Identification

Pavane pour une infante défunte, Park Min-Kyu

Ecrit par Marc Ossorguine 05.09.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Asie, Roman, Decrescenzo Editeurs

Pavane pour une infante défunte, traduit du coréen par Hwang Ji-young et Jean-Claude de Crescenzo, mars 2014, 325 p. 20 €

Ecrivain(s): Park Min-Kyu Edition: Decrescenzo Editeurs

Pavane pour une infante défunte, Park Min-Kyu

 

Voici le premier roman traduit d’un auteur coréen (né en 1968) qui a déjà publié plusieurs romans et recueils de nouvelles, dont certains ont été primés dans son pays depuis 2003. Cette Pavane pour une infante défunte est un récit qui réussit à mêler histoire d’amour, humour taquinant l’absurde et critique sociale, le tout dans une construction de récit à tiroirs qui parvient à surprendre le lecteur en brouillant les pistes de la réalité et de la fiction.

Le narrateur âgé de 20 ans au début du récit est un peu mystérieusement tombé amoureux d’une jeune femme, dont la principale caractéristique est une laideur qui fait l’unanimité auprès de tous ceux qui la rencontrent. Etudiant désœuvré, il l’a croisée alors qu’il a trouvé un emploi dans un grand magasin où tous deux occupent des emplois des plus modestes. Timidement, une reconnaissance mutuelle, très platonique, va les rapprocher, laissant toujours une distance qui semble ne jamais vouloir se réduire totalement. Le lien qui s’installe entre eux semble si improbable, si irrationnel, si menacé par les désillusions déjà vécues, qu’il en devient presque impossible, comme un défi à la réalité du monde environnant où compétition et anonymat sont les façons d’avoir une place, même médiocre, mais une place tout de même.

A certains moments on rit face à la rigidité ritualisée et caricaturale des rapports sociaux. Puis à d’autres moments on est touché, pour ne pas dire plus, par le récit de l’exclusion, du mépris, de la souffrance tacite qu’impose la différence dans une société où elle n’a guère de place.

Un roman qui finit par nous toucher et pour lequel on regrette d’autant plus les maladresses de traduction et les coquilles qui gâchent un peu le plaisir du lecteur. Malgré cela, cette Pavane pour une infante défunte, parsemée de musique, de Ravel aux Beatles et à Bob Dylan, reste une belle découverte et nous donne envie de découvrir d’autres œuvres de Park Min-Kyu.

Merci à un éditeur, Decrescenzo, qui s’est lancé dans cette aventure de faire découvrir aux lecteurs français la littérature coréenne.

 

Marc Ossorguine

 


  • Vu : 2394

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Park Min-Kyu

 

Ecrivain Coréen, à l'univers absurde, drôle, résolument moderne.

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr