Identification

Les jumelles, May Angeli (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi 08.06.21 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse

Les jumelles, May Angeli, Les Éditions des Éléphants, avril 2021, 26 pages, 14 €

Les jumelles, May Angeli (par Yasmina Mahdi)

 

L’une frisée, l’autre bouclée

May Angeli, née en 1935 à Clichy, de mère française et de père tchèque, a suivi une formation à l’Ecole des métiers d’arts à Paris, ainsi qu’à l’Académie d’arts graphiques d’Urbino en Italie où elle découvre la gravure sur bois. Illustratrice confirmée, elle anime régulièrement des ateliers à destination des enfants. Elle a entièrement conçu ce tendre album destiné aux enfants dès l’âge de 3 ans. Livre très maniable, aux dimensions harmonieuses de 21cm par 24cm, sa couverture cartonnée est ornée d’un paysage montagneux, escarpé, sur fond maritime. Deux jumelles, deux biquettes à tête noire, Bouclette et Frisette, s’y observent mutuellement, sous un vol de mouettes de mêmes couleurs, noires et blanches. Les doubles-pages les représentent endormies près de leur mère, une brebis accorte, sur un fond bleu-gris de crépuscule – la paisibilité d’une maternité. La nourriture – le lait la bonne herbe – est assurée par maman brebis.

Les très jeunes lectrices et lecteurs s’initieront à la différence et s’exerceront à ne pas se fier aux apparences. Ainsi, l’œuvre de May Angeli va instruire les enfants qui apprendront que le mimétisme physique ne correspond pas toujours à la psychologie. Tout comme les petits humains, les agnelles jouent et se disputent, et ces incidents amènent du danger ! L’une des agnelles vit une mésaventure. Heureusement que les autres habitants de la montagne, de la mer, vont voler à son secours… Les jeunes filles et garçons appréhenderont le conflit, et la façon de le réparer ou de l’éviter.

La gravure sur bois est peut-être la plus ancienne technique permettant l’impression de motifs sur un support. Les dominotiers utilisaient la gravure pour multiplier diverses impressions décoratives sur papier, sur tissu, et, surtout, les cartiers, pour les jeux de cartes. L’impression se faisait en noir, la couleur étant ensuite appliquée manuellement ou au moyen de pochoirs, plus rarement en utilisant des impressions successives de bois gravés (un pour chaque couleur). Ce savoir-faire, devenu rare, et l’outil de prédilection de May Angeli, apportent avec Les jumelles une rareté aux images. Les masses sont traitées en polychromie, du vert olive et du jaune de mars pour la verdure, les arbres, du bleu de cœruleum et du blanc vif pour le ciel et la robe des agnelles Bouclette et Frisette, et du rose, de l’ocre jaune pour les chemins et les flancs de la montagne. Des tons superposés les uns aux autres, des griffures et de minuscules taches étoilées ponctuent l’espace.

Des structures aux formes simples, hachées ou arrondies stylisant la flore et le paysage mettent en valeur les agnelles, les chèvres, la faune. Les traces de gouge dans le bois s’inscrivent en creux, le blanc se glisse dans les interstices, éclaire les scènes champêtres. La perspective est parfois plane, des nappes de bleu ultramarin délimitent la ligne d’horizon. Les mouettes descendent en piqué, en un mouvement dynamique. Dans une magnifique double page, un arbre majestueux étale ses ramures de part et d’autre du tronc, pendant que les jumelles s’affrontent. Les biffures, le grattage savamment apposés, le velouté de l’herbage sont rehaussés de campanules mauves. Ce petit monde sauvage, libre, broute, gambade, saute, tête à la mamelle, paisible peuple à sabots. Ce monde de bleuité et de camaïeux de verts est une joie visuelle.

 

Yasmina Mahdi


  • Vu : 321

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Yasmina Mahdi

 

Lire tous les articles de Yasmina Mahdi

 

rédactrice

domaines : français, maghrébin, africain et asiatique

genres : littérature et arts, histoire de l'art, roman, cinéma, bd

maison d'édition : toutes sont bienvenues

période : contemporaine

 

Yasmina Mahdi, née à Paris 16ème, de mère française et de père algérien.

DNSAP Beaux-Arts de Paris (atelier Férit Iscan/Boltanski). Master d'Etudes Féminines de Paris 8 (Esthétique et Cinéma) : sujet de thèse La représentation du féminin dans le cinéma de Duras, Marker, Varda et Eustache.

Co-directrice de la revue L'Hôte.

Diverses expositions en centres d'art, institutions et espaces privés.

Rédactrice d'articles critiques pour des revues en ligne.