Identification

Imagine une ville, Elise Hurst (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi 07.01.22 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Imagine une ville, Elise Hurst, Éditions D’Eux, novembre 2021, trad. anglais, Christiane Duchesne, 32 pages, 16 €

Imagine une ville, Elise Hurst (par Yasmina Mahdi)

 

Lanterne magique

Elise Hurst, artiste australienne basée à Melbourne, signe une nouvelle fois un délicieux album jeunesse, de facture classique, à mi-chemin entre l’illustration du 19ème siècle et les aventures de Mary Poppins. La trame graphique est bicolore sur fond blanc cassé, au format de 24,1 x 30,4 cm. Les gardes sont ornées de nuages rouges et blancs traversés par de mystérieux sujets. La rupture avec le réel est consommée quand une jeune mère, sa fille et son fils vont se trouver face à des situations les plus incongrues. Des scènes fantastiques créées pleine page vont transporter les enfants à l’intérieur d’un environnement hors du commun et des péripéties poétiques et ésotériques. C’est alors que les époques, les lieux, les genres, les personnages se mélangent. Par exemple, dans le train à vapeur, un petit-déjeuner plantureux est servi par un garçon de café à la mise orientale, tandis que mère lapine lit les dernières dépêches.

Tour à tour, un écolier d’un autre temps à l’allure de Gavroche est convoqué, les ursidés occupent différentes fonctions dans la ville où l’on s’envole allègrement, les effets de l’apesanteur ayant disparu. Dans la foule, enfants, femmes, hommes et animaux humanisés marchent élégamment vêtus avec, au-dessus d’eux, un drôle d’équipage de poissons-bus ! Toutes et tous pactisent, sympathisent, « tandis que les gargouilles sirotent un thé ». Comme dans la lanterne magique, un monde enchanteur se révèle empli de sculptures massives, de colonnades et d’immeubles tarabiscotés, habités par de curieuses créatures.

Ainsi, de page en page, le petit groupe familial se retrouve embarqué dans cet univers de rêve, en volant et en riant. Le rendu plastique est magistralement servi par la technique du trait qui définit les contours, les reflets et les endroits sombres, s’amenuisant pour les hauteurs et le lointain, linéaments finement suggérés pour les éléments floraux et végétaux. Elise Hurst a privilégié le chimérique et la fantasmagorie et c’est une prouesse de grande dessinatrice. Il y a peu de texte, juste une phrase ou deux, ce qui permet à l’image de respirer.

La mère et les enfants semblent sortir des années 30, et peu préoccupés des technologies contemporaines. Ainsi, les enfants, dès l’âge de 3 ans, pourront plonger dans ce paradis sans interdit et sans frontière. Les papillons survolent les rayonnages de bibliothèque, un pêcheur haut perché jette sa ligne vers un poisson qui s’échappe de la page d’un livre ouvert. Le jeune lectorat pourra revenir à l’envi sur les accessoires et les morceaux ornant chaque partie dessinée, certaines inachevées. L’iconographie très riche de Imagine une ville va lui permettre de percevoir l’image et d’en repérer les détails foisonnants, ce qui constitue une véritable éducation du regard. Le jeune public pourra aussi deviner ce que lit le lion, le lapin et à quoi jouent les autres citoyens de cette planète enchantée, cette féerie.

 

Yasmina Mahdi


  • Vu : 810

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Yasmina Mahdi

 

Lire tous les articles de Yasmina Mahdi

 

rédactrice

domaines : français, maghrébin, africain et asiatique

genres : littérature et arts, histoire de l'art, roman, cinéma, bd

maison d'édition : toutes sont bienvenues

période : contemporaine

 

Yasmina Mahdi, née à Paris 16ème, de mère française et de père algérien.

DNSAP Beaux-Arts de Paris (atelier Férit Iscan/Boltanski). Master d'Etudes Féminines de Paris 8 (Esthétique et Cinéma) : sujet de thèse La représentation du féminin dans le cinéma de Duras, Marker, Varda et Eustache.

Co-directrice de la revue L'Hôte.

Diverses expositions en centres d'art, institutions et espaces privés.

Rédactrice d'articles critiques pour des revues en ligne.