Identification

Tout peut commencer à trembler, Lucien Noullez (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 19.06.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie

Tout peut commencer à trembler, Lucien Noullez, éd. Corlevour, avril 2020, 96 pages, 10 €

Tout peut commencer à trembler, Lucien Noullez (par Philippe Leuckx)

 

Du tremblement (de la langue, du cœur) naît la poésie, et chez Noullez, elle prend la forme nécessaire de petits conditionnements : blocs et gouttes de sens, manières de fables parfois cocasses, souvent graves, toujours légères, puisque la primauté, donnée aux images et aux étranges rapprochements, sans omettre la musique qui fournit à son auteur des « tremblettes ».

Les thèmes, et Dieu n’est jamais loin : Dieu au « confessionnal » qui tance doucement l’audacieux Lucien ; Dieu qui « est passé dans (son) sommeil », et même le « Dieu » « qui a commencé le monde » : manière d’apologue, puisqu’il faut « commencer à trembler » ou « à écrire » : ce qui relève du même.

Rien n’est donné, rien n’est stable, rien n’est définitif, et cependant, la langue s’invente « beaucoup de chemises dans le ciel », se « donne le temps de comprendre », et parfois elle croise le filial et le poétique :

« Une langue sous le terril.

Les morts ont une bouche noire ;

Que faisons-nous de mieux

dans le poème ? » (p.64).

Le poète salue la « petite patate », « la colère d’un petit garçon », désire « s’éteindre » mais « je ne trouve pas le bouton » : à l’ordinaire de la vie, avec ses chagrins, ses peurs, ses hésitations, le poète greffe la chance du poétique, celle qui donne des ailes au convenu, déroge à la banalité, « s’envole » :

et cette poésie ne nous garantit pas d’être sauvé, en dépit de sa légèreté aérienne et cocasse :

« Je vais mourir.

Comme tout le monde, me direz-vous.

D’accord, mais je ne suis pas tout le monde » (p.60).

L’auteur de L’ouïe fine (Phi) se donne dès le premier texte un « précepte » d’écriture : avant que d’écrire, encore faut-il « ranger » son cœur, sa table d’écriture. Il y a de quoi, dès la troisième page, les « morts » s’amoncellent et le « gros chagrin » déborde, qu’il faut corseter, d’humour, de finesse, d’invention ; à ce trop « de morts » les poèmes répondent par salves de vie : le parfum des « épices du Pakistan » qui s’invite chez le marchand ou l’« accordéon » qui redonne vie et vitalité aux poumons engorgés.

« Un jour je n’irai pas au Paradis » : Lucien s’est souvenu de Chavée « Un jour je n’irai pas à l’Académie » ; clin d’œil venant de quelqu’un qui n’aime pas trop les chaînes de la notoriété !

La musique et l’oiseau ; la foi et les doutes ; le poète « sans ailes » ; le poète qui ouvre la fenêtre sur le boulevard et consigne le réel qui lui tombe sous les yeux ; le « vous » souvent convoqué comme ami, témoin, anonyme ; un univers se décrit là, simple parce que profond de promesses au sein de la difficulté, parce que la voix qui s’énonce là, identifiable par ses petites grappes de saillies intelligentes et gravées au sceau de l’humour, relie le lecteur aux préoccupations universelles de quelqu’un qui a pris le pli et le temps d’écrire, non sur soi, mais autour de soi, dans l’enfilade des jours et des peines : la pulsation du vivre, l’ombre de la perte et des morts, l’éclat de l’oiseau quand manque la lumière et cette musique d’une poésie sautillante comme un cœur.

Un très grand livre.

L’édition, avec rabats, très soignée (le rouge du titre en léger décalage), de ce dix-huitième livre de poèmes, en trente-cinq ans d’écriture, est une vraie réussite.

 

Philippe Leuckx

 

Lucien Noullez, poète et essayiste belge, né en 1957, est l’auteur de 18 livres de poèmes, souvent primés, de 3 volumes de Journal et d’un récit. Citons : L’ouïe fine et autres poèmes Sur un cahier perdu Les travaux de la nuit.

 

 

  • Vu : 637

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...