Identification

Les serpents sont-ils nécessaires ?, Brian De Palma, Susan Lehman, par Yann Suty

Ecrit par Yann Suty le 01.06.18 dans La Une CED, Les Chroniques

Les serpents sont-ils nécessaires ?, Brian De Palma, Susan Lehman, Rivages Noir, mai 2018, trad. anglais (USA) Jean Esch, 240 pages, 16 €

Les serpents sont-ils nécessaires ?, Brian De Palma, Susan Lehman, par Yann Suty

 

On aime bien Brian De Palma, le réalisateur, l’auteur de quelques pépites du septième art comme Phantom of the paradiseLes Incorruptibles, L’Impasse ou Pulsions. Un cinéaste qui a un style identifiable, aussi bien par ses mouvements de caméra que par ses thématiques. Voilà qu’il se reconvertit comme écrivain (avec la collaboration de Susan Lehman).

Il était peut-être plus facile pour lui d’écrire un livre plutôt que de trouver des financements pour un film dans l’industrie hollywoodienne actuelle. On imagine que l’activité de romancier est moins fatigante que celle de réalisateur en charge d’une équipe d’une centaine de personnes. Surtout quand on a atteint un âge plus qu’auguste.

On était curieux de découvrir le travail de romancier de Brian De Palma. D’autres réalisateurs avant lui se sont essayés à l’écriture avec plus ou moins de succès, comme Michael Cimino ou, plus récemment, David Cronenberg avec Consumés. Pour ce dernier, même si le livre n’était pas à la hauteur de ses meilleurs films, on y reconnaissait bien sa patte, ses obsessions, développées dans une histoire originale.

Les serpents sont-ils nécessaires ? est l’histoire du directeur de campagne d’un homme politique, adversaire d’un sénateur. Pour tenter de faire gagner son candidat, il embauche une ravissante femme. Le sénateur est un coureur de jupons. La jeune femme atterrira facilement dans son lit et le directeur de campagne sera en mesure de faire chanter le politicien. Mais le manipulateur peut vite se retrouver manipulé à son tour…

Certains ressorts de l’intrigue évoquent des films de De Palma. Le Paris, les paparazzis et les bijoux de Femme Fatale. On peut aussi déceler des références ici ou là à Body Double, à Pulsions, à L’Esprit de Caïn ou Passion. Et bien sûr à Obsession. On notera, au passage, qu’à quelques exceptions, ce ne sont pas les plus grands films du réalisateur.

Il faut le dire, au risque d’être un peu cruel – et on a un peu de peine à le dire parce qu’on aime vraiment bien Brian De Palma, le réalisateur – mais ce roman n’est pas un roman. Au mieux, ce pourrait être un scénario détaillant l’intrigue et les actions. Le niveau d’écriture est tel qu’il est difficile de qualifier tout ça d’écriture (et pourtant ils s’y sont mis à deux !). Et quelle paresse. La preuve en deux exemples :

« Nick Sculley, trente-deux ans, est dégingandé, tendu et préoccupé par… Oh comment savoir ce qui préoccupe les trentenaires dégingandés et tendus ? »

Mais ça pourrait être intéressant de l’imaginer, non ? A moins que ce ne soit une tentative d’humour ?

« La porte de l’ascenseur s’ouvre. Nick sort dans le hall, traverse la moquette vert printemps, passe devant un mur de bambous (des bambous dans le hall d’un immeuble de Vegas ? Euh, n’essayez pas de comprendre) et se dirige vers l’entrée des livraisons ».

Non, nous n’essaierons pas de comprendre. Et puis ce « Euh », franchement, laisse un peu euh… dubitatif. L’histoire n’est pas très intéressante et donne une furieuse impression de déjà-vu (d’ailleurs c’est le nom d’un parfum dans le roman…). Les personnages sont caricaturaux et pas développés. L’intrigue est poussive et manque de crédibilité. A côté, Guillaume Musso paraît un candidat plus que crédible au prix Nobel. La seule chose intéressante dans ce livre, c’est son titre. Et sans déflorer le terrible euh… suspense, c’est la dernière phrase. Qui tombe gratuitement sans lien avec le reste du roman, sans logique.

La seule question qui se pose à la lecture de ce « roman » est : pourquoi ? Pourquoi un grand cinéaste vient-il commettre un tel livre au lieu de couler une retraite paisible et bien méritée ? Ce livre était-il vraiment nécessaire ? Si le nom de Brian De Palma n’était pas écrit sur la couverture, gageons qu’aucun éditeur ne l’aurait accepté.

 

Yann Suty

 

Brian De Palma a marqué l’histoire du cinéma avec des films mythiques comme Blow OutBody DoubleLes Incorruptibles, ou encore Carrie et Mission Impossible.

Susan Lehman a étudié le droit puis a été chef de rubrique au New-York Times. Elle a collaboré avec de nombreuses publications américaines.

 

  • Vu: 1621

A propos du rédacteur

Yann Suty

Tous les articles de Yann Suty

 

Membre fondateur


Yann Suty est écrivain, il a publié Cubes (2009) et Les Champs de Paris (2011), chez Stock