Identification

L’Arnitoile, En attendant la parque, Patryck Froissart (par Patrick Devaux)

Ecrit par Patrick Devaux 28.11.23 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Poésie

L’Arnitoile, En attendant la parque, Patryck Froissart, Sinope éditions, Poèmes, septembre 2023, 92 pages, 8 €

Ecrivain(s): Patryck Froissart

L’Arnitoile, En attendant la parque, Patryck Froissart (par Patrick Devaux)

 

La vie, tisserande d’une toile en continu, laisse-t-elle une chance de s’en sortir quand il est impossible de s’en échapper sinon avec la fin connue de tous : « le talent tors/ la pensée torve/

tisserands retors que nous sommes/ retorsadons le fil de haine/ lançons au travers de nos trames/nos navettes dans les foulées/tordues de nos tortueux consorts » ?

On comprend que dans cette Arnitoile (le mot veut dire toile d’araignée en wallon), les mots eux-mêmes et les allitérations sont pris au piège du son « fa si la » évoqué à plusieurs reprises : « porte à faux/ ce bois dévergondé divorçant du chambranle/ sur la fugue infinie des unions dégondées/ branle et bat et m’obsède/ fa si la ».

Cette volupté de mots saisissants à bien des égards m’a fait penser à Gérard de Nerval (précurseur du surréalisme) donnant aux mots un sens à la fois profond et obscur.

De plus la manière d’accéder rapidement à n’importe quelle partie du texte fait penser à l’esprit du « codex », une sorte de codicologie semblant, en effet, relier les différents tissages de cette toile où s’emprisonne, progressivement, une idée majeure de laquelle il n’est pas possible de s’affranchir quand « sur le plancher fuyant du radeau chimérique/ hargneuse la galerne a cinglé leurs espoirs ».

Cependant moderne, l’auteur dénonce le temps présent : « dans les lacis s’esclaffait l’hyène/naseaux largement réjouis/ aux flatulences des missiles/ qui labouraient les villes/et bourrelaient la plaine ».

Les mots sont ainsi filés à la limite de la sclérose quand l’auteur dit se dé conjuguer (« défectif je me déconjugue ») à tous les temps tandis que « fa si la » égrène progressivement le temps vers le centre de la toile :

« je fus

tu fus

et cetera

le verbe des vies révolues

selon ce mode et sur ce temps

se décline invariablement »

 

Patrick Devaux



  • Vu : 528

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Patryck Froissart


Patryck Froissart, originaire du Borinage, a enseigné les Lettres dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l’Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur, puis proviseur à La Réunion et à Maurice, et d’effectuer des missions de direction et de formation au Cameroun, en Oman, en Mauritanie, au Rwanda, en Côte d’Ivoire.

Membre des jurys des concours nationaux de la SPAF

Membre de l’AREAW (Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie)

Membre de la SGDL

Il a publié plusieurs recueils de poésie et de nouvelles, dont certains ont été primés, un roman et une réédition commentée des fables de La Fontaine, tous désormais indisponibles suite à la faillite de sa maison d’édition. Seuls les ouvrages suivants, publiés par d’autres éditeurs, restent accessibles :

-Le dromadaire et la salangane, recueil de tankas (Ed. Franco-canadiennes du tanka francophone)

-Li Ann ou Le tropique des Chimères, roman (Editions Maurice Nadeau)

-L’Arnitoile, poésie (Sinope Editions)


A propos du rédacteur

Patrick Devaux

 

Lire tous les articles de Patrick Devaux

 

Patrick Devaux est né en Belgique sur la frontière avec la France, habite Rixensart, auteur d’une trentaine d’ouvrages auprès d’éditeurs divers en poésie, quelques prix d’édition, 3 romans parus dont 2 aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune; 2 recueils de poésie récents (2016 et 2017) parus aux éditions Le Coudrier ; membre de l’AEB (association des écrivains Belges) et de l’AREAW (association royale des écrivains et artistes de Wallonie), il a aussi de nombreux contacts en France ; il anime une rubrique « mes lectures » sur le site de la revue Vocatif www.moniqueannemarta.fr de Nice depuis 2013 et fréquente de près ou de loin les écrivains du groupe de l’Ecritoire d’Estieugues de Cours la Ville  et de l’association LITTERALES de Brest ; publie aussi dans diverses revues de poésie. Fréquente aussi les réseaux sociaux, faisant ainsi connaitre la poésie d’auteurs moins connus ou disparus.