Identification

Gallimard

Les éditions Gallimard, appelées jusqu’en 1919 les éditions de la Nouvelle Revue française et jusqu’en 1961 la librairie Gallimard, sont ungroupe d'édition français. La maison d'édition a été fondée par Gaston Gallimard en 1911. Le groupe Gallimard est actuellement dirigé par Antoine Gallimard. Considérée comme l'une des plus importantes et influentes maisons d'édition en France, notamment pour la littérature du xxe siècle et contemporaine, Gallimard possède en 2011 un catalogue constitué de 35 prix Goncourt, 36 écrivains ayant reçu le prix Nobel de littérature, et 10 écrivains récompensés du prix Pulitzer.


Comment gagner sa vie honnêtement, Jean Rouaud

Ecrit par Didier Bazy , le Lundi, 07 Mars 2011. , dans Gallimard, Les Livres, Recensions, Critiques

Comment gagner sa vie honnêtement. La Vie poétique 1. 2011. 335 P. 19 €, 50 . Ecrivain(s): Jean Rouaud Edition: Gallimard

Longtemps résonnera à nos tympans les mots et les sens, les lettres et les sons du finale des Champs d'Honneur : oh, arrêtez tout ! Ce cri arraché au silence imposant d'un livre si court et si fort. Il  parlera  longtemps, ce cri, il dira longtemps l'étouffement, si loin de l'indignation morale majoritaire, il fera vivre, ce cri, en nous des millions d'âmes mortes, pour de vrai, et pour sûr.

Inaugurant les futures livraisons de Vie poétique Jean Rouaud invoque Henry-David Thoreau : « Sur la question de savoir comment gagner sa vie honnêtement; on n'a presque rien écrit qui puisse retenir l'attention. » Saluons au passage la splendide nouvelle traduction de Walden chez Le Mot et le Reste éditeur.

Rouaud comble-t-il ce vide ? Oui, sur deux plans au moins : une époque et ses codes, un témoin et sa poésie.

Jean Genet menteur sublime, Tahar Ben Jelloun

Ecrit par Jean Bogdelin , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans Gallimard, Editions

Jean Genet, menteur sublime. 10/2010. 208 p. 15,90 € . Ecrivain(s): Tahar Ben Jelloun Edition: Gallimard

C’est un récit étonnant que nous découvrons dans le dernier livre au titre magnifiquement provocant de Tahar Ben Jelloun, paru chez Gallimard. Il logeait encore à la Cité universitaire, lorsqu’il reçut de l’auteur du Journal du voleur cet appel : « Je m’appelle Jean Genet, vous ne me connaissez pas, mais moi je vous connais, je vous ai lu et j’aimerais vous rencontrer… Etes-vous libre pour déjeuner ? ». Le jeune écrivain venait de faire paraître Harrouda, dont Genet a dit grand bien sur France Culture.

Il s’embarqua ainsi pour une amitié de douze ans, de 1974 à 1986. Sur le chemin de la rencontre, il se remémore le contenu du Journal du Voleur. « Un livre qui m’avait mis K-O, par sa virulence, sa cruauté et son audace… Je me souvenais des crachats, des poux et des mots crus. » Un peu sonné par cette invitation d’un auteur au faîte de la gloire, il se trompa de direction dans le métro et arriva fort en retard. Qu’a-t-il trouvé ? Genet « était sur le trottoir, un livre à la main… Il fumait des cigarillos Panter, la fumée dégageait un mauvais parfum. En entrant dans le restaurant, je crus bien faire en lui disant que j’admirais son œuvre. Sans s’énerver, il me dit : “Ne me parle plus jamais de mes livres. J’ai écrit pour sortir de prison, pas pour sauver la société” ».

Robert Darnton et la bohème littéraire

Ecrit par Eddie Breuil , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans Gallimard, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, USA

. Ecrivain(s): Robert Darnton Edition: Gallimard

Les éditions Gallimard ont traduit, cette année, deux importants essais de l'universitaire américain Robert Darnton. Ces deux publications ont des préoccupations identiques : s'intéresser à un ensemble de documents condamnables – au regard des lois de l'époque – s'étalant jusqu'à la Révolution Française. La démarche consiste à donner un nouvel éclairage sur un corpus rarement étudié et qui a très certainement eu plus d'écho – sur cet épisode qu'est la Révolution Française – que les idées des Lumières au premier rang desquels on situe certainement de façon exagérée Voltaire. L'un des principaux mérites des recherches de Robert Darnton est d'éviter le recours aux idées reçues, et malgré sa rigueur, certains mythes qu'il contribue à défaire auront encore de beaux jours devant eux : ainsi de Voltaire, qui est encore perçu comme un précurseur, et ce même dans certains comptes-rendus de l'ouvrage de Darnton ! Ce qui, au passage, est probablement du à l'ironie supposée de Voltaire : en l'invoquant, on peut s'arranger en faisant dire toujours le contraire à un propos de Voltaire.

Le point essentiel des ouvrages de Darnton est évidemment la nature même des libellés. Comment est née cette littérature scandaleuse, politique, pornographique ou insultante ?

Le Palais des Livres, Roger Grenier

Ecrit par Didier Bazy , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans Gallimard, Recensions

Le palais des livres. 2011, 165p. 16,50 € . Ecrivain(s): Roger Grenier Edition: Gallimard

Roger Grenier rappelle un des mots de Valéry Larbaud : la biographie d'un auteur réside dans tous les livres qu'il a lus. L'un et l'autre sont de grands lecteurs et de grands auteurs. Deux conditions constitutives de grands critiques.

Gallimard a eu l'excellente initiative de rassembler quelques textes récents de Roger Grenier. Le palais des livres offre plus qu'une promenade. C'est une plongée dans le mouvement de la littérature elle-même en ce qu'il détient de vérités, et surtout de vie, voire de vies.

"Qu'est-ce qu'un roman, en fin de compte ? Une image qui puisse être utile au lecteur. La vie à l'état brut est souvent trop incohérente."

Puissent les critiques s'inspirer de ce palais sans flatterie. Puissent-ils y puiser méthode et rigueur, subtilités et attention. La littérature n'est pas la vie. La vie la déborde. La littérature met son ordre dans la vie.

"Que nos livres, à défaut d'être promis à l'immortalité, deviennent ainsi des mots de passe qui restent ensuite, comme de précieuses reliques, dans la mémoire des amants, voilà sans doute ce que nous pouvons leur souhaiter de mieux."