Identification

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Jean-Louis Rambour (par Murielle Compère-Demarcy)

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) le 19.03.21 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Poésie

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Jean-Louis Rambour, Éditions Les Lieux-Dits, Coll. Cahiers du Loup bleu, 2019, 39 pages, 7 €

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Jean-Louis Rambour (par Murielle Compère-Demarcy)

Deux évidences s’imposent pour qui revient toujours à l’œuvre de Jean-Louis Rambour (car il s’agit bien d’une « œuvre ») : quelque chose du fleuve coule dans cette poésie comme dans celle de Jacques Darras, mais différemment. Sans doute, déjà, parce que le fleuve y coule sans arrêt dans sa fluidité et force dynamique, dans une transformation de lui-même ajoutée à celles qu’il provoque, porte, emporte. L’écriture protéiforme de Rambour atteste ce dynamisme des fluides à l’œuvre, qui roule dans le lit du Langage pour y déposer des alluvions typiques du cours de son fleuve, qui emporte dans son débit le charroi de nos émotions et interprétations. L’infini où chaque texte ou livre du poète se jette nous fait à chaque fois les navigateurs livrés aux métamorphoses de ses eaux poétiques. Nous n’embarquons pas sur le fleuve de la poésie de Jean-Louis Rambour, c’est bien son cours/son flux sans cesse renouvelé qui nous prend dans son voyage. Deuxième évidence marquant l’œuvre du poète : sa poésie révèle la profondeur de la vie dans son miroir, là où les reflets disent au-delà des sens qu’ils émettent. Le premier texte des 33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse) publiés dans les Cahiers du Loup bleu aux éditions Lieux-Dits nous ramène d’entrée à cette évidence :

« La vérité est dans le miroir du bar. C’est le reflet

qui est vérité. Le reste, illusion. C’est le miroir

qui émet les sons des violons et de l’accordéon :

le reste n’est que silence aussi sensible que celui

des nuages glissant au ciel, aussi muet que le baiser

de l’eau autour de la barque d’un passeur. (…)

La vie s’est réfugiée dans la face étamée de la glace.

Jusque-là on ignorait où était son asile ; on pensait

même qu’il était du côté de l’alcool et du désir »

 

À propos de la vérité des reflets du miroir, n’avons-nous pas tous un jour connu l’expérience d’être rattrapé au passage par un miroir qui nous renvoie une vérité de nous-mêmes que nous n’avions pas imaginée ? La poésie nous laisse imaginer la vérité de tels reflets, justement, dans la pesée tamisée de ses mots. Le titre, nous indiquant que les poèmes qui le composent peuvent être – suivant les sensibilités – qualifiés de nouvelles, ou constituer 33 nouvelles en forme de poèmes, ne nous ramène-t-il pas aussi à la matière substantielle, vitale, de textes ici qui écrivent la vie, nos vies ? Les reflets du miroir, ce sont pareillement les aléas de nos existences, ces détails et ces instantanés surligneurs de nos faits et états objectifs et émotionnels ? À ce sujet l’intégration dans l’œuvre du poète de créations picturales, photographiques, reportages – par le poète lui-même ou en coopération avec un artiste – renvoie à cet effet de miroir du travail poétique de Jean-Louis Rambour qui poursuit le chemin de l’écriture comme la vie nous porte et nous transforme au fil du temps qu’elle nous accorde pour la regarder, l’observer, la comprendre en sa mosaïque étonnement/profondément vivante.

Jean-Louis Rambour ne manque pas dans cet opus d’arrêter son regard sur ces hommes si terriblement vivants : SDF, marginaux, exclus, exilés, … mendiants – de ceux qui par leur fragilité projette sur nous la force de frappe de la vie, de ses brèches, ses puits d’amour :

 

« un mendiant – certains disent SDF, S comme Solitaire –

un mendiant donc, donne son sourire, son “Bonjour”,

avec une légère difficulté à bouger des lèvres

percluses de froid, de gêne, de peur (…) »

 

N’est-ce pas encore notre propre miroir que tendent ces hommes sur notre route quotidienne, miroir brandi pour nous rappeler que la détresse existe bien aussi malgré nos yeux parfois fermés ? Une réalité palpable apparaît et renvoie notre pusillanimité dans ces miroirs grimaçants que dresse la vie sur nos chemins, le poète en écrit les tremblements, les effondrements, les appels.

 

« (…) Il est assis devant le portail

d’entrée de l’église Sainte-Croix de Caix, juste à côté

d’un Christ aux liens qui le nargue, un type déshabillé,

dont la souffrance assurera la postérité, quand lui,

le mendiant, disparaîtra des comptes malgré

son doux regard de hérisson pris dans la lumière »

 

N’est-ce pas le rôle du poète, aussi, de narguer nos petites lâchetés quotidiennes et de nous tirer par la manche avec la discrète altercation de ses mots entre les lignes, pour nous dire : Eh, regarde, regardez un peu ce qui passe, ce qui se passe, c’est ici, c’est aujourd’hui, cela se trame dans ce monde et cela existe, aussi, à côté du soleil, à côté de vos abondances ou suffisances…

Le soleil, lui, n’est pas laissé de côté dans ces 33 textes, puisqu’il fait partie de la danse du monde ; éclaire de son sourire – heureux souvenir ou espoir sauvegardé – n’importe quel tronçon de nos frises historiques singulières, ainsi cet enfant que nous avons tous été, en quête d’une étincelle de vie dans la flamme d’une bougie :

 

« rien ne peut le distraire de la beauté du feu, du jaune

incendie, rien, son regard se concentre sur la perle chaude,

sur un volume qui résume le monde entier des choses.

À ce moment-là, il est seul, en contact des mystères,

avec des odeurs de cosmos, lui non plus ne mourra pas

comme ne peut s’éteindre le feu depuis le tout premier orage ».

 

… comme ne peut s’éteindre la poésie de J.-L. Rambour, depuis la dernière toujours première page.

 

Murielle Compère-Demarcy


  • Vu: 622

A propos du rédacteur

MCDEM (Murielle Compère-Demarcy)

 

Lire toutes les publications de Murielle Compère-Demarcy dans la Cause Littéraire

 

Murielle Compère-Demarcy est tombée dans la poésie addictive (ou l'addiction de la poésie), accidentellement. Ne tente plus d'en sortir, depuis. Est tombée dans l'envie sérieuse de publier, seulement à partir de 2014.

A publié, de là jusqu'ici :

Je marche--- poème marché/compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014

L'Eau-Vive des falaises, éd. Encres Vives, 2014

Coupure d'électricité, éd. du Port d'Attache, 2015

La Falaise effritée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahier d'art et de littératures n°78 Chiendents, 2015

Trash fragilité (faux soleils & drones d'existence), éd. du Citron Gare, 2015

Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015

Je Tu mon AlterÉgoïste, éd. de l'Ecole Polytechnique, Paris, 5e, 2016

Signaux d'existence suivi deLa Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de l'Or du Temps ; 2016

Co-écriture du Chiendents n°109 Il n'y a pas d'écriture heureuse, avec le poète-essayiste Alain MARC, éd. du Petit Véhicule ; 2016

Le Poème en marche suivi par Le Poème en résistance, éd. du Port d’Attache ; 2016

Dans la course, hors circuit, éd. Tarmac, coll. Carnets de Route ; 2017 ; réédition augmentée en 2018

Poème-Passeport pour l’Exil, avec le poète et photographe ("Poétographie") Khaled YOUSSEF éd. Corps Puce, coll. Liberté sur Parole ; mai 2017

Nantes-Napoli, français-italiano traductions de Nunzia Amoroso, éd. du Petit Véhicule, Cahier d’art et de littératures n°121, vol.2, Chiendents, 2017

dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent…, éd. Encres Vives, coll. Encres Blanches n°718, 2018

L’Oiseau invisible du Temps, éd. Henry, coll. La Main aux poètes ; 2018

 

Publications en revues : Phoenix, La Passe, FPM-Festival Permanent des Mots, Traction-Brabant, Les Cahiers de Tinbad, Poésie/première, Verso, Décharge, Traversées, Mille et Un poètes (avec "Lignes d’écriture" des éditions Corps Puce), Nouveaux Délits, Microbes, Comme en poésie, Poésie/Seine, Cabaret, Concerto pour marées et silence, … ; sur espaces numériques Terre à ciel, Le Capital des Mots, Recours au Poème, … Publications en 2018 dans Nunc, la Revue Europe et Galerie Première Ligne, …

 

Anthologies : "Sans abri", éd. Janus, 2016 ; "Au Festival de Concèze", éd. Comme en Poésie, 2017 ; Poésie en liberté (anthologie numérique progressive) en 2017 et 2018 ; citée dans Poésie et chanson, stop aux a priori ! de Matthias Vincenot, aux éditions Fortuna (2017), …

 

Rédactrice à La Cause Littéraire, écrit des notes de lecture pour La Revue Littéraire (éd. Léo Scheer), Les Cahiers de Tinbad, Poezibao, Traversées, Sitaudis.fr, Revues en ligne Texture, Zone Critique, Levure Littéraire, Recours au Poème en tant que contributrice régulière.