Identification

Giono et la nouvelle d’atmosphère : relire Solitude de la pitié (par Olivia Guérin)

Ecrit par Olivia Guérin le 12.01.23 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Giono et la nouvelle d’atmosphère : relire Solitude de la pitié (par Olivia Guérin)

 

Quand on pense à l’œuvre de Giono, on pense au premier chef aux romans de sa deuxième période, comme Un roi sans divertissement (1947) ou Le hussard sur le toit (1951). Il est pourtant une partie de son œuvre bien intéressante et trop peu connue : ses nouvelles, en particulier celles d’avant-guerre. Je m’intéresserai ici au recueil Solitude de la pitié, initialement paru en 1932.

Pour ma part, j’affectionne tout particulièrement le premier Giono, celui des chroniques paysannes, de la Trilogie de Pan (Colline, Un de Baumugnes, Regain), où l’auteur s’est attaché à décrire le monde rural de Haute-Provence, les gens de peu, la nature, avec une affection et une vigueur rarement égalées. En lisant Solitude de la pitié, j’ai eu plaisir à retrouver ses portraits mi-affectueux mi-moqueurs des paysans de cette région (par exemple dans la nouvelle « Joselet »), dans des textes où l’auteur s’amuse à pointer leurs petites marottes (« Jofroi de la Moussan ») ou leurs grandes folies (la pièce maîtresse du recueil est sans conteste la longue nouvelle « Prélude de Pan », racontant une scène de transe qui s’empare de tout un village et se termine en orgie).

Giono parvient dans ces textes brefs à donner une vision transfigurée de la nature, par le biais en particulier du travail sur la métaphore, souvent longuement filée (« Le mouton »), et qui opère une fusion systématique entre hommes, bêtes, plantes, paysages. Car Giono est indéniablement un auteur à style, et l’on retrouve dans ce recueil les qualités d’écriture qui font toute la richesse de ses romans d’avant-guerre, au premier rang desquelles la poéticité.

La construction des nouvelles réunies dans ce recueil est elle aussi intéressante : si Giono reprend en grande partie à son compte un art traditionnel du conteur somme toute assez proche de celui de Maupassant (en exploitant en particulier le récit enchâssé, par exemple dans « Champs »), il n’a pas hésité à écrire des nouvelles moins canoniques, qui, s’éloignant de la nouvelle à chute, constituent des textes d’atmosphère, centrés, non sur des péripéties, mais sur la mise en scène d’une émotion, d’un instant privilégié (« Sylvie », ou « La main », qui constitue un joli instantané sensuel). Il préfigurait ainsi dès 1932 l’une des voies actuellement exploitées dans la nouvelle contemporaine, que l’on peut appeler la « nouvelle d’atmosphère », ou à la suite de René Godenne1 la « nouvelle-instant », à savoir un type de nouvelles qui s’éloignent de la narrativité et de la construction d’une intrigue à proprement parler, n’ont généralement pas de chute, mais privilégient l’évocation de scènes ou de moments de vie d’une densité particulière, au sein d’une écriture de la suggestion2.

 

Olivia Guérin

 

1. René Godenne (1974), La nouvelle française, Presses Universitaires de France.

2.   Pour une présentation plus détaillée, voir mon article sur la nouvelle-instant, paru sur le site de Rue Saint-Ambroise, catégorie « chroniques » : http://ruesaintambroise.weebly.com/la-nouvelle-instant.html

  • Vu: 317

A propos du rédacteur

Olivia Guérin

 

Olivia Guérin est maître de conférences en linguistique française et agrégée de lettres. Elle enseigne entre autres la création littéraire. Outre ses travaux de recherche sur la langue française et sur la poésie contemporaine, elle publie des articles sur la nouvelle, et a contribué à des revues consacrées à ce genre (Rue Saint-Ambroise, La revue de la nouvelle ; Nouvelle donne).