Identification

Le Voltaire algérien est né !

Ecrit par Amin Zaoui le 20.01.15 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Le Voltaire algérien est né !

 

Même un  peu tard, je vous souhaite : une bonne nouvelle année 2015. Elle ne sera  que ce que nous ferons d’elle, ce que vous ferez d’elle !

À mon avis, tout ce que les intellectuels  de ce pays ont pu réaliser durant cette année 2014, en 365 jours, en 365 nuits, c’est la création de ce Club d’intellectuels appelé « Carrefour des lumières » (Moultaqa al Anouar) initié et dirigé par le chercheur Saïd Djabelkhir.  Un cercle des lumières dans un espace d’obscurité intellectuelle.

Quand, dans un pays musulman, dans un pays africain, un club des lumières voit le jour, ceci dit que nous sommes en bonne santé intellectuelle. Et le Voltaire algérien est né !

Dans ce Maghreb intellectuellement affaibli par la politisation de la religion, par l’instrumentalisation de la religion, on a besoin d’un Voltaire, d’un Rousseau, d’un Ibn Ruchd, d’un El Maâri … on a besoin  d’une tête pensante et courageuse capable de délibérer et de bousculer notre société intellectuelle devenue  trop bavarde, trop hivernale, trop hypocrite.

Dans cette société culturelle, la gente intellectuelle se trouve prise en otage par un discours politique ou religieux trop simpliste, trop naïf, trop saisonnier et très dangereux.

Beaucoup de politicards et peu de réflexions. Beaucoup de bavardages et peu d’idées ou presque rien. Beaucoup de chefs politiques et peu de penseurs ou presque rien. Beaucoup de paraboles et peu de livres ou presque rien.

La société moderne ne pourra jamais avancer vers la modernité, ne pourra jamais  affronter son destin, ne pourra adhérer à son époque civilisationnelle en s’adossant à un mur fragile d’une religion politisée, en avançant sur des béquilles délicates du politique hégémonique.

En l’absence des intellectuels critiques, ceux qui osent dire, qui osent proposer, qui osent  critiquer, qui osent bousculer la fausse quiétude, la société ne fait que retarder la sédition à un autre jour.

Enfin, Alger a son « Club des lumières » (Moultaqa al Anouar), des vraies Lumières d’idées et des débats respectés. Enfin le groupe de Ikhwane Assafa débarque à Alger. Un cercle Algérois, de la raison et de l’espoir, contre la peur intellectuelle, est né.

Ce qui manque à cette vie intellectuelle, depuis l’Indépendance, c’est le courage de penser. La liberté de penser. L’audace de dire le non-dit.

Dès qu’un pays voit la naissance de son Voltaire, cela dit que les lumière sont au rendez-vous. On ferme une prison. On ouvre les portes du bonheur et des questions.

Le club des lumières (Moultaqaal Anouar) est né, au moment voulu, attendu et indispensable, parce que l’Islam a besoin d’une nouvelle révolution. L’islam attend de nous de l’Ijtihad.

Par cet Islam de la violence et du sang dont l’image est ancrée dans l’imaginaire de toute une génération universelle, nous avons offert à nos ennemis une arme de plus,  contre nous !

Depuis quinze siècles, l’islam n’a jamais connu une période de décadence à l’image de celle que traverse ces jours-ci. Des jours du salafisme. Des jours de Daeche. Des jours d’Annouçra. Des jours des Frères musulmans. Des jours de Boko Haram …

Le Club des lumières (Moultaqaal Anouar) est né pour faire face, pour débattre ces maladies politiques de l’Islam. Libérer l’Islam. Libérer la pensée chez l’intellectuel dans les pays Musulmans.  Pour faire face à cet islam pollué par les commerçants de la religion, il faut assécher ses sources culturelles.  Les bases  fondamentales de cet islam extrémiste se trouvent dans  ce patrimoine confus qu’il faut nettoyer. Le trier. Le désinfecter.

Avec ce Club des lumières le Voltaire algérien est né. Le débat d’idées, loin de toute couleur politique, est lancé.

Un grand merci à  Said Djabel Khir et à tous les  adhérents  de ce Club de lumières (Moultaqaal Anouar) pour cette belle création de l’année 2014.

 

Amin Zaoui in "Liberté" (Alger)

 


  • Vu: 4271

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009