Identification

Coupure d’électricité 1600 × 896, Patrick Tosani, Vendredi, Tapisserie, Gobelins

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) 09.10.14 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Coupure d’électricité 1600 × 896, Patrick Tosani, Vendredi, Tapisserie, Gobelins

 

Coupure d’électricité

un fusible a sauté

dans la nuit de ma tête /

de ma tête-à-poèmes

2 heures après minuit ce n’est rien

le train-tram-rail des rêves

qui roule / Le Directeur du Réseau Central

déféré / dans ma tête qui roule

Sous les verrous / à des éclisses mal

resserrées / des

kilomètres

des kilomètres de voies se serrent

des parallèles se joignent

à la barre la voix des ouvriers

sans voie déraille / Sang /

Convois de sang

La Grande Société se serre

les fers / Le Directeur

la ceinture / qui prend

ses sbires à témoin

mais il y a maldonne

 

Tu prends ton bonheur

en première classe / billet à l’œil

tandis

que dure l’Affaire / N’ont pas le temps

de contrôler

n’auront pas le temps

de tout contrôler / trop dur à faire

 

La faute à personne

La faute à personne

 

Voie extérieure

Extérieur-Nuit

l’herbe mange le rail

le ram-tram-rail

de la lumière tandis

que tu marches / tu marches

jusqu’à l’emblème une trace d’un peu d’humanité

 

Dans le ciel l’angle obtus d’un fuselage sonne

l’angélus / sept heures

dix-neuf-heures / sur le cadran l’ombre

change d’heure / autrement / la même

toujours la même

La quête des prières gagne mains sonnantes

la paume des nuages

une ville un clocher la voix des gallinacés à partager

l’heure / pas de corde à balancer

plus le temps / pas de balancier

temps électronique programmé /

la ville affairée

tandis

que tu marches / tu marches

podomètre thermo-luminescent

collé à tes pas luisants / ascension / performance

Vers / Chute

assurée

 

mais c’est la faute à personne

mais c’est la faute à personne

 

Fitness du vers en pleine & belle forme

mais coupure d’électricité

un fusible a sauté

dans le boîtier miné

 

de ta tête-à-poèmes

un poème et/ un poème/ et un poème

 

On inspecte la pyramide

la pyramide des responsabilités

Le Directeur avec / Le Directeur dirigeant

leurs chemins vers la mer avant

la Centrale thermo-lactique

de nos rêves

mais c’est la faute à personne

mais c’est la faute à personne

 

ou à celui d’en-d’ssous

juste en-dessous

tout en dessous

à descendre

en douceurs

 

toi tu marches / tu marches jusqu’à

la Galerie Nationale

la galerie nationale près de la cathédrale

des anges presque debout font l’ange et regardent

se compter l’heure / sempiternelle / sempiternelle

 

Le conférencier enfile la flûte

la flûte des visites

dans la trame tendue

retendue des regards

parfois des reflets brillent

Rentrer dans la galerie d’art

Intemporelle / intemporelle

en-dedans / tout-en-dedans

des choses à convoiter / en douleurs

des convois d’or

Des tissus t’enveloppent

t’imprègnent / t’impriment

jusqu’au sang

des recoins de lune

interlope

jettent l’extase obscure

sur la toile

Sur la toile

une étincelle parfois / une attention s’allume

denrée rare

3 mètres sur 3 mètres 8 ans de travail

3 de recommencés / les lissiers tissent la patience

dans l’espoir-Pénélope

tu pédales

tu pédales de bonheur

retrouvé c’est le métier qui rentre

au-dedans

sur le fil

fil de laine dans cette trame de soie / des draps de satin

la lumière vibre / sculpte la toile

étoiles de l’art dans les regards

loin loin loin / âme-tram-rails / des trains qui passent

parce qu’ils passent

eux / au loin / broutés

par le regard

euh… / bovin

 

On prend du plaisir

Le Directeur de la Grande

Centrifugeuse des Rêves – destination

mangues / ananas / palétuviers

s’est pendu mais

on se serrait la ceinture

c’est la faute à personne

surtout la faute à personne

 

Le Directeur s’est pendu / attention

Patrimoine à vendre / Art à vendre / Artistes

soldés

en solde de tout cœur

Send u$ your heart ! A vot’ bon cœur, m’ssieurs dames !

Bien National / 350 euros/picture

pour la peine de ton rêve

ton rêve précaire

– pas cher, pas cher –

Pour une tapisserie, faudra bien voir

temporiser

art contemporanisé

– On préparera

Sciences Po’

 

Tout se perd & tout

est à vendre

Maman est morte & je ne sais

pour quoi

Il faut éliminer l’armoire / l’armoire-à

-glace qui déforme

sa pauvre image / sa pauvre image

C’est lui le responsable C’est lui le responsable

Maman est morte & je ne sais

plus quand

mais faut récupérer

récupérer le mobilier

surtout le mobilier

Noter

Récup’ Mobil-mother

Fouiller emporter / vite emporter

Pendant la coupure / la coupure d’électricité

 

Sous couvert de ta tête

coupure d’électricité

tournesols à l’envers

Break Heart Ange perdu dans ton sommeil

se ronge les ongles – ce sont les nerfs

ce sont les nerfs / tendus sous la peau

C’est la faute à la coupure

la coupure d’électricité

du réseau / des nerfs

C’est la faute à la mort de Maman

Faudrait dormir

 

Pas dans le poème de la nuit

les caténaires sont tombés

/ foudroyés

les lignes ont les basses tensions

et les éclisses assassinent

Il est six heures ici / midi à New York

Minuit dans le lit des Sex-appeal

Orphée frustré déraisonne

rêve Narcisse plutôt qu’Eurydice

Scoop-de-mytho’ au cœur de l’Info’/ qui sonne

l’angélus éteint pourtant qui résonne

deux fois par jour / pas humain

mais

 

c’est la faute à personne

c’est la faute à Personne

Orphée frustré cogne

aux portes éventrées

des Ego-systèmes / nos EGOs

– Système

de Beaux Gosses pas beaux

 

mais il n’y a personne

mais IL N’Y A PERSONNE

 

Murielle Compère-Demarcy

 


  • Vu : 2239

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

MCDEM (Murielle Compère-Demarcy)


Lire toutes les publications de Murielle Compère-Demarcy dans la Cause Littéraire


Murielle Compère-Demarcy (pseudo MCDem.) après des études à Paris-IV Sorbonne en Philosophie et Lettres et au lycée Fénelon (Paris, 5e) en École préparatoire Littéraire, vit aujourd'hui à proximité de Chantilly et de Senlis dans l’Oise où elle se consacre à l'écriture.

Elle dirige la collection "Présences d'écriture" des éditions Douro.

 

Bibliographie

Poésie

  • Atout-cœur, éditions Flammes vives, 2009
  • Eau-vive des falaises éditions Encres vives, collection "Encres blanches", 2014
  • Je marche..., poème marché/compté à lire à voix haute, dédié à Jacques Darras, éditions Encres vives, collection "Encres blanches", 2014
  • Coupure d'électricité, éditions du Port d'Attache, 2015
  • La Falaise effritée du Dire, éditions du Petit Véhicule, Cahier d'art et de littérature Chiendents, no 78, 2015
  • Trash fragilité, éditions Le Citron gare, 2015
  • Un cri dans le ciel, éditions La Porte, 2015
  • Je tu mon AlterÈgoïste, préface d'Alain Marc, 2016
  • Signaux d'existence suivi de La Petite Fille et la Pluie, éditions du Petit Véhicule, 2016
  • Le Poème en marche, suivi de Le Poème en résistance, éditions du Port d'Attache, 2016
  • Dans la course, hors circuit, éd. du Tarmac, 2017
  • Poème-Passeport pour l'Exil, co-écrit avec le photographe-poète Khaled Youssef, éd. Corps Puce, coll. « Parole en liberté », 2017
  • Réédition Dans la course, hors circuit, éd. Tarmac, 2018
  • ... dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent..., éd. Encres Vives, collection "Encres blanches" , n°718, 2018
  • L'Oiseau invisible du Temps, éd. Henry, coll. « La Main aux poètes », 2018
  • Alchimiste du soleil pulvérisé, Z4 Éditions, 2019
  • Fenêtre ouverte sur la poésie de Luc Vidal, éditions du Petit Véhicule, coll. « L'Or du Temps », 2019
  • Dans les landes de Hurle-Lyre, Z4 Éditions, 2019
  • L'écorce rouge suivi de Prière pour Notre-Dame de Paris & Hurlement, préface de Jacques Darras, Z4 Editions, coll. « Les 4 saisons », 2020
  • Voyage Grand-Tournesol, avec Khaled Youssef et la participation de Basia Miller, Z4 Éditions, Préface de Chiara de Luca, 2020
  • Werner Lambersy, Editions les Vanneaux ; 2020
  • Confinés dans le noir, Éditions du Port d'Attache, illustr. de couverture Jacques Cauda; 2021
  • Le soleil n'est pas terminé, Editions Douro, 2021 avec photographies de Laurent Boisselier. Préface de Jean-Louis Rambour. Notes sur la poésie de MCDem. de Jean-Yves Guigot. Illustr. de couverture Laurent Boisselier.
  • l'ange du mascaret, Editions Henry, Coll. Les Ecrits du Nord ; 2022. Prélude et Avant-Propos Laurent Boisselier.
  • La deuxième bouche, avec le psychanalyste-écrivain Philippe Bouret, Sinope Editions ; 2022. Préface de Sylvestre Clancier (Président de l'Académie Mallarmé).
  • L'appel de la louve, Editions du Cygne, Collection Le chant du cygne ; 2023.
  • Louve, y es-tu ? , Editions Douro, Coll. Poésies au Présent ; 2023.