Identification

Dans les branches, Thierry Metz (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres le 20.10.21 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Dans les branches, Thierry Metz, éditions Le Ballet Royal, décembre 2020, 62 pages, 13 €

Dans les branches, Thierry Metz (par Didier Ayres)

 

Habitation

Je suis heureux de faire part ici de mon sentiment au regard de ce petit recueil de Thierry Metz, disparu en mettant fin à ses jours en avril 1997. Je fais cette remarque car je découvre cette écriture. Et c’est grâce à l’amitié de Jean Maison, qui a composé plus un vrai texte qu’une postface à cette réédition, que je peux lire cette tragique position devant le monde. Car c’est bel et bien devant que se poste Thierry Metz. Devant le monde, un monde de signes restreints, voire fragiles, éthériques, une habitation poétique qui campe un espace de très peu de signaux, et de plus témoignant de l’abrupte réalité sans images, sans métaphores, sorte d’univers anorexique, essoufflé, côtoyant le vide. C’est ainsi d’abord une vision de la présence humaine, demeure intérieure qui s’ouvre sur quelques mots ; huis, fenêtre, description presque glaciale de la porte, de la table, et peut-être un rayon d’une lumière innommable venant frapper le sol dur du texte. On goûte une espèce d’élixir de mort.

Rose

dynasties de roses

parmi ces jardins que je ne quitterai pas

puisqu’une mort est voulue

entre nous

quel que soit l’instant

tous nos regards se croisent

et se séparent.

De plus, cet opus s’agrandit aux propos de Jean Maison, texte qui est plus un addendum au chant funèbre de Thierry Metz, qu’un état des lieux rétrospectifs. J. Maison ajoute à cette poésie morbide, poésie de l’habitation humaine conçue comme faite d’éléments faibles, sans lyrisme, et oppose donc sa plume lyrique pour donner espoir malgré tout dans la destinée humaine. Et ce texte, cette « postface » imagée, redonne le sens de la vision poétique, et plus qu’une illustration de l’unicité du propos de Metz, on suit cette parole faite de volutes, de courbes, d’images soignées, sorte de petites pierres laissées à l’abandon et qui poursuivent le chemin de l’écriture, de l’écriture en général.

 

Didier Ayres


  • Vu: 532

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.