Identification

Mon Amérique, Jim Fergus

Ecrit par Léon-Marc Levy 10.10.13 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Critiques, Récits, USA, Le Cherche-Midi

Mon Amérique( Nature writing), trad. (USA) Nicolas de Toldi, septembre 2013, 300 p. 20 €

Ecrivain(s): Jim Fergus Edition: Le Cherche-Midi

Mon Amérique, Jim Fergus

Jim Fergus s’inscrit dans les figures de la grande littérature américaine. Passionné de nature, de chasse, de pêche, il est dans la lignée prestigieuse du Montana avec ses amis Jim Harrison et Rick Bass. Ce dernier est d’ailleurs un des personnages de ce livre puisqu’il partage avec l’auteur des journées de chasse aux oiseaux. Ce livre est un journal de chasseur, de pêcheur, constitué de petites nouvelles qui sont autant d’histoires dont raffolent, on le sait, ceux qui pratiquent ces activités.

Histoires d’hommes (les femmes sont très rares ici), de chiens, d’animaux sauvages, Fergus distille ses souvenirs comme un hymne à la nature, aux grands espaces américains, aux amitiés éternelles.

A la manière des romantiques, Fergus ne regarde pas la nature comme objet en soi mais comme jouissance pour soi. Il en attend un retour, la contemplation ne lui suffit pas et en cela il rejoint une tradition rousseauiste. Rick Bass, dans la préface qu’il offre à son ami, ne s’y trompe pas :

 

« L’important n’est pas le paysage, mais l’homme et ce qu’il ressent. Et Jim est un homme intensément amoureux de la vie. »

C’est aussi un chant nostalgique, dédié aux temps d’une jeunesse, d’un monde intact, d’une innocence. Encore Rick Bass et sa préface :

 

« Doucement, progressivement, nouvelle après nouvelle, vous saisissez ce qu’il y a de non-dit derrière les mots, son regret de voir le temps filer, les paysages rétrécir et les valeurs humaines régresser. »

 

Au-delà de la fuite du temps, et de l’espace, Jim Fergus illustre entre les lignes une certaine idée de l’Amérique, celle que l’on peut traquer depuis l’origine de la littérature américaine dans tous ses grands auteurs, dans toutes ses grandes œuvres : l’Amérique des pionniers, des découvreurs, des trappeurs, des cow-boys. Une terre sauvage, battue par les vents, peuplée d’une faune surprenante. Le chemin de Jim Fergus dans ses aventures de chasse ou de pêche, c’est un chemin tracé par une forme de religiosité, de panthéisme. C’est aussi la recherche de la pureté loin du monde moderne.

 

« La beauté du monde naturel, l’état de grâce que procure la chasse ou la pêche, l’attention de chaque instant requise par les poissons ou le gibier, les chiens et les compagnons avec qui nous chassons nous offrent un répit si pur, loin de nos fantômes, que l’on peut se débarrasser de nos petites boîtes pendant un moment et alléger considérablement notre âme. »

 

L’ombre de Thoreau, entre autres, plane sur ces pages. Végétation et faune font un tableau débordant de vie, de couleurs, de senteurs. Etrangement, et comme en contrpied parfait de ce tableau éclatant, ce livre est illustré de photos assez … sinistres il faut le dire ! Photos en noir et blanc, il faut dire plutôt en gris, de très mauvaise qualité, très laides. Etonnant choix, étrange énigme, qui reste sans réponse.

Evocation de l’Amérique des origines, ce livre ne peut manquer les Indiens, les indigènes du continent. Et les massacres dont ils furent les victimes. Dans « Esprits en fuite », Fergus dit la faute originelle, celle qui fonde l’Amérique sur la disparition d’un peuple et d’une culture.

 

« Je ressentis alors un énorme pincement de solitude, une tristesse à briser le cœur qui transpirait de cette terre où le sang avait coulé. Je me demandai si cette nuit encore nous entendrions le son d’êtres humains désespérés tentant de fuir dans la neige. Je savais que dans mes rêves les Cheyennes seraient encore au-dehors, que les fantômes tourmentés de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants couraient éternellement en direction de la rivière pour essayer de fuir. »

 

Hommage à la terre américaine, à ses fondateurs, mais aussi à ses écrivains, Jim Harrison, Rick Bass, Norman McLean, ces petites nouvelles sont comme les pierres du chemin qui traverse la jeune histoire américaine.

C’est aussi une leçon de simplicité dans l’écriture, d’un extrême dépouillement.

 

Leon-Marc Levy

 

VL2

 

NB : Vous verrez souvent apparaître une cotation de Valeur Littéraire des livres critiqués. Il ne s’agit en aucun cas d’une notation de qualité ou d’intérêt du livre mais de l’évaluation de sa position au regard de l’histoire de la littérature.

Cette cotation est attribuée par le rédacteur / la rédactrice de la critique ou par le comité de rédaction.

Notre cotation :

VL1 : faible Valeur Littéraire

VL2 : modeste VL

VL3 : assez haute VL

VL4 : haute VL

VL5 : très haute VL

VL6 : Classiques éternels (anciens ou actuels)


  • Vu : 3833

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jim Fergus

 

Jim Fergus, né le 23 mars 1950 à Chicago, est un auteur américain.

Né de mère française et de père américain, Jim Fergus se passionne dès l'enfance pour la culture Cheyenne alors qu'il visite l'ouest du pays en voiture avec son père pendant l'été. Ses parents décèdent alors qu'il a 16 ans et il part vivre dans le Colorado où il poursuit ses études. Il vivra ensuite en Floride où il est professeur de tennis avant de revenir dans le Colorado en 1980. Il s'installe dans la petite ville de Rand, qui compte treize habitants, pour se consacrer exclusivement à l'écriture. Il publie en tant que journaliste de nombreux articles, essais ou interviews dans la presse magazine et collabore à des journaux. Son premier livre, A Hunter's Road, mémoire de voyage et de sport, paraît en 1992.

Son premier roman, One Thousand White Women, l'histoire de femmes blanches livrées aux indiens par le gouvernement américain pour partager leur vie, est publié aux États-Unis en 1998 et rencontre le succès. Son second roman The Wild Girl, paraît en 2005, celui-ci raconte cette fois l'histoire d'une Apache enlevée à sa tribu en 1932.

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition préférées : La Pléiade Gallimard / Folio Gallimard / Le Livre de poche / Zulma / Points / Actes Sud /