Identification

Le Monde qui reste, Pierre Vergely (par Stéphane Bret)

Ecrit par Stéphane Bret 01.10.21 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Récits, Héloïse D'Ormesson

Le Monde qui reste, Pierre Vergely, août 2021, 256 pages, 18 €

Edition: Héloïse D'Ormesson

Le Monde qui reste, Pierre Vergely (par Stéphane Bret)

 

C’est un récit étonnant que nous livre Pierre Vergely : il restitue les épreuves subies par son père Charles Vergely. Celui-ci, âgé de dix-sept ans, s’engage dans la Résistance en 1940. Il est dénoncé après avoir effectué une mission en Normandie et arrêté par la police militaire allemande le 10 mars 1941. Ce pourrait être un livre, un de plus, écrit par un ancien résistant sur son action, ses décisions, ses convictions. C’est le fils, Pierre Vergely, qui écrit au lieu et place du père, pour lui rendre hommage, bien sûr, mais aussi pour expliciter les raisons de son engagement, et décrire les états moraux successifs par lesquels peut passer un détenu entre les mains des nazis et de la Gestapo. Tout commence à la prison du Cherche-Midi, dont les conditions de détention sont décrites par Pierre Vergely : « La prison est une déclaration de guerre aux règles élémentaires qui, au monde, donnent un cadre. Entre quatre murs, ce cadre est réduit à un point de compression dans lequel l’espace et le temps s’annulent ». C’est l’univers carcéral lui-même qui est remis en cause : « Et sans se salir les mains, l’exécutif peut y exécuter. Sans compassion et sans cœur, l’ordre judiciaire est en place ».

La captivité est l’occasion pour le détenu de revisiter les causes de l’effondrement de 1940, de radiographier cette « étrange défaite » comme l’a si bien fait l’historien Marc Bloch. Il se remémore son enfance, les moments passés avec ses parents, ses frères et sœurs ; l’horreur est omniprésente dans le récit. Elle se manifeste le matin, très tôt aux aurores lorsque les geôliers viennent chercher les condamnés pour les mener au peloton d’exécution. Charles Vergely, par le récit de son fils, nous expose une fort pertinente critique de la notion de loi, de sa mise en application dans une société démocratique : après avoir énuméré les buts ordinaires de la loi, Pierre Vergely se fait l’écho d’une critique de fond à propos de la portée des lois : « Mais jamais, dans ce projet, la dimension intérieure de l’homme n’est prise en considération. Il n’est question que des affaires de la société auxquelles la loi tente de répondre par des dispositifs pratiques et des appareils d’organisation sociale ».

Comment résiste-t-on à la torture, aux mauvais traitements des gardiens, aux brimades incessantes ? Par la fidélité aux habitudes, disait Charles Vergely à son fils Pierre : « Un homme qui sait se tenir ne perd jamais ses habitudes ».

Le récit n’apporte rien de nouveau sur la nature du nazisme, sur son mépris des êtres humains, sur son inhumanité fondamentale. Mais il contribue précieusement à éclairer le rôle du courage et de la détermination morale face à la peur et à une cruelle adversité.

 

Stéphane Bret

 

Né à Paris en 1974, Pierre Vergely est le fils du résistant Charles Vergely, mort alors qu’il avait tout juste onze ans. Chef monteur pour l’audiovisuel depuis 25 ans, il est passionné de philosophie, théologie, littérature et musique. Il vit à Berlin depuis 2019, près de l’ancienne prison de Moabit dans laquelle d’Estienne d’Orves a été incarcéré lors de son jugement.

  • Vu : 525

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS