Identification

Pourquoi j’ai mangé du lion, Jean-Pascal Bernard, Caroline Taconet (par François Baillon)

Ecrit par François Baillon 04.01.21 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse, Roman

Pourquoi j’ai mangé du lion, Jean-Pascal Bernard, Caroline Taconet, Ed. Les Petites Moustaches, octobre 2020, 72 pages, 12,50 €

Pourquoi j’ai mangé du lion, Jean-Pascal Bernard, Caroline Taconet (par François Baillon)

 

Voici un roman policier où le commissaire Pillière et son adjoint Dentu sont amenés à enquêter sur un phénomène de taille : pour quelles raisons la girafe Ramona a-t-elle dévoré le lion Bouly, tous deux résidents du zoo de Vincennes ? Selon Pillière, très impressionné, malgré lui, par la présence de l’accusée, la thèse du crime passionnel semble privilégiée. Mais Dentu a une autre intuition : en interrogeant l’ex-compagne du fauve prénommée Sharon, une lionne quelque peu sans-gêne et possessive de surcroît, il apparaît que l’intention première du lion était de dévorer la girafe. Celle-ci aurait-elle flairé le danger et se serait-elle vengée par anticipation ? Est-elle plus calculatrice qu’on ne le pense de prime abord ? Pillière pourrait-il deviner que ses enfants lui apporteront la dernière clé de ce mystère ?

Avec beaucoup d’humour, Jean-Pascal Bernard confronte ici les êtres humains, qui ne maîtrisent plus vraiment la situation, à des animaux à demi sauvages, tout aussi névrosés que les bipèdes que nous sommes. Une manière de nous raconter que l’homme doit parfois se rendre humble devant certaines circonstances remarquables.

On trouve dans cette œuvre un vocabulaire délicieusement varié par ses couleurs, tantôt soutenu, tantôt plus familier. En plus de cet aspect, les thèmes abordés ici permettent d’apporter une densité réelle à chaque personnage : celui de l’amour incompris entre espèces différentes, mais aussi celui du mensonge et de la dissimulation, attaché à la psychologie d’une girafe un tantinet comédienne.

Bien sûr, c’est la légèreté qui l’emporte dans ce roman assez court, notamment grâce à des dialogues savoureux et grâce à la description de scènes aussi insolites que comiques : ainsi, l’effet de la respiration puissante de Ramona sur la mèche rebelle du commissaire Pillière, systématiquement décoiffé.

Est à souligner le travail d’illustrations de Caroline Taconet, pour le moins talentueuse, qui complètent parfaitement l’histoire.

Ajoutons que Les Petites Moustaches, maison d’édition dédiée à la littérature de jeunesse, comprend un catalogue riche par son contenu, de grande qualité, dont ce livre est un exemple probant.

 

François Baillon

 

Jean-Pascal Bernard, né en 1974, est traducteur (anglais) et a entre autres travaillé avec les éditions Michel Lafon et J’ai Lu. Pourquoi j’ai mangé du lion, illustration de son goût pour les polars, est son premier roman.

  • Vu : 818

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

François Baillon

 

Diplômé en Lettres Modernes à la Sorbonne et ancien élève du Cours Florent, François Baillon a contribué à la revue de littérature Les Cahiers de la rue Ventura, entre 2010 et 2018, où certains de ses poèmes et proses poétiques ont paru. On retrouve également ses textes dans des revues comme Le Capital des Mots, ou Délits d’encre. En 2017, il publie le recueil poétique 17ème Arr. aux Editions Le Coudrier.