Identification

Judée, Didier Ben Loulou (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché 25.08.23 dans La Une Livres, Les Livres, Arts, Recensions, Voyages, La Table Ronde

Judée, Didier Ben Loulou, La Table Ronde, juin 2023, 96 pages, 24 €

Ecrivain(s): Didier Ben Loulou Edition: La Table Ronde

Judée, Didier Ben Loulou (par Philippe Chauché)

« Chaque grain de sable du désert de Judée est une particule recrachée des poumons de l’Histoire de l’humanité » (Dr. Guila Clara Kessous, Artiste de l’Unesco pour la paix, Préface).

« La Judée, c’est le désert antérieur à tout discours, l’oasis de liberté au cœur du monde, de ses paroles inutiles et de ses inquiétudes étouffantes » (Didier Ben Loulou).

Les grands photographes, comme d’ailleurs les grands écrivains, écrivent avec leur œil, et leur oreille. Leurs images sont des pages lumineuses, leur pages éclairent notre regard. Ils écrivent ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent, ils photographient ce qui leur apparaît, ce qu’ils entendent de la nature et des hommes, de leur affût. Depuis plus de quarante ans, Didier Ben Loulou marche sur sa terre d’Israël, où sur celles qui l’accueillent en Méditerranée. Depuis plus de quarante ans, il apprivoise des paysages, des visages, des vestiges, des traces, des éclats de vie, le silence de la mer et du ciel. Judée s’ouvre sur la photo d’un chemin entouré de graminées jaunies par le soleil, dans un coin de la photographie, le bleu éclatant du ciel et dans l’autre, la pierre millénaire. Judée est un album de la terre et des hommes, là un chardon bleu, ici un berger bédoin appuyé sur son bâton d’arpenteur scrute l’horizon, peut-être une brebis égarée, le ciel hésite entre le gris et le bleu, plus loin un cyprès se détache d’un ciel partagé entre le blanc et le gris, ou encore cette pierre tombale libérée de son manteau de neige.

Didier Ben Loulou est à l’œuvre dans ce désert inspirant, des portes de Jérusalem à la Mer Morte. Il fait œuvre, donc il compose. En littérature, la différence se fait dans la composition, nous disait Philippe Sollers : « Il y a une voix ou pas premièrement, deuxièmement, il y a une composition latente qui se reconnaît, ce n’est pas seulement de savoir si c’est bien écrit, c’est de savoir si c’est composé comme en musique » (1), il en va de même en photographie, les bonnes photographies ne manquent pas, les grands photographes sont rares, ceux qui, comme les écrivains, composent leurs images, les font musicalement raisonner – écouter ce qui se montre. Didier Ben Loulou est de ceux-là, et Judée le prouve à chaque image : trois livres de prière abandonnés sur deux tombes juives, gardiens de la mémoire de ceux qui y reposent – le verbe contre les ténèbres –, des gerbes de blé où s’impose naturellement un jaune doux, l’ombre d’un enfant dont une main prolonge celle d’un tronc d’arbre – un Christ vivant –, des chemins bordés de pierres, les rides d’un front, du linge blanc qui sèche et ombre une terrasse. Derrière chaque photo, se cache un roman, celui d’une terre, d’un pays, de traces, toutes plus fortes et sensibles les unes que les autres.

Ce désert est celui des textes sacrés, des chutes et de la résurrection. Entre les pierres résonne la Torah, dans la lumière surgit le Nouveau Testament. Souvent les ciels menacent, la terre fait s’élever des arbres et des fleurs, ici un cheval blanc, là un olivier, un feu consume quelques branches noires, une grenade rouge orangé éclate sous le soleil.

Les livres d’images de Didier Ben Loulou, et particulièrement Judée sont des livres inspirés, méditatifs, ses images semblent en mouvement, comme cette colombe posée sur une pierre tombale dont l’œil fixe une main protectrice, ce nuage gris blanc qui souligne la pierre millénaire d’un monument. La photographie, comme le roman trouve sa liberté dans ce mouvement, des images et des phrases, avec comme seule contrainte, qui est une révélation, la composition, toujours la composition, garant de la brillance de leur imaginaire infini.

 

Philippe Chauché

 

(1) https://www.lacauselitteraire.fr/la-cause-de-philippe-sollers-par-philippe-chauche

 

On doit notamment à Didier Ben Loulou : Jérusalem (Ed. du Panama), Mémoire des lettres Athènes Sud Sanguinaires (La Table Ronde), Chroniques de Jérusalem et d’ailleurs Un hiver en Galilée (Ed. Arnaud Bizalion). Il avait répondu à nos questions il y a quelque temps : https://www.lacauselitteraire.fr/entretien-avec-didier-ben-loulou-par-philippe-chauche

  • Vu : 1140

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Didier Ben Loulou

 

Didier Ben Loulou a notamment publié Des amours silencieuses (Arnaud Bizalion Editeur), Israël 80’s (La Table Ronde), Chroniques de Jérusalem et d’ailleurs (Arnaud Bizalion Editeur), ou encore Marseille ; et Athènes. Cette année ses photos ont été exposées à Berck-sur-mer (Jérusalem) et à Paris (Des amours silencieuses).

On peut consulter son site : http://www.didierbenloulou.com/

On peut aussi lire ou relire l’entretien qu’il nous avait accordé en juillet 2016 : http://www.lacauselitteraire.fr/entretien-avec-didier-ben-loulou-par-philippe-chauche

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit et écrit à St-Saturnin-les-Avignon. Journaliste à Radio France durant 32 ans. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » (Editions Atlantica), et récemment " En avant la chronique " (Editions Louise Bottu) reprenant des chroniques parues dans La Cause Littéraire.

Il publie également quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com