Identification

L’Os dans le nez, Aure Meury (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres le 09.05.22 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Poésie

L’Os dans le nez, Aure Meury, éditions Milagro, mars 2022, 116 pages, 16 €

L’Os dans le nez, Aure Meury (par Didier Ayres)

 

Voyage

C’est à un voyage dans la psyché auquel nous convie le poème de Aure Meury. Car on voit par transparence dans le texte, un paysage accidenté, fragmenté et épars. C’est bel et bien une circumnavigation à laquelle nous livre cet épithalame, celui de la noce de la poétesse avec son écriture. Le monde en tout cas questionne, cette création questionne. Mais je n’arrive pas à me départir de cette idée du périple intérieur. Ce monde reste sujet aux flux psychologiques, à des porosités entre le réel et l’imagination, monde ambigu donc, fait de parallèles entre différentes images inexplicables, en somme de la poésie. Ce monde instable arrive à se dire dans une prosopopée individuelle et originale, celle de l’écrivaine comprise comme absente à elle-même.

On peut peut-être évoquer ce que définissent les Anglais en parlant d’Outsider Art, avec modération ici car l’artiste n’est pas sans culture artistique ni sans métier d’écrivain. Cet art singulier, terme que l’on utilise en art visuel, se manifeste par des présences : la famille, l’être, l’érotisme, les humeurs corporelles, les images organiques. Et cela avec un léger humour, comparable en une certaine mesure aux travaux de Raymond Queneau.

Il faudrait inventer un néologisme pour qualifier cette création poétique. Une sorte de psychoésie, une poésie dépendante des tourments intimes.

Famille donc : père, mère, oncle, grand-mère qui cohabitent plus dans l’esprit de l’autrice (à ce sujet, on flotte au début du poème sur le genre, masculin ou féminin de l’énonciation), que dans une réalité physique (sinon celle de l’enfance où beaucoup de choses sont floues). Le corps toujours souffre, d’une espèce de psychose qui pousse la personne physique vers des affects morbides. Famille explosive, qui secrètement prend possession de la psyché de la poétesse, sorte de bain dans des eaux dormantes et glauques.

L’os ne tient pas sur le nez

Le nez ne tient pas sur l’os

L’un et l’autre se toisent

Il n’y a pas un pour rattraper l’autre

Et il faut réséquer y a plus personne

Le cauchemar de l’homme urgent

L’appendicectomie du bazar

Personnages aussi : Sidi, Monsieur Roland, Campistron, Odette, etc., permettant d’ancrer la diégèse de ce récit fabuleux dans des entités nominatives, des prénoms. Du reste, on observe intrigué l’évolution de ces connections, liens synaptiques, si l’on poursuit cette idée d’une forme de poème psychique. Cette expérience somatique rend visible, constitue pour le lecteur une espèce de catharsis. On se soigne, on soigne sa propre blessure.

Corps : sexes, paumes des mains, yeux, lèvres, bras, jambes, bouches, seins, tout ce répertoire fixe une écorce, une extériorité de la part organique de l’être humain, davantage là comme fixation des tourbillons de la pensée que descriptions physiologiques. Éclats des symboles, autant lumière que texte qui explose.

Quand un chien régresse il redevient loup

Mais un homme

Ce voyage du liseur peut se dérouler dans cette sorte de liquide amniotique, légèrement poisseux, mélange d’os en constitution, cartilages mis à l’épreuve, peau dont le régime est bizarre (est-ce un homme ou une femme qui parle ?). Et pour reprendre le titre d’un beau livre d’Alain Corbin, pour un tour dans le monde des odeurs, la poète écrit son poème pris tout à la fois dans son parfum de jonquille et dans ses miasmes. Mais la psyché autorise plusieurs formes et accès à l’écriture. Telle est la conclusion de ma chronique.

 

Didier Ayres


  • Vu: 250

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.