydia Lopokova, une danseuse russe, dont la formation et l’arrière-plan artistique sont forcément marqués par l’empreinte des Ballets russes, de Diaghilev, et de Nijinski. Cette artiste a rencontré Mikhaïl Fokine, célèbre danseur chorégraphe russe, Isadora Duncan, danseuse en rupture avec les canons de la danse classique.

Très vite, des obstacles surgissent, des objections notamment formulées par Virginia et Vanessa s’élèvent avec insistance : cette Lydia n’est-elle pas trop bohème, imprévisible ? A-t-elle assimilé les usages de la common decency anglaise ? Keynes, de son côté, apparaît comme un homme sûr de lui, de son importance, de ses proches. Ainsi n’envisage-t-il jamais des poursuites contre lui en raison de ses pratiques homosexuelles :

« Non que ses orientations sexuelles lui aient jamais attiré de réactions ouvertement hostiles. Bien au contraire, à Eton puis Cambridge, et même au ministère des Finances, il a toujours été, sinon explicitement reconnu, du moins tacitement entendu que sa vie privée ne concernait que lui et devait être respectée ».

Avant qu’il ne se marie avec Lydia, contre toute attente, Keynes est séduit, définitivement, par cette artiste, cet Oiseau de feu, œuvre de Stravinsky, montée par les Ballets russes. Il reconnaît Lydia comme appartenant à son monde, celui des élites, des artistes, des marginaux : « Elle lève les yeux vers sa loge et le salue, avec Serge Lifar, son partenaire dans cette reprise de l’Oiseau de feu. Et elle aperçoit Meynard qui applaudit avec tant de frénésie que ses mains en paraissent floues ».

Un oiseau de feu nous fait pénétrer dans les arcanes du groupe de Bloomsbury, dans l’histoire de la danse russe, peu de temps avant le bouleversement provoqué par la révolution d’Octobre, les références littéraires et artistiques y sont riches, fréquentes, on y apprend énormément, on prend plaisir à cette radiographie du désir, à cette dissection des sentiments humains.

Ouvrage à recommander sans conditions.

 

Stéphane Bret

 

Susan Sellers enseigne la littérature anglaise à l’université de St-Andrews en Écosse. Également romancière à succès, elle est l’auteur de Vanessa et Virginia, traduit en dix-sept langues, inspiré de la relation parfois tumultueuse entre Virginia Woolf et sa sœur Vanessa Bell.

  • Vu : 642

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS