Identification

52.dimanche (IV)

Ecrit par Didier Ayres 09.02.13 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

52.dimanche (IV)

 

ce dimanche 22 janvier 2012

 

une petite lettre aujourd’hui

écrire vers l’absent

en vérité c’est difficile d’expliquer comment on se projette ailleurs, depuis la page

il faudrait tenter de dire que c’est une façon de s’échapper, se soustraire à soi-même

or, ce message dominical a des allures de correspondance, exactement de là où on écrit à autrui en son absence, où l’autre vient clore la lettre en la faisant exister par sa lecture

n’hésitons pas à revenir à ce qu’écrire demande comme patience, qui produit de l’espace et qui calme l’épreuve, cette pharmacie de l’âme – mon premier éditeur, Jean-Paul Michel, avait intitulé une de ses collections la pharmacie de Platon, ce qui m’autorise depuis longtemps à utiliser ces deux termes – conduit sciemment à autrui

donc, avec une promesse, une vision, l’appel de la qualité immatérielle du monde symbolique qui vibrionne comme une abeille au-dessus des choses, aller donc dans cette pâte de la langue où l’on avance dans une espèce de nuit avec un vague sentiment de se guider quelque part, tout cela en s’effaçant – s’effaçant comme corps

il y a donc une mission transitoire au regard de la transitivité, même subjective, de l’adresse du message à l’autre

oui, il s’agit vraiment d’une promesse qui conduit à l’objet, évacuant la totalité et le corps, ce qui est tout un – Martin Buber disait bien les choses avec son « je et tu »

par exemple, comment comptent la maladie de Artaud, la communion catholique chez Claudel, le désir physique chez Genet, pour comprendre ce qui est retiré et ce qui ne l’est pas ?

celui qui est visé, le témoin

 

Didier Ayres

 

Tous les textes et articles de Didier Ayres


  • Vu : 1867

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.