Identification

Je te protégerai, Peter May (par Jean-Jacques Bretou)

Ecrit par Jean-Jacques Bretou 31.08.20 dans La Une Livres, Critiques, Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Polars

Je te protégerai, Peter May, mai 2020, trad. Ariane Bataille, 432 pages, 9,80 €

Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

Je te protégerai, Peter May (par Jean-Jacques Bretou)

 

Un couple de fabricants de tissus, originaire des Hébrides extérieures, de l’île de Lewis plus précisément, en Écosse, se rend à Paris au Parc des Expositions, au Salon Première Vision, pour y présenter leur collection. C’est un endroit très fréquenté par le petit monde de la mode qui va décider des nouvelles tendances de l’année. Ruairidh Macfarlane et son épouse Niamh fabriquent sur leurs métiers à tisser le Ranish Tweed, un tissu très proche du fameux Harris Tweed. Ils sont descendus au Crowne Plaza, Place de la République. Alors que Ruairidh prétend avoir une signature chez YSL, Niamh reçoit un texto qui la met en colère : « Votre mari a une liaison avec Irina Vetrov. Demandez-lui ». Irina Vetrov est une styliste très en vue, d’origine russe. Alors qu’elle suit à pied la Mercedes dans laquelle sont montés son mari et Vetrov, qu’elle passe devant le Fluctuat Nec Mergitur sans quitter la voiture des yeux, qu’elle s’en approche, alors qu’elle est arrêtée au feu, puis qu’elle la perd tandis qu’elle tourne, Niamh se retrouve aveuglée par un puissant éclair, assourdie par une déflagration. Au moment où elle reprend ses esprits, elle constate que c’est la voiture de Ruairidh et Irina qui a explosé.

L’enquête est confiée au lieutenant Sylvie Braque, et le commandant Frédéric Martinez de la SDAT, sous-direction antiterroriste, est chargé de voir si la sécurité du territoire est en jeu. Après avoir écarté rapidement tout acte terroriste, on confie ce qu’il reste de Ruairidh, l’équivalant d’une petite valise, à Niamh, pour qu’elle puisse enterrer son mari sur ses terres d’origine. L’enquête continue néanmoins, mais Niamh se trouve plongée dans son passé, ses cauchemars et ses angoisses.

Niamh retrouve sa famille et celle de son mari et les différends qui les opposaient. C’est une occasion pour Peter May de se livrer à une analyse sociologique, voire anthropologique, d’une terre qu’en tant qu’Écossais il connaît bien. C’est un pays beau mais dur, fouetté par les vents venus du large et le crachin. Il n’y a pas d’arbres, et la terre brune, rouge et verte est faite de cette tourbe qui donne charme et saveur à ce pays difficile. Les habitants, les îliens ont le caractère forgé par leur environnement et le bruit du vent qui peut nourrir l’imagination la moins fertile.

Dans de très belles pages au goût du terroir, Peter May nous retrace les différents épisodes de la vie de ses héros et leurs moments marquants. Il nous raconte la naissance difficile de l’entreprise de tissage sur cette île de Lewis isolée de tout, la recherche de clients, les excès du milieu de la mode, et cette fin brutale qui plonge les cœurs au plus profond de la mélancolie. Un bon polar, à déguster avec un whisky.

 

Jean-Jacques Bretou

 

Né en 1951 à Glasgow en Écosse, installé dans le Sud de la France, Peter May est l’auteur de nombreux romans policiers publiés en France par les Éditions du Rouergue, notamment une série chinoise à grand succès, ou encore sa Trilogie écossaise.

  • Vu : 522

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Jean-Jacques Bretou

 

Lire les articles de Jean-Jacques Bretou

 

Rédacteur

Jean-Jacques BRETOU est traducteur.