Identification

52.dimanche (XX)

Ecrit par Didier Ayres 08.06.13 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

52.dimanche (XX)

 

dimanche 13 mai

 

le mandala

je ne raconterai pas l’histoire qui me lie à ce mandala – lequel se trouve sur le mur d’angle de mon bureau – mais ce à quoi il me fait réfléchir

j’écrivais, hier, que méditer est une affaire d’obscurité et j’ajoute aujourd’hui, qu’en définitive, la lumière n’est qu’une partie seulement de la méditation, la plus belle peut-être, la plus en suspens, mais non pas la question essentielle

or, le mandala bouddhique que j’ai ici – et deux petits bouddhas tibétains sur le bureau, en vérité – le mandala, donc, peint dans une dominante vert-de-gris, orné ça et là de petites figurines roses ou blanches, ocres avec de petits filets d’écru pour rythmer le diagramme, est, comme on le sait, un support de méditation

ce mandala fort joli, en forme de rosace, de cercles couronnés par une pagode où règne une divinité à huit têtes, laquelle est encadrée par deux pivoines, pousse à l’intelligibilité de soi – et c’est là son objectif

tout cela pour dire que les deux activités, écrire et méditer sont égales et équanimes

elles demandent de l’abnégation ou une sorte d’entrain passif

elles demandent parfois aussi de faire appel à l’anima jungien, à des ruminations, à des répétitions de motifs verbaux, que sais-je ?

car c’est le verbe qui les instruit toutes les deux

ce qui me laisse penser que le petit diagramme bouddhique dont je parle – et ne voyez là rien des questions que pose le grand véhicule – raconte bien des secrets des choses de l’esprit, des mystères

il n’empêche que je ne peux méditer et écrire comme maintenant – sur un sujet aussi simple qu’un bouquet de marguerites au creux d’un vase, coupées du frais matin de la promenade en forêt –, et ne pas cesser de regarder la lumière qui, pour finir, décline toujours, uniquement par l’espèce de grâce profuse à quoi confine l’activité de la pensée

le mandala comme trope édifiant demande de l’intellection

disserter, exercer son esprit

disons, le diagramme bouddhique avec son fouillis artistique me va

âme violente pour le maniement pur des idées

 

Didier Ayres

  • Vu : 1438

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.