Identification

Baudelaire et Jeanne, L’amour fou, Brigitte Kernel (par Sylvie Ferrando)

Ecrit par Sylvie Ferrando 10.06.21 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Biographie

Baudelaire et Jeanne, L’amour fou, Editions Écriture, mars 2021, 296 pages, 21 euros

Ecrivain(s): Brigitte Kernel

Baudelaire et Jeanne, L’amour fou, Brigitte Kernel (par Sylvie Ferrando)

 

Mois après mois, Brigitte Kernel nous donne un compte rendu vivant et minitieux, fictionnel et documenté de l’évolution des relations amoureuses de Charles Baudelaire et de sa maîtresse Jeanne Duval, la « mûlatresse » native de La Réunion, de Saint-Domingue ou de Saint-Barthélémy – on ne sait – et comédienne sans beaucoup de succès, mais femme libre et à forte personnalité, sans doute un peu plus âgée que le poète. Ce qui caractérise la relation étonnante qui unit Charles à Jeanne, c’est la dépendance sexuelle et affective : toujours Charles sera « en manque » de Jeanne Duval, malgré les critiques récurrentes de son entourage – sa mère d’abord, Caroline Aupick, qui jamais n’acceptera l’union déclassante de son fils avec cette catin, prostituée bisexuelle, à peau noire et sans morale, et ses amis, tels Nadar ou Manet qui ne l’aiment pas. Ruptures et périodes de vie commune ne cessent d’alterner au cours des 25 années que durera leur liaison, jusqu’à la mort de Baudelaire, aphasique et paralysé, en août 1867.

Au-dela du récit de cette relation passionnelle, orageuse et à éclipses, c’est un tableau de la bohême artiste post-romantique ou symboliste qui est dessiné. Baudelaire fait deux infidélités de taille à Jeanne Duval. En 1852, Baudelaire l’abandonne pour Apollonie Sabatier, dite « la Présidente », demi-mondaine qui tient salon le dimanche dans son appartement de la rue Frochot dans le 9e arrondissement de Paris. On y retrouve la fine fleur du monde littéraire de l’époque : Maxime Du Camp, Alexandre Dumas père, Ernest Feydeau, Gustave Flaubert, Théophile Gautier, le dédicataire des poèmes de Baudelaire, Edmond de Goncourt, Alfred de Musset, Gérard de Nerval… Mme Savatier, devenue Sabatier, est une très belle femme, qui rit beaucoup. Baudelaire est sous le charme, elle devient sa nouvelle muse. Avec cette courtisane, il a l’impression d’échapper à l’emprise de Jeanne Duval et à celle de sa mère qui ne cesse de l’entretenir financièrement. Le poème, A celle qui est trop gaie, est inspiré par Mme Sabatier, mais quand celle-ci cèdera à ses avances, il s’en désintéressera. Jeanne est jalouse pendant toute l’année 1852.

En 1854, c’est de l’actrice Marie Daubrun que Charles est amoureux, une jeune actrice « blonde au teint pâle ». C’est elle qui inspire Invitation au voyage. Jeanne ne supporte pas cette relation, d’autant que Marie Daubrun joue dans de plus prestigieux théâtres qu’elle. La Duval tombe malade : avant Charles, la syphilis la rend peu à peu paralytique. C’est le début d’un lent déclin de la santé du couple, marqué par le procès des Fleurs du mal en 1857 (pour offense à la morale publique) et par la seconde édition du recueil en 1861.

Grâce à, ou malgré ces tumultes amoureux, Jeanne est au cœur de la vie créatrice de Baudelaire. De nombreux poèmes lui sont dédiés parmi lesquels La ChevelureParfum exotiqueLe Balcon, mais aussi cinq des six pièces condamnées de l’édition de 1857 des Fleurs du mal Le LéthéLes BijouxLesbosFemmes damnéesLes Métamorphoses du vampire. La personnalité sulfureuse de Jeanne est au cœur du travail d’alchimiste de Baudelaire.

 

Sylvie Ferrando

 

Brigitte Kernel, productrice d’émissions littéraires pendant vingt-cinq ans sur France Inter de 1990 à 2015, est l’auteure de quelque vingt ouvrages, biographies, essais, entretiens et romans, dont Agatha Christie, le chapitre disparu (2016), Jours brûlants à Key West (2018), Le Secret Hemingway (2020). Baudelaire, et Jeanne L’amour fou est le premier ouvrage d’une nouvelle collection, Passions littéraires, où paraît simultanément Rimbaud, dernier voyage, d’Alain Vircondelet.

  • Vu : 677

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Brigitte Kernel

 

Brigitte Kernel est écrivain. Elle a été pendant de nombreuses années productrice-animatrice à France Inter d’émission littéraires : Un Été d’Écrivains ; Noir Sur Blanc ; Pourvu qu’on ait l’ivresse ; Parentèle ; Calame ; Noctiluque ; Dixit ; Qu’importe le Chemin. Et a écrit pendant dix ans les fameux feuilletons hebdomadaires « Cadavre-Exquis » pour ses émissions de radio dont une partie est publiée chez Librio). Elle a également été chroniqueuse littéraire dans Place aux livres sur LCI auprès de Patrick Poivre d’Arvor, et dans Rive droite/Rive gauche de Thierry Ardisson sur Paris Première. Son nouveau roman, Agatha Christie, le chapitre disparu, est sorti le 13 janvier 2016.

 

A propos du rédacteur

Sylvie Ferrando

Lire tous les articles de Sylvie Ferrando

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : littérature française, littérature anglo-saxonne, littérature étrangère

Genres : romans, romans noirs, nouvelles, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Grasset, Actes Sud, Rivages, Minuit, Albin Michel, Seuil

Après avoir travaillé une dizaine d'années dans l'édition de livres, Sylvie Ferrando a enseigné de la maternelle à l'université et a été responsable de formation pour les concours enseignants de lettres au CNED. Elle est aujourd'hui professeur de lettres au collège.

Passionnée de fiction, elle écrit des nouvelles et des romans, qu'elle publie depuis 2011.

Depuis 2015, elle est rédactrice à La Cause littéraire et, depuis 2016, membre du comité de lecture de la revue.

https://www.edilivre.com/?s=Ferrando