Identification

Derrière la colline, Xavier Hanotte

Ecrit par Stéphane Bret 19.02.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Belfond

Derrière la colline, janvier 2014, 430 pages, 20 €

Ecrivain(s): Xavier Hanotte Edition: Belfond

Derrière la colline, Xavier Hanotte

 

Derrière la colline est un roman de Xavier Hanotte, écrit en 2000, et réédité fort à propos par les éditions Belfond. Cette réédition s’inscrit dans l’ensemble des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale.

Nigel Parsons et William Salter, les deux principaux personnages de ce roman, vont être engagés en cette année 1916 dans les opérations de la bataille de la Somme, événements des plus meurtriers de cette guerre. Pour Nigel Parsons, le rapport au père, et plus exactement le besoin de voir l’estime de ce dernier confirmée, le conduit à s’engager, tout autant que l’échec de sa relation avec Béatrice, femme à l’égard de laquelle ses sentiments se sont taris. Au cours de sa phase de préparation, pendant laquelle il rencontre William Salter, jardinier de son état, Nigel Parsons éprouve le besoin de lire les vers d’un poète Nicholas Parry, pour se délecter des descriptions de la nature contenues dans les vers de ce poète. Pourtant, c’est sur la nature des sentiments de ses frères d’armes que s’interroge Nigel Parsons : « Ils ont signé, ils ont choisi. Mais en fin de compte, le but leur importe peu. Même allongée d’alcool, ils ont la foi. Et surtout l’élan. Cela seul compte ».

Les circonstances de la guerre sont bien sûr évoquées avec une grande justesse. L’auteur pointe avec une grande pertinence la fragilité des vies exposées au combat, l’absurdité de la guerre, l’absence de justification convaincante à ces tueries à grande échelle :

« Nous autres Britanniques étions là parce que nous l’avions voulu, point. Les justifications abondaient, certes. Mais confrontées à la sordide réalité des tranchées, toutes se mettaient vite à sonner creux, souffraient soudain de leur cruel manque de chair. (…) Nous étions devenus la chair de cette guerre ».

D’autres aspects de la guerre sont évoqués, parmi lesquels la vision des Britanniques engagés sur le sol de France et dont on découvre au passage l’importance du sacrifice humain consenti par les ressortissants de ce pays. Pourtant, Nigel Parsons, blessé au combat, ne voit pas de grandeur, ni l’occasion d’une quelconque élévation morale : « Je redeviendrai ce que j’avais toujours été, un intellectuel frileux, incapable de se dépasser parce qu’incapable de croire en lui. Un être inutile dont personne ne voulait ».

Roman à découvrir en raison de son écriture, admirablement maîtrisée, et des thématiques abordées, s’ajoutant ainsi à la littérature de cette guerre avec une touche très personnelle à l’auteur Xavier Hanotte, excellent écrivain.

 

Stéphane Bret

 


  • Vu : 3859

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Xavier Hanotte

 

Né en 1960 en Belgique, Xavier Hanotte vit dans la banlieue bruxelloise, il a traduit quelques-uns des plus grands romanciers flamands et néerlandais contemporains parmi lesquels aux éditions Belfond, Hubert Lampo et Maarten ‘t Hart. Il s’est intéressé aussi à l’œuvre du poète anglais Wilfred Owen (Le Castor Astral). Ses romans Manière noire (1995), De secrètes injustices (1998), Derrière la colline (2000), Des feux fragiles dans la nuit qui vient (2010), ainsi que son recueil de nouvelles L’Architecte du désastre (2005), ont été unanimement salués par la critique.

 

A propos du rédacteur

Stéphane Bret

 

Tous les articles de Stéphane Bret

 

63 ans, réside actuellement à Boulogne-Billancourt, et s’intéresse de longue date à beaucoup  de domaines de la vie culturelle, dont bien sûr la littérature.

Auteurs favoris : Virginia Woolf, Thomas Mann, Joseph Conrad, William Faulkner, Aragon, Drieu La Rochelle, et bien d’autres impossibles à mentionner intégralement.

Centres d’intérêt : Littérature, cinéma, théâtre, expositions (peintures, photographies), voyages.

Orientations : la réhabilitation du rôle du savoir comme vecteur d’émancipation, de la culture vraiment générale pour l’exercice du libre arbitre, la perpétuation de l’esprit critique comme source de liberté authentique."

 

REFERENCES EDITORIALES :

Quatre livres publiés :

POUR DES MILLIONS DE VOIX -EDITIONS MON PETIT EDITEUR 
LE VIADUC DE LA VIOLENCE -EDITIONS EDILIVRE A PARIS
AMERE MATURITE -EDITIONS DEDICACES 
L'EMBELLIE - EDITIONS EDILIVRE A PARIS