Identification

Ornithorama, Lisa Voisard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi 11.12.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Ornithorama, Lisa Voisard, éditions Helvetiq, octobre 2020, 208 pages, 24,90 €

Ornithorama, Lisa Voisard (par Yasmina Mahdi)

Sanctuaire des oiseaux

C’est avec Ornithorama, un album-jeunesse raffiné, que Lisa Voisard nous invite à découvrir le petit peuple des oiseaux. La jeune auteure, illustratrice et graphiste, née en 1992 à Echallens, installée à Lausanne, réalise par ailleurs des objets décoratifs. Ornithorama est un abrégé initiateur d’ornithologie fort de 208 pages, au format 18 x 25 cm, relié et composé de tableaux de 85 oiseaux, tous mentionnés dans l’index. L’on voit un Étourneau sansonnet moucheté au recto de la pimpante couverture orangée, et au verso un Héron cendré, une Mésange bleue et un Grand-Duc d’Europe, les pages de garde étant vertes – la complémentaire du rouge.

Ceux que Lisa Voisard nomme « des êtres particuliers », êtres qu’elle examine, répertorie, dessine et observe longuement, chantent, volent, nidifient, nagent même. Ce memento graphique est très bien organisé et relate l’essentiel chez un nombre limité de volatiles. Comme chez les humains, un certain nombre d’entre eux migrent car nomades, d’autres, sédentaires, se fixent sur un territoire précis. Ces bêtes à plumes ne sont pas considérées ici comme un gibier à chasser ou à consommer mais comme des créatures à protéger, à respecter, qui vivent près de nous, nous accompagnent. Ce bestiaire comporte la gent des colombins, des échassiers, des gallinacés, des palmipèdes, des passereaux, des rapaces.

Ce vade-mecum précise avec efficacité la durée de vie, le poids, l’habitat et l’ordre auquel appartient l’espèce citée. Les tout à fait jeunes lectrices et lecteurs découvriront, entre autres, le Fuligule morillon, la Bernache du Canada, le Torcol fourmilier. Chaque spécimen d’un genre est suivi d’un « guide d’observation », soigné et efficace. Le trajet migratoire d’un oiseau se trouve indiqué en bas de page, et à la fin du guide, une partie de la carte du monde en situe les points de chute. L’illustratrice a créé une planche d’indexation pour la catégorie citée, précisant son habitus, son comportement, les échantillons de sa nourriture. Il existe des divisions à l’intérieur de chaque espèce, d’autres représentants à ne pas confondre, ce qui est relativement complexe. À l’instar des fables et des contes, il y a les oiseaux des villes et les oiseaux des champs. Des relevés en forme de diorama agrémentent les différences entre femelles et mâles, l’aspect des petits (les oisillons), des œufs, déterminent les fonctionnements diurnes ou nocturnes, l’adaptabilité des oiseaux à un environnement.

Ainsi, le Martin-pêcheur d’Europe est « coquet », la Cane « assure seule l’élevage de la nichée » et le Grand-Duc d’Europe est pratiquement invisible, caché sur une branche, la nuit. Le poids varie considérablement d’un oiseau à l’autre, le Roitelet à triple bandeau ne pèse que 5 grammes, le Chardonneret, lui, fluctue entre 12 et 18 grammes, et le Cygne tuberculé a un gabarit important, allant de 9 à 12 kilogrammes. Les enfants pourront noter l’habitat des oiseaux, celui des espèces les plus menacées, ce qui leur permettra d’évaluer la fragilité de notre biotope, et envisager d’assurer sa sauvegarde, évaluer les méfaits de l’agriculture intensive, des constructions bétonnées, la défiguration des paysages naturels. La distinction entre les espèces est rendue vivante grâce aux fonds peints, vert-de-vessie, bleu-gris, vermillon, terre de Sienne, ocre ou café au lait, ce qui apporte une touche de sensualité au Verdier d’Europe, par exemple, ou au merveilleux Tichodrome échelette, l’oiseau-papillon, « presque invisible ». Les ailes déployées dévoilent l’envergure et la luxuriance du pennage. Lisa Voisard restitue le manteau noir-bleu aux reflets violets de la Corneille, du Grand Corbeau et du Corbeau freux.

De plus, les textes spécifient le type de chant, les aventures et le destin des oiseaux. Les proportions sont rapportées à l’échelle du livre par l’artiste, pour des oiseaux observés à la longue vue ou à travers le zoom d’un appareil photographique. N’oublions pas l’importance des techniques plastiques qui embellissent les apprentissages, l’initiation aux sciences, et dans Ornithorama, à l’aide de figurations gouachées et de silhouettes au design esthétique. À la fin de cet abrégé d’ornithologie, un bref récapitulatif des us et coutumes des oiseaux enrichit le néophyte comme le passionné, suscitant l’envie de les reconnaître, jumelles et Ornithorama en main ! L’anatomie, la physiologie, l’alimentation des prédateurs, des charognards, des planctonivores, des piscivores, etc. – tous ovipares –, leurs déplacements, est exemplifié avec brio par la jeune auteure suisse. Le manuel est destiné à des enfants dès l’âge de 8 ans, mais s’adresse également aux amateurs et aux collectionneurs de l’étude des oiseaux.

 

Yasmina Mahdi


  • Vu : 523

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Yasmina Mahdi

 

Lire tous les articles de Yasmina Mahdi

 

rédactrice

domaines : français, maghrébin, africain et asiatique

genres : littérature et arts, histoire de l'art, roman, cinéma, bd

maison d'édition : toutes sont bienvenues

période : contemporaine

 

Yasmina Mahdi, née à Paris 16ème, de mère française et de père algérien.

DNSAP Beaux-Arts de Paris (atelier Férit Iscan/Boltanski). Master d'Etudes Féminines de Paris 8 (Esthétique et Cinéma) : sujet de thèse La représentation du féminin dans le cinéma de Duras, Marker, Varda et Eustache.

Co-directrice de la revue L'Hôte.

Diverses expositions en centres d'art, institutions et espaces privés.

Rédactrice d'articles critiques pour des revues en ligne.