Identification

Mon prochain est un arbre, Francine Charron

Ecrit par Marie-Josée Desvignes 16.05.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie

Mon prochain est un arbre, Ed. L’Arachnoïde, avril 2014, 64 pages, 13 €

Ecrivain(s): Francine Charron

Mon prochain est un arbre, Francine Charron

 

Francine Charron écrit la fragilité des êtres, et des rencontres entre ces êtres.

« peur dans la peur, noir dans le noir,

tu coupes et tu retranches les bras vifs de la nuit ».

 

Pour ne pas perdre l’autre, on est prêt à tout, à « nourrir la fosse… veiller l’argile sur tes lèvres qui enfoncent… je veux bien creuser ma plaie, qu’elle te couvre… »

Entre feu des passions et soleils d’ombres, nerfs tendus entre angoisse et désir, le désespoir se creuse et fait son trou à l’intérieur, là où il avait déjà une place « mère… j’ai appris ta leçon dure ».

« Moelle blanche des nuits

sous nos masques, la chair

rets du ciel où nous avons baigné

nos salives, nos semences

C’était partager au moins

la même mort »

 

Quand la perte est consommée, il ne reste qu’à se laisser glisser, la perte de l’autre s’apparente alors à la perte de soi, à la fragilité de l’existence même.

 

« Je ne vais plus

aux chutes tordre le linge

n’habille plus les tempêtes

ne couvre plus les puits

il me reste

non la beauté du vide, mais le vide

que laisse toute beauté

le rêve

de me passer des rêves »

 

Faut-il alors que la fugacité de nos vies s’entende dans ce titre Mon prochain est un arbre à l’image de celle de nos amours, de nos relations à l’autre ?

 

« Mon prochain est un arbre

la paume ronde d’une colline

est une vapeur issue des lèvres »

 

Francine Charron passe alors de l’amour singulier qui pousse jusqu’à la mort sa renonciation, son crime, à l’amour de la langue, comme possible résurrection.

 

« Dans la langue des autres

tirée de leurs jours de pluie

nous sommes

de ce monde immobile et mutant

du silence et du refus

à se taire/ou se taire

sans aller plus loin que le poème, je remonte

à sa morsure »

 

Marie-Josée Desvignes

  • Vu : 2642

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Francine Charron

 

Francine Charron, née en 1968, a publié dans les revues Encres vives, Comme ça et autrement et Les Hommes sans Épaules. « Révoltons-nous, creusons, créons en nous une liberté sans attelle, sans pudeur et sans vice », comme elle l’écrit… Il y a là un beau désarroi qui rit volontiers de lui-même. À lire : Aux arcs de glace, éd. Librairie-Galerie Racine, 1998.

 

A propos du rédacteur

Marie-Josée Desvignes

Lire tous les articles de Marie-Josée Desvignes

 

Marie-Josée Desvignes

 

Vit aux portes du Lubéron, en Provence. Enseignante en Lettres modernes et formatrice ateliers d’écriture dans une autre vie, se consacre exclusivement à l’écriture. Auteur d’un essai sur l’enjeu des ateliers d’écriture dès l’école primaire, La littérature à la portée des enfants (L’Harmattan, 2001) d’un récit poétique Requiem (Cardère Editeur, 2013), publie régulièrement dans de très nombreuses revues et chronique les ouvrages en service de presse de nombreux éditeurs…

Blog : marie873.wix.com/autre-monde