Identification

Aile, la messagère, Michel Cosem (par François Baillon)

Ecrit par François Baillon 28.10.19 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie, Unicité

Aile, la messagère, avril 2018, 148 pages, 15 €

Ecrivain(s): Michel Cosem Edition: Unicité

Aile, la messagère, Michel Cosem (par François Baillon)

 

Aile, la messagère – qui est-elle ? Sans doute celle qui porte et qui cimente l’esprit de Michel Cosem dans un ouvrage ciselé, où le mot poétique est systématiquement associé à un lieu. D’une certaine façon, l’élément « lieu » est le personnage principal de ce livre, invoquant en nous un déplacement continu et imperceptible. Outre la France et ses régions, l’Espagne et l’Egypte font partie des étapes du voyage. Et nous ne sommes pas autrement conviés qu’à un voyage de l’âme qui, hors de tout cheminement analytique, se laisse envahir ou est envahie malgré elle par les éléments naturels (végétaux, minéraux, animaux) et leurs images surréelles – de celles, bien sûr, qui viennent d’au-delà de nos perceptions ordinaires. Les êtres humains et leurs habitudes ne semblent être présents que dans une toile de fond, tel le passage d’un décor mouvant. C’est finalement quand l’âme se penche vers la nature, sans intention, gratuitement, qu’elle se révèle plus pleinement.

Celle du poète (ce livre ne nous le laisse pas douter) va bien plus loin, dans son champ de vision, que le plus puissant appareil photographique. L’âme du poète est peut-être la seule à faire descendre en nous, même s’il s’agit d’un effleurement, la sensation d’éternité. La suite de ces tableaux nés du talent de Michel Cosem a en effet le don d’avoir rompu tout contrat avec le temps : nous ne sommes jamais situés dans une chronologie – l’éternité est donc bien à deux pas. L’âme s’écarte de cette notion, car en vérité, et bien évidemment, elle la dépasse.

Si ces poèmes (ainsi désignés par l’auteur lui-même) se définissent par un charme si singulier, si savoureux, aussi spontané que délicat dans sa magie, c’est sans doute parce que Michel Cosem connaît, pratique et aime la poésie depuis de longues années – au moins depuis 1960, lorsqu’il fut l’un des créateurs de la revue Encres Vives, toujours en activité.

Aile, la messagère, tout simplement, c’est elle… L’âme d’un poète aguerri.

 

François Baillon

 

Michel Cosem, fondateur de la revue Encres Vives, est l’auteur de nombreux recueils de poésie, romans pour adultes et romans pour la jeunesse, ainsi que d’anthologies de poésies et de contes, publiés entre autres chez Seghers, Gallimard, Robert Laffont, Milan. Il a reçu plusieurs prix pour ses ouvrages, dont le prix Antonin-Artaud, en 1986, pour Aux yeux de la légende. Robert Sabatier a dit de lui qu’il est le « poète du bonheur intérieur ».

 

  • Vu : 418

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Michel Cosem

 

Michel Cosem  a fondé  et dirige la revue Encres Vives, à la fois revue et éditions, près de mille titres au catalogue. Il y publie régulièrement ses carnets de voyages poé­tiques vers les pays du sud. Il a été traduit en de nombreuses langues. Il est l’auteur de nombreux recueils de poèmes (Rougerie, L’Amourier, L’harmattan), d’anthologies de poésie (Seghers, Gallimard, Milan), de livres pour la jeunesse (Le Rocher, Tertium, Le Seuil) et de romans pour adultes. Il a obtenu en poésie les prix Artaud et Malrieu pour l’ensemble de son œuvre. Il a reçu le Prix Renaudot pour la jeunesse en 2002.

 

A propos du rédacteur

François Baillon

 

Diplômé en Lettres Modernes à la Sorbonne et ancien élève du Cours Florent, François Baillon a contribué à la revue de littérature Les Cahiers de la rue Ventura, entre 2010 et 2018, où certains de ses poèmes et proses poétiques ont paru. On retrouve également ses textes dans des revues comme Le Capital des Mots, ou Délits d’encre. En 2017, il publie le recueil poétique 17ème Arr. aux Editions Le Coudrier.