Identification

Ton frère, Minh Tran Huy (par Alix Lerman Enriquez)

Ecrit par Alix Lerman Enriquez 10.06.24 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Robert Laffont

Ton frère, Minh Tran Huy, Robert Laffont, Coll. Les Affranchis, mars 2024, 166 pages, 17 €

Edition: Robert Laffont

Ton frère, Minh Tran Huy (par Alix Lerman Enriquez)

 

On se souvient avec émotion de son précédent livre, Un enfant sans histoire, publié en 2022, où l’écrivaine française d’origine vietnamienne évoque avec désarroi mais force et courage son parcours de combattante de mère d’un enfant autiste sévère. Malgré des soins incessants prodigués par son époux et elle-même, son fils Paul reste muré dans un mutisme effroyable dont il ne semble plus possible de le défaire.

Avec son dernier livre, Ton frère, elle renoue avec cette histoire douloureuse, mais elle le fait d’une manière originale en adressant une lettre pleine d’humanité et de poésie à Serge, le petit frère « neurotypique » de Paul. À Serge, l’enfant inespéré, elle lui parle avec pudeur de la difficulté de vivre au quotidien avec ce grand frère « un peu spécial », qui semble enfermé dans sa gangue de solitude et de terreur.

Serge est né par accident comme un heureux hasard sur les ruines d’une détresse parentale inconsolable. Le couple redoutait d’avoir un second enfant autiste, mais Serge, celui qui n’était pas attendu, se révèle être un enfant rieur et réceptif au monde qui l’entoure. Serge n’est pas autiste, il accède rapidement au langage et montre sa gaieté de vivre. La joie de le voir grandir comme un enfant ordinaire est une consolation, une véritable renaissance.

Pour autant, elle n’efface pas les tristesses passées, mais ce deuxième enfant colmate les plaies et les brèches anciennes creusées par la douleur de ne pas pouvoir soulager les souffrances de son aîné. Tout comme le fait le Kintsugi, art japonais de la réparation des céramiques ou porcelaines qui, « au lieu d’effacer les fissures et les signes d’usure, les transforme et les sublime », les répare avec du fil d’or pour laisser transparaître les fêlures, signes du temps et de la fragilité des êtres et des choses.

Dans une langue simple, drôle et profonde, où l’émotion affleure à chaque mot, où gronde une colère légitime face à une société qui laisse ses plus vulnérables sur le bord de la route, Minh Tran Huy tisse un récit bouleversant ciselé de souvenirs, parfois de traumatismes familiaux et d’exil, enluminé de contes vietnamiens puisés dans un patrimoine ancestral. Elle offre surtout le témoignage poignant de son amour indéfectible pour ses deux enfants si différents : « Ton frère m’a enseigné l’indulgence, le chagrin et la douceur ; toi, la gratitude. Il m’a révélé la grâce des vulnérables ; toi qu’il était possible de suturer des plaies qu’on croyait impossibles à refermer, et non seulement de vivre avec mais d’en tirer une force secrète ».

Dans cette magnifique confession épistolaire, Minh Tran Huy nous donne ainsi une très belle leçon de courage et d’adversité, dont chacun sort grandi.

 

Alix Lerman Enriquez



  • Vu : 332

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Alix Lerman Enriquez

 

Alix Lerman Enriquez est née à Paris le 5 mai 1972. Depuis très longtemps, elle s’adonne à l’écriture poétique et, à ce titre, a déjà publié plusieurs recueils de poésie comme Météores (2005) aux éditions La Bartavelle, Les territoires de la nuit pourpre (2012) chez Do Bentzinger Editeur, A-Contre-jour (2013) chez Hervé Roth Editeur, Les fruits blets de ma solitude (2014), Herbier d’errances (2016), Estuaire de l’espoir (2018), aux éditions Flammes Vives. Elle a également publié Au-delà de la nuit (Edition Les poètes français, 2016, distingué par le grand diplôme d’honneur du concours des Apollons d’or 2018, section recueil édité), ainsi que Tessons et miroirs (2017) aux éditions Vox Scriba. Membre de l’Union des Poètes & Cie, elle est lauréate du prix de poésie Jean Rivet 2017 pour son recueil Lever l’ancre Flamme d’argent, du prix Pierre de Ronsard du concours des flammes Vives 2018, et a en outre reçu la même année un diplôme d’honneur de la Société des poètes français pour son recueil La morsure du jour sur la mer. A également collaboré à plusieurs anthologies et recueils collectifs édités par la Société des poètes français, l’Association Flammes vives, et laSociété des auteurs et poètes de la francophonie (SAPF). Certains de ses poèmes ont été publiés dans les revues : Xero ; Portulan bleu ; Portique ; L’Etrave ; La Revue alsacienne de littérature ;  ainsi qu’à Poésie sur Seine. Par ailleurs, elle écrit des poèmes dans les revues poétiques en ligne : La Cause littéraire ; Le Capital des mots ; La toile de l’un ; Infusion ; Recours au Poème ; et Lichen ;ainsi que sur le site Poética. En outre, elle écrit des proses poétiques sur le site de Hervé Roth éditeur, et nourrit son propre blog Perles de poésie à l’aide de petits billets d’humeur teintés d’humour et de rêverie. Egalement auteur d’un autre site poétique, Aphorismes et petits riens, regroupant ses micro-poèmes écrits et postés sur les réseaux sociaux.